CEO

Migrer SAP dans le Cloud pour rendre son organisation agile : un processus sensible à concrétiser avec un partenaire solide

Share this post:

 

Suite au webinar co-organisé par IBM et IDC sur le sujet de la migration de SAP vers le cloud dont vous pouvez trouver le replay ici.
IDC nous présente une synthèse de ses recommandations en termes d’approche et de choix du bon partenaire pour accompagner les entreprises dans cette démarche.

La crise sanitaire a remis l’IT sous le feu des projecteurs. Si le Cloud sort grand gagnant des tourments de l’année 2020, les applications non Cloud-natives demandent une vraie réflexion en termes de timing et d’accompagnement à la migration. SAP fait partie des sujets à traiter avec urgence…et précaution.

La modernisation de l’organisation et l’accélération de la transformation numérique sont source de nombreuses interrogations côté DSI et DG. Devons-nous innover maintenant ? Sans visibilité sur nos revenus et nos budgets ?

Dans le même temps, leurs priorités sont clairement établies : permettre aux collaborateurs de travailler correctement où qu’ils soient, rassurer les clients sur leur capacité à délivrer, travailler plus étroitement avec les partenaires et fournisseurs pour améliorer les offres. Les organisations souhaitent offrir d’avantage d’agilité et de disponibilité aux applications essentielles au fonctionnement de l’entreprise. La notion du temps a évolué, les décisions d’aujourd’hui ne peuvent être basées sur des informations d’avant-hier, voire d’hier mais bien du moment.  Pour cette agilité, cette réactivité et les coûts liés, elles n’hésitent pas à prendre la voie du Cloud.

Il faut alors hiérarchiser les applications à migrer, par degré d’importance et en termes de timing.

Avant la crise, l’ERP faisait figure de prochain élément (après les solutions RH, paie et CRM) à basculer dans le nuage. Il est vrai que rendre son organisation agile en touchant au cœur même des prises de décisions paraît, mais migrer une application aussi critique dans le Cloud reste une décision sensible.

S’appuyer sur un partenaire de confiance

Parmi les sociétés ayant déjà migré leurs applications business, plus de 20 % se disent insatisfaites du résultat.  Le sentiment de perte de contrôle sur les données, l’absence de procédures standards pour opérer la migration ou encore la difficile maîtrise des coûts sont autant de sources d’insatisfaction pour les entreprises.

Malgré l’urgence, il s’agit de ne pas brûler les étapes. Chaque entreprise, chaque situation est unique.

 

Toucher au back-office et à l’architecture même d’un ERP doit se faire en plusieurs temps, en assurant la sécurité du processus et en accompagnant les utilisateurs.

Anticiper le coup d’après est une nécessité, une complexité, supplémentaire. Aurons-nous plusieurs fournisseurs de Cloud ? Quelles sont nos sources de données actuelles et futures ? Comment la diffuser efficacement après la migration ? Ces questions doivent être prises en compte que l’organisation ait la réponse ou non, et vont conforter le choix de se tourner de plus en plus vers des plateformes et des standards ouverts.

Pour parvenir à ces fins et ne pas être dépassé par les innovations, pouvoir travailler avec un partenaire ayant l’expérience de ces migrations est clé. Le prestataire doit être capable de travailler sur l’entièreté du projet et doit comprendre les problématiques propres à l’organisation. Il doit également être expert dans les technologies émergentes ainsi que dans les nouvelles API.  

In fine, l’objectif de la migration est de renforcer son architecture et le partenaire doit avoir une vraie plus-value à apporter sur ce sujet.

IDC recommande ainsi aux sociétés souhaitant migrer leur ERP dans le Cloud de s’appuyer sur un partenaire de confiance, ayant une expertise dans le secteur d’activité concerné. Sa capacité à comprendre vos projets et à leur apporter une agilité nouvelle est essentielle, tout comme le recul qu’il doit apporter à votre réflexion en vous assistant notamment sur le timing à suivre pour une efficacité optimale.

Lire les dernières annonces sur la manière dont IBM permet à ses clients d’exécuter des applications logicielles critiques sur le cloud : https://fr.newsroom.ibm.com/announcements?item=123421&social_post=3962397474&linkId=102580939

Senior Research Analyst, IDC

Meriam Amara

Public Cloud Field Marketing Manager, IBM

More stories
24 novembre 2020

Succès des projets d’IA : quand le Cloud et le Edge montrent leur complémentarité

Suite au webinar co-organisé par IBM et IDC sur le sujet du cloud et de l’edge computing au service de l’industrialisation des projets Data & IA dont vous pouvez trouver le replay ici : https://weevents.idc.com/d/27qc9p?RefID=IBM-track  IDC nous présente une synthèse de l’intérêt de l’usage de ces technologies combinées comme accélérateurs des projets d’Intelligence Artificielle. Le […]

Continue reading

12 novembre 2020

IBM Cloud Code Engine : vers le serverless 2.0 !

IBM Cloud Code Engine est une plate-forme entièrement gérée et sans serveur (serverless, FaaS [1]) qui exécute vos charges de travail conteneurisées, y compris les applications Web, les micro-services, les fonctions événementielles ou les travaux par lots (batch). Code Engine crée même des images de conteneurs à partir de votre code. Étant donné que ces […]

Continue reading

12 novembre 2020

Du développement monolithique aux micro-services : comment moderniser vos applications ?

L’utilisation d’une architecture modulaire par micro-services devient un standard dans le développement Cloud. L’idée est similaire à celle des ingrédients semi-finis dans le domaine culinaire. Selon un récent sondage mené par O’Reilly, plus de 75 % des organisations basent actuellement leurs architectures sur des micro-services. Quels en sont les avantages ? Tout comme dans le […]

Continue reading