Internet of Things (IoT)

Être exigeant dans la rédaction des exigences

Share this post:

En amont de la fabrication d’un produit, la rédaction des exigences est une phase cruciale qui nécessite beaucoup de rigueur. Pour réussir cette étape, IBM propose un assistant faisant appel à l’intelligence artificielle.

Pour produire un objet, qu’il s’agisse d’un véhicule, d’une machine à expresso ou d’une enceinte connectée, les entreprises doivent relever plusieurs défis. Les objets sont de plus en plus complexes : ils intègrent de plus en plus souvent du logiciel, sont soumis à des réglementations de plus en plus nombreuses (en matière d’environnement, de sécurité…) et doivent être proposés au meilleur prix. Pour réaliser des économies d’échelle et accélérer la création de nouveaux produits, les industriels tendent vers une réutilisation maximale de leurs composants. Cela permet de créer plusieurs versions d’un même produit pour différents marchés, de décliner un produit en version premium ou encore de le personnaliser à la demande des clients, ce qui constitue une tendance marketing importante.

Une fois la décision prise de lancer un produit, la première étape consiste à décrire ses exigences, c’est-à-dire ce que l’on attend de lui et de chacun de ses composants. La rédaction de ces exigences s’effectue en langage naturel, mais est normalisée sur la base des recommandations de différents organismes, notamment l’INCOSE (International Council on Systems Engineerings). Celui-ci a défini des règles sur la façon d’écrire des exigences : leur auteur doit être identifié, chaque donnée mesurable doit être accompagnée de l’unité, une exigence ne peut contenir qu’une seule action…

Démarrer avec des exigences précises et bien rédigées évite bien des erreurs que l’entreprise risque de traîner tout au long du développement du produit – et avec des coûts de plus en plus élevés au fur et à mesure de l’avancement du processus. Par exemple, si la vitesse maximale d’un véhicule est indiquée sans unité, le constructeur automobile pourrait se retrouver avec un compteur gradué en mph au lieu de km/h. De plus, une exigence mal rédigée mettra à mal la politique de réutilisation dans le processus industriel.

La précision de la rédaction des exigences est donc un élément clé dans le développement d’un nouveau produit.Or, aujourd’hui encore, certaines entreprises rédigent et corrigent leurs exigences dans des suites bureautiques, ce qui présente beaucoup de désavantages : risque d’erreur de manipulation des fichiers entre les intervenants, absence de collaboration aisée… Il est pourtant crucial de disposer d’outils adaptés, de telle sorte que les équipes puissent travailler de façon structurée sur une base commune.

 

Aide à la rédaction

Pour faciliter la rédaction des exigences et aider le rédacteur à fournir un contenu de qualité, IBM propose IBM Engineering Requirement Quality Assistant (RQA). Les exigences écrites en langage naturel sont soumises à l’assistant de rédaction et font l’objet d’une analyse par l’intelligence artificielle Watson. La solution indique à l’utilisateur où se trouvent les erreurs potentielles et lui propose des actions de correction. Il s’agira de s’assurer de la non-ambiguïté des phrases, de la présence d’unités, de l’absence de négation, etc. D’un point de vue technique, l’outil fait appel à Watson pour la reconnaissance du langage dans son contexte (NLU, Natural Language Understanding) et la modélisation des règles émises par l’INCOSE.

Cette aide apportée par l’assistant offre d’autres avantages. L’habituelle phase de revue des exigences avant validation – une tâche contraignante pendant laquelle il faut consolider les exigences, en faire une relecture, les soumettre à un comité, etc. – est accélérée, car de nombreuses erreurs auront été corrigées en amont.

L’autre intérêt est sur le plan humain : les jeunes diplômés récemment embauchés n’ont ni l’expertise ni la culture de l’entreprise. L’idée est d’aider ces ingénieurs à mieux maîtriser les codes de rédaction grâce à ce système de correction et d’évaluation qui va leur permettre de progresser plus rapidement.

 

Une adaptation aux métiers

Le modèle d’IBM créé à partir des recommandations de l’INCOSE se veut généraliste, les entreprises ayant la possibilité de remonter des propositions complémentaires et donc d’enrichir le modèle. L’objectif est d’être davantage en phase avec l’environnement métier du client. L’offre est disponible en SaaS et IBM envisage de proposer en 2020 une version on-premises pour les entreprises qui souhaitent travailler dans leur propre environnement métier.

IBM travaille désormais sur l’étape suivante, celle succédant à la validation des exigences : la définition des tests. L’idée est d’exploiter l’intelligence artificielle pour rédiger les canevas (templates) des tests qui devront être mis en place. L’objectif est, là aussi, de faire gagner du temps aux entreprises grâce à ces modèles qu’il n’y aura plus qu’à enrichir. C’est également un moyen d’assurer une traçabilité, à savoir qu’à chaque exigence correspond un test, et vice-versa.

RQA est d’ores et déjà disponible pour la solution Engineering Requirement Management (ERM) Doors Next Generation et pour les clients disposant de ERM Doors 9.6.1 et au-delà.

Pour en savoir plus…

Visionnez l’acte 3 de ce webcast dédié à la conformité et à l’ingénierie

Testez votre compétence en rédaction d’exigences (en anglais) : IBM requirements quality game

Livre blanc interactif (en anglais) : Knowledge Driven Requirements

Preview en vidéo (en anglais) : IBM Engineering Requirements Quality Assistant Preview

Watson IoT Engineering Lifecycle Management Tech Sales

More Internet of Things (IoT) stories
12 novembre 2020

IBM Cloud Code Engine : vers le serverless 2.0 !

IBM Cloud Code Engine est une plate-forme entièrement gérée et sans serveur (serverless, FaaS [1]) qui exécute vos charges de travail conteneurisées, y compris les applications Web, les micro-services, les fonctions événementielles ou les travaux par lots (batch). Code Engine crée même des images de conteneurs à partir de votre code. Étant donné que ces […]

Continue reading

12 novembre 2020

Du développement monolithique aux micro-services : comment moderniser vos applications ?

L’utilisation d’une architecture modulaire par micro-services devient un standard dans le développement Cloud. L’idée est similaire à celle des ingrédients semi-finis dans le domaine culinaire. Selon un récent sondage mené par O’Reilly, plus de 75 % des organisations basent actuellement leurs architectures sur des micro-services. Quels en sont les avantages ? Tout comme dans le […]

Continue reading

28 octobre 2020

Migrer SAP dans le Cloud pour rendre son organisation agile : un processus sensible à concrétiser avec un partenaire solide

  Suite au webinar co-organisé par IBM et IDC sur le sujet de la migration de SAP vers le cloud dont vous pouvez trouver le replay ici.IDC nous présente une synthèse de ses recommandations en termes d’approche et de choix du bon partenaire pour accompagner les entreprises dans cette démarche. La crise sanitaire a remis […]

Continue reading