Test continu
Arrière-plan noir et bleu
Qu'est-ce qu'un test continu ?

Dans ce guide essentiel, découvrez comment les tests continus intégrés accélèrent le développement des applications.

Le test continu est le processus qui consiste à incorporer un retour automatisé à différentes étapes du cycle de développement du logiciel (SDLC) afin de prendre en charge une meilleure vitesse et une meilleure efficience lors de la gestion des déploiements.

Le test continu est un moteur clé de l'efficacité des processus CI/CD (intervalles de contrôle/ distribution continue) et joue un rôle crucial dans l'accélération du cycle de développement de logiciels en améliorant l'indicatif qualité, en évitant les goulots d'étranglement coûteux et en accélérant les processus DevOps.

L'un des principes fondamentaux dans le développement d'une approche DevOps pratique consiste à combler l'écart entre la déliverabilité logicielle rapide et des expériences utilisateurs fiables. Cependant, la manière conventionnelle d'obtenir manuellement des retours à chaque étape du développement de logiciel (conception de projet, codification, test, déploiement et maintenance) a conduit à une utilisation insuffisante et inefficace des ressources organisationnelles et, en fin de compte, à des cycles d'intégration plus long et à des retards de mises à jour des produits.

Le test continu résout ces inefficacités en aidant les équipes DevOps à passer le test « Shift-Left », en leur fournissant des commentaires précieux au début du cycle de développement des logiciels tout en automatisant les processus de test manuels et en minimisant l'erreur humaine.

Le test continu fonctionne en utilisant des outils automatisés pour charger des scripts d'assurance qualité prédéfinis à toutes étapes de la production. Ces scripts automatisés éliminent le besoin d'une intervention humaine régulière lors de l'exécution de tests d'assurance qualité et valident l'efficacité du code source de manière linéraire tout en veillant à ce que tout commentaire pertinent soit immédiatement transmis aux équipes appropriées.

Si les tests automatisés sont échouent, les équipes de développement sont informées à chaque étape précise du développement afin qu'elles puissent apporter les ajustements nécessaires à leur code source « avant » qu'il n'affecte d'autre équipes à différentes étapes du cycle de développement de logiciels. Si les tests automatisés passent l'inspection, les projets sont automatiquement envoyés à l'étape suivante du SDLC, donnant aux organisations la possibilité de créer un modèle de déliverabilité durable qui maximise la productivité et améliore la coordination entre départements.

Dans la vidéo suivante, Eric Minick approfondit le sujet :


Avantages

L'intégration du test continu dans les processus DevOps offre plusieurs avantages aux entreprises en croissance, notamment les éléments suivants :

Une meilleure efficacité et des déploiements de plus haute qualité

Le test continu fournit une méthode automatisée de gestion d'assurance qualité et d'interopération qualité entre les flux de travail à chaque étape du cycle de développement des logiciels (SDLC). En intégrant des boucles de commentaires dans les modules utilisateurs et de test unitaire, les développeurs peuvent recevoir les connaissances exploitables dont ils ont besoin pour améliorer la compatibilité et les performances de leur code avant qu'il ne soit déployé. Cette efficience résout les déconnexions entre demultiples membres de l'équipe DevOps et prend en charge des programmes de déliverabilité de logiciels accélérés.

Détection rapide d'erreur et rattrapage pour projets distribués

Les architectures de développement modernes d'aujourd'hui sont multiformes et multicouches. Le test continu permet aux équipes de développement de répartir ces complexités en incorporant une solution de test évolutive et automatisée qui améliore considérablement les délais de détection et de rattrapage d'erreurs.

Expérience utilisateur améliorée

Les méthodes avancées de test continu simulent une variété de cas d'utilisation uniques et de scénarios de résolution des problèmes, et observent la manière dont les utilisateurs y répondent. L'analyse recueillie à partir de ces simulations permet aux développeurs de retirer plus tôt les inefficacités de l'interface utilisateur et d'éviter les mauvaises surprises après le déploiement du produit physique.

Minimisation ou élimination de l'interruption de l'activité et de ses coûts

Surtout dans les grands systèmes interconnectés, une erreur dans un seul module d'une application peut avoir des répercussions et causer une indisponibilité indésirable, affectant la productivité et le résultat net de manière négative.

Les fournisseurs de Cloud, par exemple, rapportent systématiquement les pannes d'un côté qui paralysent toute une région et causent des pannes de plusieurs heures. Cela peut être particulièrement dévastateur pour les organisations qui dépendent d'une haute disponibilité du service. Le test continu à un niveau granulaire identifie les erreurs qui pourraient autrement être invisibles dans les grands systèmes de logiciels et permet d'éviter les coûts d'interruption de l'activité.


Méthodologies

Le test continu implique un spectre de tests qui assure la fiabilité, la sécurité, les performance des opération et la facilité d'utilisation du système. Les tests sur le spectre comprennent les éléments suivants :

  • Test « Shift-Left » : cette approche établit les priorités en matière de test du système et du logiciel tôt dans le cycle de développement du logiciel (SDLC) aideafin de permettre de réduire ou d'éviter d'importants problèmes de débogage des problèmes par la suite.
  • Test « Shift-Right » : cette approche priorise le test près de la fin du cycle de développement de logiciels, en se concentrant sur l'amélioration de l'expérience utilisateur, la performance globale, la tolérance aux défaillances et la fonctionnalité.
  • Tests de fumée : ces tests, qui peuvent être manuels ou automatisés, permettent un balayage initial rapide des failles visibles du logiciel. Les tests de fumée ne sont pas complexes dans leur construction, mais ils offrent tout de même une solution rapide et peu coûteuse pour éliminer les erreurs brutes présentes dans le logiciel.
  • Test unitaire : il est idéal pour vérifier la tension, la charge, le volume ou la fuite de mémoire à petite échelle à travers les constructions afin d'identifier les dégradations au cours des premiers stades de développement.
  • Tests d'intégration et de messagerie : ils vérifient les erreurs lorsque les modules du logiciel travaillent en collaboration les uns avec les autres. Le test continu virtualise les dépendances manquantes afin que les équipes puissent tester de quelle manière les scénarios et processus de bout en bout fonctionnent de manière collective. L'indicatif composite est ensuite compilé et exécuté en phase d'exécution pour tester s'il fonctionne comme prévu.
  • Tests de performance : tester les performances du logiciel d'application en lui-même peut ne pas prendre en compte le matériel et le logiciel intermédiaire dans l'environnement de production final. Un système de test intégré est nécessaire pour évaluer efficacement les performances globales de la solution.
  • Test fonctionnel : cette sorte de test vérifie si l'expérience utilisateur répond aux attentes et si les flux de travail fonctionnels s'exécutent selon les besoins à travers un système logiciel. Par exemple, le logiciel de chaîne d'approvisionnement doit être en mesure d'alerter les camions qui doivent arriver aux usines lorsque l'inventaire est disponible pour l'expédition. (En revanche, le test non-fonctionnel met l'accent sur la performance, la facilité d'utilisation, la fiabilité, le temps de réponse, le temps de chargement, l'extensibilité, etc., et jauge l'état de préparation du logiciel quant à la livraison de l'expérience client souhaitée. )
  • Test de régression : ce test vérifie s'il y a des changements dans la performance, la fonctionnalité ou les dépendances après que les erreurs ont été corrigées dans tout logiciel dépendant et que le système fonctionne comme avant.
  • Test acceptation par l'utilisateur : également appelét test d'application ou test utilisateur final, c'est lorsque l'application est testée dans une situation réelle par un sous-ensemble d'utilisateurs prévus. Le test bêta est un exemple de test d'acceptation par l'utilisateur.

Virtualisation et test en continu

Les systèmes et applications informatiques courent un plus grand risque d'erreurs en raison des caractéristiques suivantes :

  • Ils sont de plus en plus intégrés avec un hôte de nouvelles technologies (par exemple, cloud computing, Internet des objets (IoT), mise en réseau définie par les logiciels, réalité augmentée (AR).
  • Ils sont de plus en plus distribués dans de multiples régions, avec des cœurs et de limites interconnectés. Les applications pour les villes intelligentes, les voitures autonomes et les services publics intelligents sont les bénéficiaires d'une telle architecture.

Dans ces cas, le test continu est plus exigeant car le développement ne se fait pas dans une implantation unique ou dans une entreprise. Des tiers, y compris des équipes à distance, peuvent fournir certains éléments du système. Le système peut être intégré à des interfaces de programmation d'applications (API). Chaque équipe de développement opère dans différents environnement informatiques, y compris les logiciels existants. L'environnement physique de chacune des équipes est impossible à reproduire pour un test continu.

Heureusement, un test continu peut être virtuel afin de créer un environnement de test où l'ensemble du système peut être reproduit virtuellement dans une interface unique. Un environnement virtualisé peut être reconfiguré avec souplesse afin de tester un système informatique différent ou celui qui a été modifié pour corriger des erreurs


Rôle dans DevOps

Dans un environnement DevOps, le test continu est effectué automatiquement tout au long du cycle de développement du logiciel (SDLC) et travaille main dans la main avec l'intégration continue pour valider automatiquement tout nouveau code intégré dans l'application.

Les outils de test sont préchargés avec des scripts de test qui s'exécutent automatiquement à chaque fois qu'un nouveau code est intégré à l'application. Typiquement, les tests débutent par le test d'intégration et le déplacement automatique vers le système test, le test de régression et le test acceptation par l'utilisateur.

Les tests génèrent des flux de données à partir de chaque module d'application, et les flux sont analysés pour assurer que tous modules affectés par le nouveau code fonctionnent comme prévu. En cas d'échec, le code retourne vers l'équipe de développement pour correction ; puis il est réintégré et le cycle de test recommence.

Une fois tous les tests réussis, l'application ou le projet passe à l'étape suivante du cycle de développement de logiciels —typiquement la prestation de services en continu.

Voir l'explication d'Andrea Crawford sur les DevOps pour des informations de fond sur le sujet :


Cadres

Un cadre de test continu est nécessaire pour les ensembles de tests afin d'assurer leur cohérence entre les modules d'une application, leurs connecteurs (ou API et conteneurs), les plateformes, leur infrastructure et les scénarios qui définissent leurs exigences.

Les ensembles de tests peuvent être séquentiels (par ex. les tests de régression suivent les tests unitaires) ou ils peuvent être simultanés (par ex. une nouvelle itération d'un module est accompagnée d'un test avec des tests correspondants pour ses dépendances).

Un cadre de test continu fournit un encapsuleur autour de l'ensemble des tests afin qu'ils soient appliqués de manière cohérente et préparent la voie à l'automatisation . Les développeurs veulent être sûrs que l'approche qu'ils adoptent pour un module n'est pas différente de celles appliquées aux modules connexes. Lorsque les modules évoluent, la palette de tests pour les logiciels interreliés évolue aussi.

Les cadres de travail fournissent un moyen standard pour modifier facilement les scripts et les fonctions de test. L'automatisation récoltera des gains lorsque les incohérences dans les tests seront supprimées, sinon elle générera une série de résultats de tests erronés.


Test en continu et IBM

Avec de plus nombreuses organisations qui adoptent des pratiques agiles et DevOps, le besoin de qualité et de vitesse dans la prestation de service de d'applications est devenu un composant essentiel de la croissance et le la durabilité de l'entreprise. IBM comprend l'importance de tests logiciels plus intelligents — tests de haute qualité, automatisés et intégrés au cycle de développement de logiciels. Nous pensons que le moyen le plus rapide et le plus sûr de moderniser les applications est de les tester et de les valider dans des environnements réalistes.

Pour aller plus loin :

En plus de la modernisation des applications, découvrez comment IBM peut aider votre organisation dans son parcours vers le cloud.

Commencez dès aujourd'hui avec un compte IBM Cloud.  


Solutions connexes

Moderniser les applications

Créez, modernisez et gérez avec confiance les applications de façon sécurisée dans tous les clouds