Un pouce vert pour Agrolly
Aider les petits agriculteurs à s’adapter au changement climatique
Vue aérienne d’un tracteur dans une ferme

Imaginez : vous tenez une ferme familiale dans une région rurale de l’est de la Mongolie. Comme beaucoup d’autres familles, vous cultivez des arbres fruitiers et des légumes, notamment de l’orge, des pommes de terre, des lentilles et des haricots.

Les conditions climatiques pour l’agriculture à petite échelle ne sont traditionnellement pas clémentes dans votre région. Le printemps est froid et venteux, l’été chaud et sec, et l’hiver extrêmement froid. Si vous planifiez bien en conséquence et travaillez dur, vous pouvez récolter suffisamment pour nourrir votre famille et vendre les produits restants sur les marchés de la région.

Passionné par l’agriculture, vous connaissez vos terres et vous savez comment vous en occuper pour garantir des récoltes productives. Vous vous appuyez sur des connaissances transmises de génération en génération et vous savez vous adapter aux conditions météorologiques saisonnières. Cependant, la crise climatique vous teste, vous et votre communauté, comme jamais vous n’avez été testés auparavant. Les températures et les précipitations deviennent de plus en plus extrêmes et imprévisibles, et les invasions de nuisibles et maladies des cultures sont plus difficiles à contrôler. Vos récoltes diminuent d’année en année.

Vous possédez un modèle de téléphone mobile plus ancien qui vous permet de vous connecter sur les réseaux sociaux pour échanger avec d’autres agriculteurs locaux sur vos bons et vos mauvais rendements, mais vous n’avez tout simplement pas le temps de faire tout cela pendant les périodes de semis et de récolte. De plus, vous avez beau chercher partout, vous ne trouvez aucune prévision météorologique à long terme dans votre langue pour votre exploitation. Vous avez donc du mal à prouver aux institutions financières que vous pouvez gérer efficacement vos récoltes au fil du temps. Même si le gouvernement mongol a mis de côté des fonds verts pour aider les agriculteurs à acheter des outils, des semences et de l’engrais, les banques ne peuvent pas vous aider à obtenir des prêts sans connaître votre risque de crédit.

Vous n’êtes pas le seul dans ce cas. Partout dans le monde, en particulier dans les pays émergents où l’agriculture de subsistance et les cultures marchandes sont essentielles à la survie, les agriculteurs sont confrontés à des défis similaires à cause du changement climatique.

Développement rapide de projets

 

Une équipe de quatre personnes dispersées dans le monde entier a développé un projet de produit minimum viable (MVP) en 25 jours

Des cultures diversifiées

 

Les agriculteurs ont accès à des analyses des risques sur les cultures par emplacement et par stade de croissance pour plus de 50 types de cultures

Utilisateurs actifs

 

Une fois lancées, les applications mondiales et régionalisées ont rapidement attiré plus de 1 600 utilisateurs actifs

Tout ce que nous savions, c’est que nous voulions aider les autres. C’était notre rêve. Manoela Morais Cofondatrice et PDG Agrolly
Rêver en grand

C’est pour cette raison qu’a été développée la solution gagnante du Call for Code Global Challenge 2020. Abréviation d’un terme signifiant « allié agricole », l’application d’aide à l’agriculture Agrolly peut aider tous les agriculteurs à adopter une approche axée sur les données plus agile dans leur travail. Alimentée par un logiciel open source sur des technologies IBM, l’application fournit des prévisions météorologiques à court et à long terme, des informations sur la gestion des risques liés aux différents types de cultures et un environnement en ligne pour le partage des connaissances et les échanges sur les réseaux.

L’équipe qui a créé l’application avait un objectif simple : aider les autres.

« Nous ne savions pas exactement quelle solution développer et à quels défis nous allions être confrontés. Call for Code est une compétition comptant plus de 400 000 participants. C’était forcément intimidant », déclare Manoela Morais, cofondatrice et PDG d’Agrolly. « Tout ce que nous savions, c’est que nous voulions aider les autres. » C’était notre rêve. »

Provenant de diverses régions du monde, les quatre fondateurs d’Agrolly se sont rencontrés alors qu’ils étaient étudiants à l’université Pace de New York. Manoela Morais est originaire du Brésil, Ajinkya Datalkar, directeur de la technologie, d’Inde, Chimegsaikhan [Chimka] Munkhbayar, directrice des opérations, de Mongolie et Helen Tsai, responsable des technologies de l’information, de Taïwan.

Inspiré par le thème du changement climatique de la compétition Call for Code 2020, l’équipe a réfléchi à une solution potentielle. Chimegsaikhan Munkhbayar, qui a grandi en aidant sa grand-mère à exploiter un petit lopin de terre dans la province de Sukhbaatar, dans l’est de la Mongolie, a expliqué les difficultés rencontrées par les agriculteurs de la région. Le reste du groupe a raconté des situations similaires, rencontrées dans leur pays d’origine.

En Inde, par exemple, l'agriculture est la principale source de subsistance pour environ 58 % de la population, et la famille d’Ajinkya Datalkar en fait partie. « Dans la région de Latur, ville de l’État du Maharashtra, et dans d’autres parties de l’Inde, les agriculteurs sont régulièrement confrontés à des périodes de sécheresse, pendant lesquelles le gouvernement distribue de l’eau dans des trains. Cela mène de nombreux agriculteurs au suicide », explique-t-il.

Connu comme le « Royaume des Fruits », Taïwan a connu sa pire année de sécheresse en plus d’un demi-siècle en 2020. En outre, les pluies saisonnières arrivent plus tôt et plus tard qu’à l’accoutumée, perturbant la floraison des arbres.

Au Brésil, les petits agriculteurs ne peuvent souvent plus se fier aux connaissances transmises par leur famille comme ils le faisaient auparavant, ni même à leur expérience personnelle de l’année passée.

En savoir plus sur le Call for Code Global Challenge.

Diviser pour mieux régner

L’équipe d’Agrolly a rapidement trouvé sa mission : créer une application pour les agriculteurs de leur pays et d’autres dans le même cas. Ensuite, les membres de l’équipe ont fait appel à leur expertise individuelle pour contribuer à la réussite du projet.

Chimegsaikhan Munkhbayar, titulaire d’un MBA en entrepreneuriat de l’université de PACE avec une bourse Fulbright, a pris les commandes du développement stratégique de l’application. Sur les réseaux sociaux, elle a contacté plusieurs agriculteurs et autres experts du domaine dans l’est de la Mongolie afin que l’équipe puisse avoir une meilleure idée de leurs besoins.

L’équipe a appris que les agriculteurs avaient accès uniquement aux prévisions météorologiques régionales à court terme. Pour le reste, ils n’avaient accès qu’à des documents et formats PDF sur les sites Web scientifiques. Les agriculteurs avaient besoin de prévisions annuelles et de tendances sur plusieurs années concernant spécifiquement leurs exploitations. Ils avaient également besoin de données météorologiques faciles à lire qu’ils pourraient télécharger rapidement sur leurs appareils mobiles, directement dans le champ.

Ces informations et d’autres encore ont permis à l’équipe d’Agrolly de définir les principales fonctions et exigences techniques de l’application, notamment la compatibilité avec des modèles de téléphones mobiles plus anciens, la prise en charge de différentes langues et le chargement d’images.

L’équipe s’est ensuite attelée au développement de l’application. Ajinkya Datalkar, qui venait de terminer ses études supérieures en informatique et en développement de logiciels, a conçu l’architecture de la solution et écrit le code.

« Nous travaillions en non-stop 7 jours sur 7. À un moment donné, je codais tellement que nous avons pu effectuer deux mises à jour majeures en une journée », explique-t-il.

Manoela Morais, ingénieure chimiste ayant de l’expérience dans la gestion des risques agricoles, s’est occupée de l’analyse des données et de la gestion du projet. Elle a aidé l’équipe à adapter les méthodologies Agile pour accélérer le travail.

« Nous avions une liste de priorités et nous nous réunissions tous les jours pour nous attribuer des tâches. Chacun et chacune d’entre nous était responsable d’une tâche, et si quelqu’un rencontrait un problème, nous étions tous là pour l’aider. C’est également grâce à une planification très serrée que nous avons pu mener ce projet à bien », indique-t-elle.

Ajinkya Datalkar partage cet avis. « Nous avons utilisé des méthodologies Agile à très grande échelle », explique-t-il. « Si je rencontrais un problème, par exemple avec la conception, j’appelais les autres membres de l’équipe et je leur envoyais des captures d’écran, en leur disant : "Jetez un coup d’œil et dites-moi ce que vous en pensez". »

Helen Tsai a une formation en finance d’entreprise et est diplômée en informatique. Elle a veillé à ce que l’application présente les informations de manière visuellement intuitive afin que les utilisateurs puissent rapidement obtenir les informations nécessaires pour prendre des décisions éclairées.

Un MVP en 25 jours

Travaillant en continu, l’équipe a profité des ressources IBM mises à la disposition des participants au défi Call for Code, notamment un crédit de compte IBM Cloud, IBM Watson et d’autres kits de démarrage, un espace de travail Slack Call for Code dédié surveillé par des mentors et une bibliothèque de contenus techniques.

« La documentation en ligne des produits IBM est bien faite », déclare M. Datalkar. « Nous avons gagné beaucoup de temps grâce à elle. Et les mentors étaient toujours disponibles sur Slack pour répondre à nos questions. »

Ils ont développé et lancé leur MVP en 25 jours. « Ce fut intense, car Manoela, Chimka et moi avions obtenu notre diplôme le 16 mai. Et le 28 mai, nous commencions déjà à travailler sur la solution, pour proposer notre MVP terminé le 26 juin. L’application a immédiatement été placée sur le marché [Google Play], où n’importe qui dans le monde peut la télécharger gratuitement », explique M. Datalkar.

Ils ont atteint leur objectif malgré les confinements liés à la pandémie de COVID-19 et la distance. Au début du projet, les quatre membres de l’équipe vivaient toujours à New York, mais peu de temps après, Helen Tsai est rentrée chez elle à Taïwan et Chimegsaikhan Munkhbayar en Mongolie.

Selon Helen Tsai, la flexibilité a été un facteur essentiel. Elle raconte qu’elle oubliait parfois les décalages horaires et envoyait des messages aux autres alors qu’ils étaient censés dormir.

« Il était deux ou trois heures du matin pour eux, mais ils répondaient toujours pour me soutenir. Je me disais : « Oh, désolée, tu ne dors pas ? » Nous n’avons pas dormi pendant un mois », rie-t-elle.

 

Fonctionnement de l’application

L’application Agrolly peut fournir les informations dont les petits agriculteurs ont besoin pour planifier efficacement la production de cultures et minimiser les risques liés à des conditions climatiques imprévisibles.

Tout d’abord, le module météo fournit un vaste éventail de prévisions pour le village et la province de l’utilisateur. L’application affiche les prévisions horaires et hebdomadaires en se connectant aux technologies de The Weather Company. Trouver un moyen abordable de fournir des données météorologiques à long terme s’est avéré plus compliqué. L’équipe s’est entretenue avec des agronomes et des data scientists pour effectuer des recherches approfondies sur des ensembles de données pertinents. Elle a finalement décidé d’écrire son propre algorithme et d’extraire des données historiques sur cinq ans de la base de données GPM de la NASA afin de pouvoir faire des prévisions à long terme.

Le deuxième module permet aux petits agriculteurs d’effectuer des évaluations automatisées des risques : une innovation inédite dans le secteur. Il combine les prévisions météorologiques à long terme d’Agrolly avec les exigences en matière d’eau de culture publiées par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) des Nations Unies, qui dépendent de l’emplacement, du type et du stade de croissance de la culture. En s’appuyant sur le modèle d’évaluation des risques agricoles d’Agrolly, il fournit ensuite des informations permettant aux agriculteurs de déterminer quoi planter et quand. Les agriculteurs peuvent également utiliser les résultats pour se qualifier pour les prêts et crédits auprès des institutions financières locales.

« Lorsqu’un agriculteur accède à notre application, il sélectionne un type de culture, la date de semis et l’emplacement. L’application calcule ensuite tous les risques liés au climat de la localisation, tels que la température et les besoins en eau, pour cette culture spécifique, au cours de la période de plantation », explique Manoela Morais. « Grâce à ces informations, l’agriculteur peut prendre de meilleures décisions : choisir le meilleur type de culture en fonction des facteurs de risque, ou planifier les ressources nécessaires pour gérer ces risques, et ainsi améliorer sa productivité. »

Le troisième module est un forum en ligne où les agriculteurs peuvent facilement échanger pour apprendre plus sur les plantations et partager des conseils agricoles, en envoyant des messages ou en chargeant des images. Cette fonctionnalité est très appréciée dans des pays comme la Mongolie, où les jeunes qui se lancent peuvent apprendre auprès d’agriculteurs plus expérimentés. L’équipe prévoit également de lancer un module de type Questions à un expert, que les agriculteurs pourront utiliser pour consulter directement les spécialistes agricoles et accéder aux documents sur les bonnes pratiques.

Au départ, l’équipe n’avait accès à aucun serveur ni aucune infrastructure cloud pour exécuter et stocker les régressions statistiques de ses algorithmes. Après des recherches plus approfondies, Ajinkya Datalkar a découvert que l’équipe pouvait créer sa solution à l’aide de la plateforme IBM Cloud Kubernetes Service et exécuter ses régressions avec la solution d’automatisation de modèles IBM Watson Studio. Les résultats pourraient ensuite être stockés sur la plateforme IBM Cloud Object Storage avant leur mise en cache sur le serveur Agrolly. L’application Agrolly s’appuie également sur la solution IBM watsonx Assistant , qui permet aux utilisateurs de localiser les outils de l’application et de gérer leurs listes de tâches. L’équipe utilisera également cette solution pour créer la fonction Questions à un expert.

 

Du concept à l’entreprise

Le travail acharné de l’équipe a payé. Annoncé en octobre, le grand prix du Call for Code Global Challenge 2020 (lien externe à ibm.com) a été remis à la solution Agrolly. Sa place de vainqueur a permis à l’équipe d’Agrolly de recevoir une subvention de 200 000 USD, des outils pour tester et construire la plateforme, et une assistance continue d’IBM Service Corps, d’autres experts techniques et de la Linux Foundation.

Depuis, l’équipe d’Agrolly a formé sa propre entreprise, qui connaît un bel essor. « Cette compétition a marqué un tournant majeur dans la transformation d’Agrolly, car cela nous a donné une véritable chance de créer une entreprise », explique Manoela Morais. « Nous avons réussi avec l’aide d’IBM, qui a mis à notre disposition de nombreuses personnes pour nous coacher et nous soutenir. En outre, la publicité autour de notre récompense contribue à renforcer notre pertinence dans le secteur.

À terme, en collaboration avec la Linux Foundation, Agrolly va donner la possibilité à des personnes du monde entier d’améliorer l’application. « Je suis en train de créer une interface et des fonctions qui permettront aux développeurs et à d’autres personnes d’apporter leur contribution », explique Helen Tsai. « Même les agriculteurs seront en mesure de partager leurs connaissances sur les cultures et de raconter les défis auxquels ils sont confrontés. »

Suite au feedback des premiers utilisateurs, l’équipe a appris que les technologies agricoles, les cultures principales et les conditions météorologiques varient selon les régions, ce qui exige que cette application mondiale soit localisée pour la Mongolie, le Brésil et l’Inde. Helen Tsai chapeaute également une collaboration avec IBM pour créer une interface Web propre à Taïwan. La nouvelle interface, dont le lancement est prévu début 2022, permettra à Agrolly de tester l’efficacité de la distribution de solutions basées sur le Web plutôt que sur mobile.

Après avoir testé des applications localisées en Mongolie, au Brésil et en Inde, l’équipe va en lancer une propre à chaque pays, téléchargeable gratuitement sur les marketplaces d’applications. Malgré l’utilisation croissante des smartphones dans les pays émergents d’Asie, la solution Agrolly est la première application agricole disponible en Mongolie. Pour encourager l’adoption des applications par les agriculteurs locaux dans les provinces de l’est, Chimegsaikhan Munkhbayar collabore avec des spécialistes agricoles régionaux pour proposer des sessions de formation en groupe et en interne, mener des recherches sur le terrain et répondre aux commentaires des utilisateurs.

Au Brésil, Manoela Morais établit des relations avec les universités et les agences gouvernementales prêtes à apporter leur aide pour déployer l’application dans leurs régions. Ces organisations sont mieux à même d’identifier et de surmonter les obstacles à l’adoption de cette solution par les agriculteurs dans leurs communautés, des obstacles comme l’accès à Internet et les compétences numériques limités.

En outre, l’équipe d’Agrolly teste et améliore en continu son modèle de prévision météorologique à long terme. Ajinkya Datalkar va également déplacer la solution vers une nouvelle architecture entièrement construite sur IBM Cloud, ce qui permettra à Agrolly de dimensionner l’application de manière économique en fonction de son utilisation.

D’autres améliorations prévues permettront aux institutions financières de calculer les scores de crédit des agriculteurs et de faciliter l’approbation des prêts. Les agriculteurs pourront également utiliser l’application pour y transférer des dossiers papier, par exemple pour la production et la vente de cultures, et pour la lutte contre les nuisibles.

 

Améliorer la sécurité alimentaire

Les agriculteurs qui utilisent l’application peuvent actuellement effectuer des analyses des risques liés aux cultures par emplacement et par stade de croissance pour plus de 50 types de cultures, et Agrolly continue d’étoffer ces informations. Plus de 1 600 personnes ont téléchargé les applications à ce jour : 500 personnes l’application mondiale, 1 000 personnes l’application localisée pour la Mongolie et 100 personnes l’application localisée pour l’Inde.

Les agriculteurs déclarent qu’avec des prévisions météorologiques à long terme et des évaluations fiables des risques, ils peuvent prendre des décisions plus éclairées concernant l’irrigation des champs et d’autres aspects de l’utilisation des ressources. Ils peuvent également collaborer plus facilement avec les banques pour obtenir des prêts.

De plus, les agriculteurs apprécient de pouvoir consulter des agronomes et découvrir de nouvelles cultures et pratiques agricoles, notamment en regardant des photographies, directement depuis leurs parcelles. Certains agriculteurs prévoient également d’utiliser le forum de l’application pour se mobiliser dans des coopératives agricoles, ce qui peut représenter un avantage concurrentiel sur les marchés.

Pertinente au niveau local, l’application peut également avoir un impact plus généralisé. Les récoltes productives permettent non seulement aux agriculteurs de mieux prendre soin de leurs familles, mais aussi de contribuer à la croissance économique et à la sécurité alimentaire au niveau national. Au niveau mondial, il est essentiel d’aider les petits agriculteurs à faire face au changement climatique pour atteindre plusieurs objectifs de développement durable des Nations Unies, notamment l’action pour le climat, l’élimination de la pauvreté et l’élimination de la faim.

« Nous voulons rendre l’agriculture plus durable, afin que les agriculteurs puissent utiliser plus efficacement l’eau, les sols et les autres ressources naturelles de leur pays », explique Chimegsaikhan Munkhbayar.

Honorée par cette récompense, l’équipe continue de travailler dur pour aider les agriculteurs à prendre le contrôle de leurs propres destins. « Ce que j’apprécie le plus, c’est la gratitude des agriculteurs, lorsque l’on réussit à leur fournir des informations précieuses leur permettant d’améliorer leurs perspectives et de réduire leurs risques de manière proactive », explique Manoela Morais.

À propos de Call for Code

L'initiative Call for Code offre aux développeurs, aux data scientists et aux responsables de la résolution de problèmes la possibilité de contribuer à des projets technologiques open source durables concernant des problèmes sociaux et humanitaires. Imaginé par IBM avec le créateur David Clark Cause, le challenge Call for Code à pour objectif de déployer des solutions véritablement capables de faire une différence dans les communautés qui en ont le plus besoin.

A propos de The Weather Company

The Weather Company, une entreprise IBM, fournit plus de 25 milliards de prévisions personnalisées et exploitables chaque jour à des millions de consommateurs et à des milliers d’entreprises et de spécialistes du marketing. Elle y parvient grâce à l’API The Weather Company, à sa division de solutions métier et aux produits numériques de The Weather ChannelLien externe (lien externe à ibm.com) et de Weather UndergroundLien externe (lien externe à ibm.com). Ses produits comprennent l’application météorologique la plus téléchargée au monde, un réseau de 250 000 stations météorologiques personnelles, un site Web qui figure parmi les 20 premiers aux États-Unis, l’une des plus grandes plateformes de données de l’Internet des objets (IdO) au monde et des solutions commerciales de pointe.

Logo Agrolly
À propos d’Agrolly

Basée à New York, Agrolly (lien externe à ibm.com) propose une application d’aide à l’agriculture qui permet aux agriculteurs du monde entier de connaître les conditions météorologiques, hydriques et pédologiques nécessaires pour des récoltes productives. Agrolly vise à combler les lacunes en matière d’informations pour permettre aux agriculteurs disposant de peu de ressources de prendre des décisions plus éclairées, d’obtenir les financements nécessaires et d’améliorer leurs résultats économiques.

Passez à l’étape suivante

Pour en savoir plus sur les solutions IBM présentées dans cette étude de cas, veuillez contacter votre interlocuteur IBM habituel ou votre partenaire commercial IBM.

Voir plus d’études de cas Contacter IBM Blog des développeurs IBM

Agrolly fait progresser les petits agriculteurs grâce à ses innovations technologiques

Lire le blog
IBM Call for Code

Agrolly aide les petits agriculteurs à s’adapter au changement climatique

Lire le blog
Mentions légales

© Copyright IBM Corporation 2021. IBM Corporation, IBM Developer, New Orchard Road, Armonk, NY 10504

Produit aux États-Unis d'Amérique, Septembre 2021.

IBM, le logo IBM, ibm.com, IBM Cloud et IBM Watson sont des marques commerciales d’International Business Machines Corp., déposées dans de nombreux pays. Les autres noms de produits et de services peuvent être des marques d’IBM ou d’autres sociétés. La liste actualisée de toutes les marques d’IBM est disponible sur la page Web ibm.com/legal/copyright-trademark.

La marque Linux est utilisée dans le cadre d’une sous-licence de la Fondation Linux, titulaire d’une licence exclusive de Linus Torvalds, propriétaire de la marque à l’échelle mondiale.

The Weather Channel, The Weather Company et Weather Underground sont des marques commerciales ou des marques déposées de TWC Product and Technology, LLC, une société IBM.

Les informations contenues dans le présent document étaient à jour à la date de sa publication initiale. Elles peuvent être modifiées sans préavis par IBM. Les offres mentionnées dans le présent document ne sont pas toutes disponibles dans tous les pays où la société IBM est présente.

Les données de performance et les exemples de clients cités sont présentés à titre informatif uniquement. Les résultats des performances peuvent varier en fonction des configurations et des conditions de fonctionnement. LES INFORMATIONS CONTENUES DANS LE PRÉSENT DOCUMENT SONT FOURNIES « EN L’ÉTAT », SANS AUCUNE GARANTIE EXPLICITE OU IMPLICITE, NOTAMMENT SANS AUCUNE GARANTIE DE QUALITÉ MARCHANDE, D’ADÉQUATION À UN USAGE PARTICULIER ET AUCUNE GARANTIE OU CONDITION D’ABSENCE DE CONTREFAÇON. Les produits IBM sont garantis conformément aux dispositions des contrats qui régissent leur utilisation.