Moderniser l’infrastructure des marchés financiers
CLS crée une plateforme de règlement qui a l’ambition de façonner l’avenir du marché des changes

Chaque jour, les banques, les entreprises et les investisseurs échangent en toute confiance des devises pour une valeur de plusieurs billions de dollars sur le marché des changes (FX). Qu’il s’agisse de livres sterling contre des pesos mexicains ou de francs suisses contre des forints hongrois, ils savent que les transactions sont sécurisées et qu’ils recevront la devise pour laquelle ils ont payé. Le moteur de cette confiance ? CLS, une société dont les services de règlement sont au cœur de l’écosystème mondial des changes.

Les marchés de change modernes ne sont sécurisés que depuis une époque relativement récente. En 1972, lorsque la banque allemande Bankhaus Herstatt s’est effondrée, bon nombre des parties avec lesquelles elle était engagée dans des transactions de change ont subi de lourdes pertes. En réponse, l’écosystème mondial FOREX a commencé à chercher des moyens d’atténuer les risques systémiques et, en 2002, grâce à une coopération sans précédent au sein de la communauté, l’entité CLS a été fondée, avec ses 39 organisations membres et ses sept devises couvertes.

Aujourd’hui, la société compte parmi ses membres plus de 70 des institutions financières les plus importantes au monde, et plus de 25 000 autres utilisent ses services pour régler des transactions dans 18 des devises les plus échangées.

D’un point de vue général, la plateforme de CLS garantit que les instructions de paiement des deux parties d’une opération de change donnée sont réglées simultanément, ce qui élimine le risque que l’une des parties livre la devise vendue mais ne reçoive pas la devise achetée. Parallèlement, CLS fournit un réseau multilatéral de paiements qui réduit le capital dont chaque participant a besoin pour régler ses transactions (les exigences de financement sont ainsi diminuées de 96 % en moyenne).

Des volumes colossaux

 

En moyenne, CLS règle quotidiennement 5,5 billions de dollars en instructions de paiement dans le marché des changes

Réduction des coûts

 

Le réseau multilatéral de CLS réduit les exigences de financement de 96 % en moyenne

En pleine adversité, les équipes de CLS et d’IBM® ont collaboré plus étroitement que jamais. Des deux côtés, les personnes impliquées ont fait preuve d’un dévouement exceptionnel. Ritesh Gadhiya Responsable des demandes de règlement CLS
Règlements à grande échelle

Depuis le début de ses activités en 2002, CLS a développé ses activités autour de CLSSettlement, une plateforme de règlement développée, hébergée et gérée par IBM. La plateforme a connu un énorme succès et a aidé CLS à développer son activité pour traiter en moyenne plus de 5,5 billions de dollars américains et un million d’instructions par jour. À maintes reprises, le système a montré qu’il était à toute épreuve, y compris pendant les pics d’activité du marché. Par exemple, en 2020, la plateforme a traité un volume record de plus de 2,6 millions d’instructions en l’espace d’une seule journée, pour une valeur de 13,4 billions de dollars américains. Pour mettre ce chiffre en perspective : 13,4 billions de dollars américains équivalent approximativement au produit intérieur brut annuel de la Chine en 2018.

Mais malgré son succès, le système était le produit technologique d’une époque. Le code d’application était étroitement associé aux middlewares existants, qui étaient difficiles à prendre en charge et limitaient l’agilité de l’entreprise dans le développement, le test et le lancement de nouveaux services.

Pour faciliter l’évolution des marchés des changes dans les années à venir, CLS a lancé une initiative visant à moderniser la plateforme CLSSettlement, notamment en passant à une nouvelle infrastructure, en réécrivant l’application principale (passant de C à Java) et en s’appropriant davantage son développement. L’objectif de l’initiative était de permettre la convergence entre la plateforme et la plateforme de services unifiés (« Unified Services Platform » ou USP) de l’entreprise, qui sert d’infrastructure à d’autres produits CLS tels que CLSClearedFX et CLSNow.

Cette initiative de convergence nécessitait un changement de paradigme dans la relation entre CLS et IBM, qui devait passer d’une relation de type client-fournisseur à un partenariat beaucoup plus collaboratif. Pour contribuer à ce changement, les cadres supérieurs de l’entreprise se sont activement investis dans le projet et ont nommé un directeur chargé de la supervision du programme. Celui-ci s’est appuyé sur l’expérience d’IBM pour élaborer des plans et définir une gouvernance qui, ensemble, ont permis de mettre en œuvre la transformation voulue.

Ensemble, surmonter les obstacles

Après un atelier de projet organisé par CLS dans le New Jersey, l’équipe a véritablement commencé à faire corps, et c’est à ce moment que tout a changé. La pandémie de COVID-19 avait confiné une grande partie du monde, et les bureaux dédiés au projet (dans le New Jersey et à New York pour les États-Unis, à Portsmouth et à Londres pour le Royaume-Uni, et enfin à Pune et à Chennai pour l’Inde) avaient dû fermer leurs portes, ne laissant d’autre choix aux équipes que de travailler à domicile.

Malgré les défis imposés par la pandémie, l’équipe a su adapter sa méthodologie de livraison et a tiré parti du nouveau mode de conduite des opérations pour améliorer la communication et la flexibilité au sein de cette équipe distribuée.

Les responsables du projet ont donné aux membres de l’équipe la possibilité de définir leurs propres emplois du temps pour y intégrer la garde d’enfants et d’autres obligations familiales. Le résultat ? La maximisation du temps de travail issue du chevauchement entre plusieurs zones géographiques et fuseaux horaires a abouti à une augmentation de la productivité.

« Tout le monde a fait sienne l’idée du travail asynchrone » explique Rachel Lum, partenaire exécutif chez IBM. « C’était un changement dans la culture d’entreprise que nous avions voulu, et tout le monde y a adhéré. »

Nous sommes rapidement parvenus à un véritable esprit d’équipe et, alors que CLS et IBM se concentraient sur différents aspects du projet, la collaboration entre membres s’est généralisée.

« En pleine adversité, les équipes de CLS et d’IBM ont collaboré plus étroitement que jamais », déclare Ritesh Gadhiya, responsable des applications de règlement chez CLS. « Des deux côtés, les personnes impliquées ont fait preuve d’un dévouement exceptionnel. »

Zéro marge d’erreur

L’objectif du projet était de créer et de déployer une application moderne capable de gérer parfaitement l’échelle et la complexité des règlements dans le marché des changes. Le service de règlement de CLS étant un élément essentiel de l’infrastructure des marchés financiers mondiaux, il n’y avait aucune marge d’erreur.

L’équipe devait donc prendre toutes les précautions possibles pour atténuer les risques et s’assurer que la nouvelle application répondrait parfaitement aux exigences des marchés des changes.

En premier lieu, l’équipe a travaillé sur la base de plateformes parfaitement testées et standardisées, dont l’efficacité a été prouvée à grande échelle par des milliers d’autres organisations de services financiers. Elle a développé la nouvelle application en Java sur Red Hat® Enterprise Linux® en utilisant une variété de middlewares IBM, y compris IBM MQ, IBM WebSphere® Application Server, IBM Workload Scheduler et IBM® Security® Verify Access.

L’équipe mixte CLS et IBM a ensuite rigoureusement testé l’application en interne et auprès de chacune des 74 banques membres, un processus extrêmement exigeant et complexe, qui impliquait de coordonner les modifications aux systèmes de chaque banque avant de les confirmer, ainsi que d’apporter des modifications à la nouvelle application CLS elle-même. Cette phase de test s’est déroulée dans les délais prévus, ce que CLS salue comme une réussite majeure.

« Le projet a permis de mettre en place certaines innovations dans la façon dont nous testons nos systèmes », explique M. Gadhiya. « Par exemple, nous avons créé un moteur de test de modèles de risque (RMTE) que nous avons utilisé pour exécuter des simulations comportant plus de 28 000 scénarios et l’équivalent de 100 ans de données de production dans le cadre des tests de charge de nos algorithmes. »

Exécution en parallèle

Une fois que les tests d’intégration complets avaient donné à l’équipe un niveau de confiance suffisant dans la nouvelle application, la prochaine phase était d’exécuter le système en parallèle à la plateforme existante. Les deux systèmes ont fait l’objet d’une surveillance et d’une analyse rigoureuses pour confirmer qu’ils produiraient de façon systématique les mêmes résultats pour le marché.

Cette phase parallèle a été conçue pour permettre des migrations fréquentes de données, le but étant de réinitialiser l’état de la nouvelle application dans le cas où son comportement aurait montré une divergence par rapport au système existant. Fait remarquable : durant l’exécution parallèle, qui s’est étalée sur six mois, l’équipe n’a eu besoin d’utiliser cette fonctionnalité qu’une seule fois pour résoudre un problème logiciel.

« Après le lancement de la phase d’exécution parallèle, le logiciel s’est stabilisé très rapidement. La qualité des données de CLS était extrêmement élevée, et nous avons constaté que les besoins de corrections ou de migrations de données étaient très faibles », déclare Patrick Smith, gestionnaire de programme chez IBM. « En fait, même lorsque CLS a connu la plus grosse journée de transactions de son histoire et que la nouvelle application a dû traiter une charge de travail trois fois supérieure à la normale, les résultats étaient à la hauteur des attentes. Nous étions ravis, car cela prouvait que nous pouvions passer d’un système à l’autre sans problème, même avec un niveau de transactions très élevé. »

Vers la fin de cette phase d’exécution parallèle, l’accent a été mis sur les préparations pour l’événement de transition final vers la mise en production. L’équipe a effectué plusieurs répétitions à grande échelle, chacune d’une durée de 20 à 30 heures et impliquant de nombreuses parties prenantes de toute l’équipe de projet distribuée. Encore une fois, la nécessité de travailler efficacement dans le cadre des restrictions imposées par la pandémie mondiale a créé des défis, mais a également permis l’émergence de nouvelles idées et l’amélioration de certains processus.

Par exemple, au lieu de s’appuyer sur des équipes établies pour superviser chaque étape du processus de transition, un modèle beaucoup plus résilient a été mis en place, avec de multiples ressources disponibles sur plusieurs sites prêtes à venir en renfort au cas où un membre de l’équipe rencontrerait des problèmes de connectivité, de secteur ou autres à des étapes critiques. CLS aura tout le loisir de réutiliser ce modèle pour de futurs changements ou transformations.

Une plateforme pour l’avenir

Même si, après tous les tests et toutes les répétitions, l’équipe était convaincue qu’elle pouvait passer à la transition finale vers la phase de production, une certaine nervosité était palpable.

« Même si vous êtes bien préparé, vous ne savez jamais vraiment ce qui va se passer le jour du lancement », explique M. Gadhiya. « L’équipe s’était beaucoup investie dans le projet, et elle voulait suivre chaque minute de la transition. Nous avons donc mis en place une salle de contrôle virtuelle en direct accessible à tout le monde pour suivre les progrès. »

En fait, les inquiétudes étaient totalement inutiles. Seuls quelques problèmes mineurs sont survenus, ils ont été résolus rapidement, et la transition a été un succès total.

« Nous avons été agréablement surpris par la fluidité du processus », explique M. Gadhiya. « Dans le secteur des infrastructures dédiées aux marchés financiers, nous sommes probablement la première entreprise à tenter un projet de modernisation de cette ampleur. Et avec IBM, nous avons montré que ce genre de changement était possible. »

La nouvelle plateforme de CLS réduit les risques en supprimant les middlewares existants au profit d’une solution flexible et standardisée, avec des composants faiblement couplés qui facilitent le développement, les tests et la gestion indépendante. Elle contribuera à accélérer le développement de nouveaux produits et services et permettra à CLS de conserver sa position d’innovateur sur les marchés Forex.

La plateforme offre également des capacités de contrôle améliorées pour la performance, la capacité et la sécurité, elle permet l’automatisation des tâches de gestion du système qui étaient auparavant manuelles et augmente la résilience globale. Par exemple, en cas d’interruption, CLS sera en mesure de reprendre les opérations en respectant l’objectif de temps de reprise (RTO) de deux heures spécifié par les « Principles of Financial Markets Infrastructure » (principes pour l’infrastructure des marchés financiers).

M. Gadhiya conclut : « L’achèvement de la convergence marque le début d’une nouvelle ère pour CLS et nous fournit une plateforme moderne et unique que nous pouvons utiliser pour créer et exécuter plusieurs services et développer de nouvelles initiatives. En facilitant la croissance et l’évolution de nos systèmes, nous sommes en meilleure position pour proposer de nouvelles offres sur le marché et aider nos partenaires à réduire encore plus efficacement les risques liés aux règlements. »

logo CLS
À propos de CLS

Créé par le marché des changes pour le marché des changes, CLS (lien externe à ibm.com) fournit une infrastructure de règlement mondiale qui réduit le risque systémique et assure la standardisation des procédures pour de nombreuses devises parmi les plus activement échangées au monde. La société compte parmi ses membres plus de 70 des institutions financières les plus importantes au monde, et plus de 25 000 participants utilisent ses services de règlement.

Passez à l'étape suivante

Pour en savoir plus sur les solutions IBM présentées dans cette étude de cas, veuillez contacter votre interlocuteur IBM habituel ou votre partenaire commercial IBM.

Voir plus d’études de cas Contacter IBM State Bank of India

L’ascension d’un tigre financier

Lire l’étude de cas
TD Ameritrade

Investir dans l’avenir grâce à l’automatisation des processus métier

Lire l’étude de cas
Verizon

Le duo technologique repousse les limites de la technologie 5G

Lire l’étude de cas
Mentions légales

© Copyright IBM Corporation 2022. IBM Corporation, IBM Consulting, New Orchard Road, Armonk, NY 10504

Produit aux Etats-Unis, mars 2022.

IBM, le logo IBM, ibm.com, Cloudant, IBM Security et WebSphere sont des marques commerciales d’International Business Machines Corp., déposées dans de nombreux pays. Les autres noms de produits et de services peuvent être des marques d’IBM ou d’autres sociétés. Une liste actualisée des marques IBM est disponible sur la page ibm.com/trademark.

La marque Linux® est utilisée dans le cadre d’une sous-licence de la Fondation Linux, titulaire d’une licence exclusive de Linus Torvalds, propriétaire de la marque à l’échelle mondiale.

Red Hat® est une marque déposée de Red Hat, Inc. ou de ses filiales aux États-Unis et dans d’autres pays.

Le contenu de ce document (y compris les références de devise OU de tarification qui excluent les taxes applicables) est à jour à la date initiale de publication. Il peut être modifié par IBM à tout moment. Les offres mentionnées dans le présent document ne sont pas toutes disponibles dans tous les pays où la société IBM est présente.

Les données de performance et les exemples de clients cités sont présentés à titre informatif uniquement. Les résultats réels peuvent varier en fonction des configurations et des conditions de fonctionnement spécifiques. Il incombe à l’utilisateur d’évaluer et de vérifier le fonctionnement de tout autre produit ou programme avec les produits et programmes IBM. LES INFORMATIONS CONTENUES DANS LE PRÉSENT DOCUMENT SONT FOURNIES « EN L’ÉTAT », SANS AUCUNE GARANTIE EXPLICITE OU IMPLICITE, NOTAMMENT SANS AUCUNE GARANTIE DE QUALITÉ MARCHANDE, D’ADÉQUATION À UN USAGE PARTICULIER ET AUCUNE GARANTIE OU CONDITION D’ABSENCE DE CONTREFAÇON. Les produits IBM sont garantis conformément aux dispositions des contrats qui régissent leur utilisation.

Il incombe au client de respecter les lois et réglementations qui lui sont applicables. IBM ne fournit pas de conseils juridiques et ne déclare ni ne garantit que ses services ou produits garantiront que le client est en conformité avec la législation ou la réglementation en vigueur.

Déclaration de bonnes pratiques de sécurité : la sécurité des systèmes informatiques consiste à protéger les systèmes et les informations par la prévention, la détection et la réponse aux accès inappropriés depuis et en dehors de votre entreprise. Tout accès non autorisé peut conduire à la modification, à la destruction, au détournement ou à l'utilisation abusive d'informations, ainsi qu'à l'endommagement ou à l'utilisation abusive de vos systèmes, notamment pour les utiliser dans des attaques contre d'autres personnes. Aucun système ou produit informatique ne devrait être considéré comme entièrement sécurisé et aucun produit, service ou mesure de sécurité ne peut être totalement efficace pour empêcher l'utilisation ou l'accès abusif. Les systèmes, produits et services d'IBM sont conçus pour fonctionner dans le cadre d'une stratégie de sécurité globale et conforme à la loi qui implique nécessairement des procédures opérationnelles supplémentaires, et peuvent nécessiter des performances maximales des autres systèmes, produits et services. IBM NE GARANTIT PAS QUE LES SYSTÈMES, PRODUITS OU SERVICES SONT PROTÉGÉS CONTRE LES AGISSEMENTS MALVEILLANTS OU ILLÉGAUX D'UN TIERS OU QU'ILS PROTÉGERONT VOTRE ENTREPRISE CONTRE DE TELS AGISSEMENTS.