Aider les anciens combattants du Canada à se perfectionner

By | 2 minute read | 14 novembre 2022

Le Canada a fait de grands progrès au cours des trois dernières années en ce qui concerne le renforcement de la technologie et des compétences numériques. Toutefois, elle continue d’être mise au défi de trouver suffisamment de travailleurs formés pour combler le nombre croissant d’offres d’emploi axées sur la technologie de l’emploi. Par conséquent, les entreprises et les organisations qui envisagent la transformation numérique sont confrontées à l’écart entre les compétences en demande et la disponibilité d’une main-d’œuvre possédant les compétences requises.

Selon le Forum économique mondial, la fermeture de l’écart des compétences mondiales pourrait ajouter 11,5 milliards de dollars au PIB mondial d’ici 2028. Il n’y a pas de temps à perdre, car il y avait une pénurie de compétences bien avant la pandémie. Le Canada a une occasion unique de coordonner l’ensemble des industries et des secteurs afin de cultiver de nouvelles sources de talents comme les anciens combattants.

Pour la plupart des anciens combattants canadiens, la retraite du service militaire ne signifie pas qu’ils prennent leur retraite. Selon le rapport de 2019 de Statistique Canada, plus de la moitié (57 %) des anciens combattants des Forces canadiennes passent à des carrières civiles à la suite de leur service militaire. Les anciens combattants peuvent mettre à profit de nombreuses compétences et de l’expérience pratique gagnées par le service militaire en carrière dans la cybersécurité, l’analytique et l’intelligence artificielle (IA).

En bout de ligne, il est temps de préparer notre main-d’œuvre pour l’avenir et de doubler nos efforts pour fournir aux Canadiens, y compris aux anciens combattants, les compétences dont ils ont besoin pour naviguer dans la nouvelle économie numérique. Pour répondre à ce besoin urgent de perfectionner et de recycler notre main-d’œuvre, IBM offre de l’éducation, de la formation et du soutien aux anciens combattants avec des programmes tels que l’Initiative pour l’emploi des anciens combattants.La société s’associe également à des organisations comme Codage pour anciens combattants, ce qui aide les anciens combattants canadiens et leurs familles à passer du déploiement à l’emploi et à la mise à jour dans des domaines critiques comme la cybersécurité.

Pour ce qui est du développement des compétences, toutes les entreprises doivent élargir les réseaux qu’elles embauchent, en rapprochant l’offre et la demande. Qu’il s’agisse de compétences numériques ou de résolution de problèmes complexes, l’apprentissage tout au long de la vie et la résilience prendront place au centre, car les Canadiens cherchent à améliorer leurs compétences, à les recycler et à remplacer les emplois perdus.

IBMjoue un rôle clé pour combler le manque de compétences via le programme IBM SkillsBuild, une plateforme de formation numérique gratuite. Il aide les apprenants à acquérir de nouvelles compétences précieuses et à trouver des emplois, indépendamment de leurs antécédents ou de leur formation. IBM SkillsBuild offre aux apprenants une disponibilité professionnelle et des compétences techniques professionnelles et leur permet de gagner des badges numériques reconnus par le marché. Le programme aide les apprenants à suivre un parcours d’apprentissage centré sur l’emploi, soutenu par des organisations qui répondent à leurs besoins spécifiques. IBM s’engage à former 30 millions de personnes dans le monde d’ici 2030.

 

Paul Zikopoulos, Vice-Président, Groupe Technologies – Vitalité et optimisation des compétences

LinkedIn

[autopilot_shortcode]