AdVini, leader français des vins de terroirs, choisit IBM Cloud pour sa migration SAP
Téléchargez le document
Paysage de vignes
AdVini opte pour IBM Cloud pour sa migration SAP

Implanté depuis 150 ans à Saint-Félix-de-Lodez dans l’Hérault, AdVini est le leader français des vins de terroirs. La société s’est développée ces dernières années via une croissance externe soutenue. Ce développement a mis à rude épreuve le système d’information « on premise » de l’entreprise, poussant la Direction Informatique à explorer une migration vers le cloud.

Business challenge : croissance,résilience et puissance

AdVini a toujours fait usage de technologies avancées pour développer son activité. Depuis des années, la société utilise les outils SAP pour gérer toute la chaîne de production, de la culture à la livraison en passant par la récolte et la vinification. Pourtant solidement ancrée dans l’organisation de l’entreprise, la constance du modèle « on premise » s’est peu à peu fissurée pour laisser envisager un passage au cloud. Quatre défis principaux ont en effet poussé la Direction Informatique à explorer cette voie.

La croissance de la société : le développement d’AdVini par opérations de croissance externe impose d’intégrer régulièrement de nouvelles sociétés, de nouvelles ressources, de nouveaux utilisateurs… Autant de contraintes qui demandent des investissements technologiques, des ressources humaines et du temps.

Les risques « physiques » : c’est au siège de la société, à Saint-Félix-de-Lodez, qu’est installé le cœur du système d’information. Paradis viticole, le lieu n’en est pas moins un peu isolé : les infrastructures télécoms et électriques n’ont pas la robustesse de celles des grandes agglomérations.

Le risque « cyber » : avec de nouveaux utilisateurs et de nouvelles sociétés intégrées, la surface d’attaque des pirates informatiques augmente. Dans le même temps, les tentatives de piratage touchent un nombre croissant de secteurs économiques et n’épargnent pas le monde agricole.

Enfin, l’évolution technologique : AdVini a articulé son SI autour de l’offre SAP (ECC, HANA Database, Business Objects…). Installés sur des serveurs très puissants en 2013, ces derniers ont commencé à montrer leurs limites en raison des ressources requises par les volumes de données provenant de 25 sites et 6 usines.

Téléchargez le document (PDF 33 Mb)

Accédez à la client story en anglais (EN)

Solutions SAP sur IBM Cloud

Transformation : une trajectoire Cloud sur 7 mois

AdVini a fait le choix d’IBM pour migrer ses applications vers le cloud. Il faut dire que les sociétés se connaissent de longue date… l’entreprise ayant adopté l’AS400 (IBM Power i) lors de la création de son SI. En 2013, ce sont aussi des ingénieurs d’IBM qui ont installé la première version de SAP HANA. Aujourd’hui encore, la société fait appel à IBM pour diverses technologies, dont l’intelligence artificielle. AdVini utilise par exemple la plateforme IBM Watson pour anticiper les besoins hydriques des vignes et apporter un pilotage très précis de l’irrigation de ses vignobles méditerranéens.

Sous la houlette de la Direction informatique d’AdVini, trois partenaires sont intervenus sur cette migration : IBM Cloud pour la mise en place des serveurs, puis Kyndryl, société de services d’infrastructures issue d’IBM, pour la configuration des environnements, la sécurisation et la mise en place d’un système de sauvegarde. Enfin, la société Applium pour basculer le socle SAP vers le cloud.

Le déploiement s’est déroulé sur 7 mois, sans compter une pause du projet, liée à la construction du lien BVPN entre l’opérateur Orange et le Cloud IBM situé à Francfort. Tout a été intégralement reconstruit, des bases de données aux services d’applications, avec au passage une mise à jour des dernières versions de SAP HANA et de SAP Business Objects.

« L’engagement d’IBM a été sans faille tout au long de la mission », souligne Jérôme Combarnous, IT Manager chez AdVini, « dès le début, IBM France s’est mobilisé, y compris la Direction Générale, pour nous garantir les ressources, la performance et la sécurité. Cela a eu beaucoup de poids dans le choix de notre partenaire ». Durant la pause technique liée à la construction du lien BVPN, IBM a travaillé de concert avec Orange pour trouver une solution le plus rapidement possible. « Malgré ces complications, IBM, qui s’était engagé sur une enveloppe financière, a maintenu les budgets, ce qui est assez rare sur des projets aussi structurants », ajoute Jérôme Combarnous.

Sur l’ensemble de ce projet, l’engagement d’IBM a été sans faille. Nous avons immédiatement eu accès à des experts, aussi bien sur la partie SAP que sur la partie infrastructure.» Jérôme Combarnous IT Manager Advini
Bénéfices : ne pas oublier l’allègement de la pression psychologique
 

La puissance est au rendez-vous. IBM Cloud a proposé des serveurs « bare-metal » dont les performances sont prévisibles et stables. Avec l’ancien système, les sauvegardes immobilisaient l’infrastructure au point d’imposer une pause quotidienne aux équipes de préparation des commandes, faute de pouvoir saisir les informations logistiques. Cette contrainte a aujourd’hui complètement disparu, permettant des gains significatifs de productivité.

L’équipe informatique s’est aussi libérée de la pression liée à la surveillance des serveurs. « On parle beaucoup de bénéfices métiers ou de gains organisationnels pour l’IT — mais il y a aussi la dimension psychologique : pour beaucoup de collaborateurs, et j’en fais partie, lever la charge de cette responsabilité est libératoire pour mieux travailler », indique Jérôme Combarnous. Les astreintes, les mises à jour sont prises en charge 24 h/24, 7j/7 par les équipes d’infogérance. L’équipe interne peut travailler plus sereinement sur de nouveaux besoins métiers et positionner de nouveaux projets.

« En basculant sur IBM Cloud, le cœur du SI est désormais dans une infrastructure hyper-résiliente », rappelle Jérôme Combarnous. « Et IBM Cloud a une expérience que peu d’entreprises ont en matière de cybersécurité. On sait pertinemment que rien n’est infaillible, mais leur expérience dans le domaine nous assure une véritable tranquillité ».

Signalons enfin l’aspect financier : malgré la progression de son chiffre d’affaires, AdVini n’a pas été épargné par la crise liée à la pandémie. Opter pour le cloud a permis de remplacer un investissement lourd par une redevance mensuelle.

« C’est un projet réussi », conclut Jérôme Combarnous. « Et nous sommes désormais prêts pour la prochaine étape : la bascule vers SAP S/4 HANA ».

Advini logo
Au sujet d'Advini

AdVini est l’acteur de référence sur les vins français de terroir. Les vignobles s’étendent sur 2 074 hectares dans les régions viticoles les plus renommées : Ogier et son Clos de L’Oratoire des Papes à Châteauneuf-du-Pape, Antoine Moueix Propriétés avec Château Capet-Guillier à Saint-Émilion et le Château Patache d’Aux en Médoc Cru Bourgeois, le Domaine Laroche à Chablis, la Maison Champy en Côte-de-Beaune, les Vignobles Jeanjean et le Mas La Chevalière en Languedoc, Cazes et son Clos de Paulilles en Roussillon, Gassier avec le Château Gassier et le Château de Roquefeuille en Provence Sainte Victoire.

AdVini est également présent en Afrique du Sud sur près de 250 hectares de vignes à Stellenbosch, avec L’Avenir, propriété œnotouristique, Ken Forrester Vineyards, Le Bonheur Wine Estate, Stellenbosch Vineyards et Kleine Zalze Wines.

Ses Maisons de Vins et Vignobles bénéficient d’une notoriété en constante progression et d’une reconnaissance qui leur permettent d’être exportés dans 110 pays.