Accès direct au contenu principal

Un trafic plus intelligent

Comment aller du point A aujourd’hui
au point B demain.

Navigation par onglet

 

Conversations pour une planète plus intelligente. Prenons des routes plus intelligentes.

En 2007, le monde a franchi un seuil historique. Pour la première fois, la majorité de la population mondiale vit dans les villes. Et cette urbanisation s’accélère. D’ici 2010, il y aura 59 zones métropolitaines comptant plus de cinq millions d’habitants, soit une augmentation de 50 % par rapport à 2001.

Ces nouveaux citadins conduiront des voitures et les produits qu’ils vont consommer seront livrés par camions. Vous trouvez qu’il y a trop d’embouteillages ? Imaginez la situation demain !

Notre infrastructure de transport et nos méthodes de gestion sont inadaptées.

Ainsi, à l’Est de Paris, près de 35 000 véhicules sont bloqués chaque jour de 6h30 à 9h30 dans ce qui est le plus gros bouchon d’Europe. Le cauchemar se répète le soir dans l’autre sens, et cela dure depuis 15 ans !

Tout cela n’a rien "d’intelligent", mais peut le devenir. La solution découle en fait de l’analyse globale du transport urbain. Colmater les brèches ne suffit pas. Construire un pont ou un rond-point de plus, élargir une route, installer d’autres panneaux de signalisation, toute action n’a de sens que si l’on considère le problème dans son ensemble, à savoir nos chaînes logistiques, notre environnement, nos entreprises… la façon dont les personnes vivent et travaillent, et dont les villes fonctionnent. La circulation ne se résume pas à des files de voitures : c’est un vrai réseau interconnecté.

Si le "trafic intelligent" n’est pas encore la norme, ce n’est pas non plus une utopie. IBM agit déjà pour en faire une réalité.

À Stockholm, un système de péage dynamique contrôlant les véhicules entrant et sortant du centre-ville a permis de réduire le trafic de 20 %, de diminuer le temps d’attente de 25 % et de baisser la pollution de 12 %.

À Singapour, des contrôleurs exploitent en temps réel les données de capteurs pour modéliser et prévoir la circulation avec une fiabilité de 90 %. À Kyoto, les urbanistes simulent des situations à grande échelle impliquant plusieurs millions de véhicules pour en analyser l’impact.

Tout cela est possible parce que les villes peuvent aussi insuffler de l’intelligence dans la totalité du système de transport et interconnecter toutes ces composantes: villes, ponts, carrefours, signalisation, feux et postes de péage.

Des systèmes de gestion de la circulation intelligents peuvent améliorer les trajets quotidiens, fournir des informations plus fiables aux urbanistes, accroître la productivité des entreprises et améliorer la qualité de vie des citadins. Et ils peuvent réduire à la fois les embouteillages, la consommation de carburant et les émissions de CO2.

Sur une planète à l’urbanisation accélérée, la fluidité des déplacements et des transports est cruciale. Au 20e siècle, on a construit pour cela des autoroutes d’une région à une autre et d’un pays à l’autre. Au 21e siècle, les systèmes intelligents seront sans doute la marque du progrès.

Bâtissons une planète plus intelligente.




Think