Accès direct au contenu principal

Des bâtiments
plus intelligents

Il est temps de revoir nos méthodes de conception des bâtiments afin de réduire leur empreinte environnementale.

Navigation par onglet

 

Visionner la vidéo.

Nouvel immeuble Haute Qualité Environnementale IBM

Depuis novembre 2009, le nouveau siège social d'IBM France accueille 4000 collaborateurs dans un bâtiment HQE (Haute Qualité Environnementale) à quelques kilomètres de Paris. Le site est constitué de cinq bâtiments d’une hauteur maximum de six étages. Donnant une large place à l’espace et à la lumière, l’ensemble s’articule en campus autour d’un vaste jardin traversé par un plan d’eau et s’intègre dans la dynamique économique et la vie de quartier de la zone de Bécon-Les-Bruyères

La construction de ce nouveau siège social s'inscrit dans la démarche " Bâtissons une planète plus intelligente" :
De la gestion de l’énergie à la gestion des déchets en passant par l’intégration du bâtiment dans son environnement, tout a été pensé pour réduire l’empreinte environnementale du site et améliorer la qualité de vie des collaborateurs. Des solutions hydro-économes ont été mises en œuvre dans l’ensemble du bâtiment et notamment un système de récupération de l’eau de pluie pour l’arrosage des espaces verts. Des capteurs régulent automatiquement l’éclairage ambiant et la climatisation en fonction de l’environnement extérieur et de l’occupation des locaux afin de réduire la consommation d’électricité tout en offrant un environnement de travail serein et productif.

De plus, des logiciels comme IBM Maximo permettent aux personnes autorisées – gestionnaires de parcs immobiliers, directeurs financiers… – de créer des tableaux de bord et des centres de contrôle qui optimisent la gestion, l’exploitation et l’entretien de l’ensemble des sous-systèmes, compteurs et capteurs des bâtiments.


Une planète plus intelligente
au coeur de chaque bâtiment


Peut-être lisez-vous ce texte depuis le bureau ? Prêtez une oreille aux bruits de fond...

Climatisation, éclairage, ascenseurs, alimentation et refroidissement des équipements informatiques... les équipements des bâtiments classiques sont des facteurs de gaspillage et de pollution et une importante source d’émission de gaz à effet de serre. En 2025, les bâtiments seront largement en tête, toutes catégories confondues, des ‹‹ consommateurs ›› d’énergie (ils représentent déjà 70 % de la consommation américaine totale). Ils absorbent 40 % de la production mondiale de matières premières, soit environ 3 milliards de tonnes par an !

Les batiments francais dans leur ensemble repésente 43% de la consommation énergétique française.

Les bâtiments sont l'un des plus gros consomateurs de ressources naturelles et contribuent de façon sigificative aux émissions de gaz à efet de serre qui précipitent le chagement climatique. Ils représentent 38% des émissions de CO2 aux Etats-Unis.

Les bâtiments coûtent cher – non seulement en termes d’investissement et de frais généraux, mais aussi par leur impact sur la planète. Et c’est en examinant les causes de cette situation que nous pourrons créer des bâtiments plus respectueux de l’environnement:

Des bâtiments équipés : Nombre des systèmes constitutifs d’un bâtiment sont aujourd’hui gérés de façon indépendante – voire pas gérés du tout en termes d’affectation, de consommation énergétique ou d’effet thermique, du fait de l’absence de capteurs et de contrôleurs.

Des bâtiments interconnectés : Le manque de standards pour mesurer la consommation électrique et l’empreinte carbone cloisonne les différents organes d’un bâtiment et complique la mise en œuvre de pratiques de contrôle et de gestion efficaces. De plus, l’absence d’interfaces standards entre les divers équipements et systèmes interdit toute gestion centralisée.

Des bâtiments intelligents : Avec un bâtiment équipé et interconnecté, les propriétaires et les occupants peuvent prendre les bonnes décisions en matière de consommation d’énergie… et, le plus souvent, s’en remettre au bâtiment lui-même pour « prendre ces décisions ». De nouvelles normes gouvernementales en matière d’écoefficience et des mesures incitent les architectes, les constructeurs, les promoteurs et les propriétaires à faire en sorte que les économies sur les futurs coûts d’exploitation reviennent à ceux qui ont réalisé les investissements initiaux. Ces politiques intelligentes peuvent aussi se conjuguer avec des incitations encourageant à réduire les besoins des bâtiments en eau et en électricité.



IBM est le numéro un du marché (US) dans le domaine des centres de calcul écologiques et des installations spécialisées exigeant une étroite intégration avec l’informatique, comme les salles de marchés et les unités de production automatisées. De plus en plus, des entreprises de tous les secteurs se rendent compte que leurs activités et leurs installations sont tout autant dépendantes de l’informatique que du facteur humain, quand ce n’est pas plus.
En France, IBM a construit à Montpellier un green data center. Ce centre propose un éventail complet de solutions allant de serveurs plus économes en énergie en passant par des systèmes modulaires de climatisation, des logiciels de supervision. L'architecture même de la salle a été conçue pour faciliter les échanges thermiques et réduire le coût énergétique du refroidissement.
Dans la région Asie-Pacifique, l’expertise d’IBM dans le domaine des bâtiments « verts » s’est traduite par des services de conseil, de conception et de gestion de projet portant sur des bâtiments complets et l’ensemble de leurs sous-systèmes – avec des résultats spectaculaires (comme à l’hôtel St. Regis de Shanghai) et des projets d’avant-garde (comme le parc de bureaux GreenSpaces, à Delhi).


L’offre de conseil Green Sigma d’IBM, qui s’appuie sur l’approche Lean Six Sigma, aide les clients à réduire leur consommation d’eau et d’électricité. Conjuguant le savoir-faire d’IBM avec l’efficience énergétique, la réduction des émissions de CO2, les processus Lean Six Sigma et des services de conseil en responsabilité sociale des entreprises, Green Sigma permet aux clients d’optimiser leurs opérations et leurs pratiques environnementales. Ils peuvent ainsi :