Contenu principal

Éducation pour une planète plus intelligente

Des solutions pour les salles de classe, l'analytique, l'informatique en nuage et la détection précoce rendent les systèmes d'éducation plus intelligents

Navigation par onglet

C'est le temps ou jamais de rendre les systèmes éducationnels plus intelligents

Les coupures dans les budgets mettent les systèmes de toutes les écoles — du primaire à l'enseignement supérieur — à rude épreuve. La demande pour des travailleurs intellectuels dotés de compétences spécialisées croît de 11 % par année. L'éducation permanente et la mise à jour continue des compétences sont désormais chose courante pour de nombreux emplois. En outre, le secteur de l'éducation est de plus en plus complexe, les négociations sont de plus en plus difficiles, et les élèves poursuivent leurs études en multipliant les parcours d'apprentissage.

Un des plus grands défis est de rendre les technologies éducationnelles plus efficaces. Par exemple, en Amérique du Nord, il y a 15 000 districts scolaires autonomes et plus de 4 000 institutions d'enseignement supérieur, la plupart ayant leurs propres objectifs et processus de gestion. En Chine, il y a près de 500 000 écoles primaires et secondaires, et nombre d'entre elles gèrent leur propre infrastructure. Des redondances qui créent de grandes inefficacités, et gonflent les coûts et les silos de ressources.

La bonne nouvelle, c'est que les avancées dans les technologies éducationnelles — solutions pour les salles de classe, analytique, systèmes de détection précoce pour déceler les étudiants à risque, informatique en nuage — peuvent aider à actualiser les infrastructures informatiques désuètes en y ajoutant de nouvelles fonctionnalités. Pour rendre les systèmes plus interconnectés, plus instrumentés et plus pertinents. En deux mots, plus intelligents. Et cela est possible maintenant.


 

Pays les plus performants en sciences (moyenne de l'OCDE : 500).  Finlande - 563, Canada - 534, Estonie - 531, Nouvelle-Zélande - 530, Australie - 527, Pays-Bas - 525, Corée - 522, Slovénie - 519, Allemagne - 516, Royaume-Uni - 515, République tchèque - 513, Suisse - 512, Autriche - 511, Belgique - 510, Irlande - 508, Hongrie - 504, Suède - 503, Pologne - 498, Danemark - 496, France - 495, Islande - 491, États-Unis - 489, République slovaque - 488, Espagne - 488, Norvège - 487. Source : Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) — Regards sur l'éducation 2009.

Pays les plus performants en sciences (moyenne de l'OCDE : 500)
Finlande — 563
Canada — 534
Estonie — 531
Nouvelle-Zélande — 530
Australie — 527
Pays-Bas — 525
Corée — 522
Slovénie — 519
Allemagne — 516
Royaume-Uni — 515
République tchèque — 513
Suisse — 512
Autriche — 511
Belgique — 510
Irlande — 508
Hongrie — 504
Suède — 503
Pologne — 498
Danemark — 496
France — 495
Islande — 491
États-Unis — 489
République slovaque — 488
Espagne — 488
Norvège — 487
Source : Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) — Regards sur l'éducation 2009.

Le coût de l'éducation a grimpé de 42 % en une décennie (1995-2004) au sein des pays de l'OCDE

Le coût de l'éducation a grimpé de 42 % en une décennie (1995-2004) au sein des pays de l'OCDE.

With better management, measurement and processes, it is estimated effectiveness of school systems could be raised 22% at the existing spending levels

On estime qu'améliorer la gestion, les mesures et les processus pourrait augmenter l'efficacité des systèmes scolaires de 22 % au niveau des dépenses actuelles.


 

Sur une planète plus intelligente, à tous les niveaux, les systèmes d'éducation peuvent transformer de vastes quantités de données disparates en informations exploitables.

En ayant recours à l'analytique, on peut tout cibler — de la présence des étudiants à la consommation énergétique d'un bâtiment scolaire — dans l'intention d'améliorer et de partager les ressources afin d'améliorer l'enseignement, de déceler les tendances inquiétantes plus tôt et d'instiller le sens de l'intérêt commun qui découle d'un travail effectué en vue d'atteindre des objectifs.

Modèles de persistance
Les élèves décrochent pour toutes sortes de raisons. Le ministère de l'Éducation du comté de Hamilton (ÉU) mise sur des outils d'analytique et de modélisation évoluée pour déceler les divers comportements des enfants à risque afin de pouvoir intervenir plus tôt pour les garder sur la bonne voie et, de ce fait, hausser les taux de diplomation dans tout le système.

Cadre de gestion de risques
En plus d'exceller en enseignement et en recherche, les institutions ont besoin d'un cadre solide pour assurer leur stabilité financière et la protection des ressources. L'Université de la Californie (ÉU) s'est tournée vers IBM pour installer un système d'informations de gestion de risques et gestion des données en silo pour les inclure dans des rapports sur la gestion de risques, le rendement du capital investi et les pertes. L'université a ainsi économisé des millions de dollars.

BYOD – Apporter son appareil personnel
Aujourd'hui, dans les écoles, les élèves apportent leurs propres téléphones intelligents, portables ou tablettes. Le phénomène BYOD (en anglais) est déjà bien ancré dans les mœurs. Les services TI cherchent des moyens de le gérer, et les enseignants développent des méthodes pour en tirer parti. Le Toronto Catholic District School Board est l'un des nombreux districts à avoir adopté cette pratique.

Une majeure pour le monde de demain
IBM collabore avec plus de 250 universités qui offrent des diplômes en Science, gestion et ingénierie des services (ÉU). Cette nouvelle discipline universitaire, maintenant offerte dans des établissements d'une cinquantaine de pays, allie les compétences en technologies et en affaires, et se concentre sur les systèmes de services complexes, comme les réseaux de soins de santé et de transport.

Une nouvelle école de pensée pour une planète plus intelligente

Nos systèmes d'éducation peuvent être considérés comme une des grandes réalisations durables du XIXe siècle. Ils ont été conçus pour préparer les enfants à réussir dans une économie industrielle en plein essor, et cet objectif a été atteint de belle manière. Au XXIe siècle toutefois, l'économie est basée sur les services et les connaissances, et cela change la donne; d'autres compétences sont nécessaires, tout comme différents moyens d'apprentissage. Si nous espérons aider nos enfants à s'épanouir — et réaliser le potentiel d'une planète plus intelligente —, l'école doit devenir beaucoup plus intelligente.

Pour commencer, nous pouvons mieux intégrer l'ensemble des industries artisanales à la base de notre «système» d'éducation aujourd'hui. Aux États-Unis, plus de 15 000 districts scolaires locaux qui dispensent les programmes d'enseignement primaire font face à un dilemme. Si l'engagement local est crucial, les districts locaux subissent les effets de l'inefficacité de systèmes d'exploitation, de mesures et de processus de gestion séparés, et gaspillent ainsi de précieuses ressources. En moyenne, près de 4 % du PIB des pays développés est consacré à l'éducation, et les coûts grimpent — une hausse de 42 % entre 1995 et 2004, selon une étude de l'OCDE. Une situation que l'on retrouve à peu près partout. En Chine, il y a près de 500 000 écoles primaires et secondaires, chacune gérant sa propre infrastructure.

Un système d'éducation plus intelligent commence par réduire le gaspillage et par mettre l'infrastructure vieillissante à niveau — ce qui est d'une importance cruciale pendant une crise économique, lorsqu'il faut du financement pour améliorer l'instruction. Encore plus important, en adoptant un concept d'éducation plus intelligente, le nouveau modèle d'apprentissage ne passe pas par la refonte des processus administratifs, mais par deux composants clés de tout système d'éducation : l'élève et l'enseignant.

Des exemples? Dans une ville de l'Illinois, des éducateurs forent électroniquement les données sur les élèves — des informations contenues dans les dossiers scolaires jusqu'à celles sur la mobilité et le présentéisme. Dans un comté de la Floride, où on trouve un des plus grands systèmes scolaires des États-Unis, un ensemble d'utilitaires fournit aux enseignants des ressources pédagogiques reliées à des données utiles sur les élèves. Ces informations aident les enseignants à déceler les besoins des élèves et, par le fait même, à individualiser l'instruction pour qu'ils réussissent mieux, et cela en protégeant les renseignements personnels. De plus, grâce aux systèmes plus intelligents, les écoles n'assument plus toutes seules le fardeau de l'éducation. En effet, les organismes de soutien et les communautés — des collèges aux agences de santé et de services sociaux, en passant par les familles — peuvent participer et transformer les écoles en écosystèmes éducatifs centrés sur les élèves.

En Chine, le ministère de l'Éducation élargit l'accès et améliore le partage des connaissances par le biais de la plateforme d'apprentissage électronique à code source ouvert «Blue Sky» qui a été utilisée par plus de 780 200 élèves et enseignants chinois depuis juillet 2006. En Allemagne, l'État de Brandebourg exploite des outils web qui aident les enseignements et d'autres experts du milieu de l'éducation dispersés dans une vaste région à communiquer de façon méthodique pour la première fois. Dans le comté de Broward, en Floride, les parents ont accès à un «conseiller virtuel» pour suivre leurs enfants sur divers plans — assiduité, devoirs et progression. En Ohio, les données des élèves alimentent des tableaux de bord conçus pour les enseignants et les aident à mettre en commun didacticiels et plans de leçons. À l'horizon, on voit venir l'occasion de créer des «nuages» d'éducation — comme celui que la Carolina State University utilise pour fournir de la puissance de calcul et des outils TI aux étudiants et aux corps professoraux pour la recherche, l'enseignement et l'administration.

Malgré les fortes pressions financières, les programmes de stimulation économique sont autant d'occasions d'encourager l'innovation en matière de moyens d'enseignement. Beaucoup de régions, d'États et de provinces explorent de nouveaux modèles, y compris des prestations de services partagées pour les fonctions courantes. Et les économies qui en découlent peuvent être investies afin d'améliorer les ressources des enseignants et d'en créer de nouvelles dans des matières clés comme les mathématiques et les sciences. Parce que, en fin de compte, les principaux bénéficiaires d'une éducation plus intelligente doivent être ceux qui enseignent et ceux qui apprennent.

Bâtissons une planète plus intelligente.
 

Haut de la page

Une nouvelle école de pensée pour une planète plus intelligente

Nos systèmes d'éducation peuvent être considérés comme une des grandes réalisations durables du XIXe siècle. Ils ont été conçus pour préparer les enfants à réussir dans une économie industrielle en plein essor, et cet objectif a été atteint de belle manière. Au XXIe siècle toutefois, l'économie est basée sur les services et les connaissances, et cela change la donne; d'autres compétences sont nécessaires, tout comme différents moyens d'apprentissage. Si nous espérons aider nos enfants à s'épanouir — et réaliser le potentiel d'une planète plus intelligente —, l'école doit devenir beaucoup plus intelligente.

Pour commencer, nous pouvons mieux intégrer l'ensemble des industries artisanales à la base de notre «système» d'éducation aujourd'hui. Aux États-Unis, plus de 15 000 districts scolaires locaux qui dispensent les programmes d'enseignement primaire font face à un dilemme. Si l'engagement local est crucial, les districts locaux subissent les effets de l'inefficacité de systèmes d'exploitation, de mesures et de processus de gestion séparés, et gaspillent ainsi de précieuses ressources. En moyenne, près de 4 % du PIB des pays développés est consacré à l'éducation, et les coûts grimpent — une hausse de 42 % entre 1995 et 2004, selon une étude de l'OCDE. Une situation que l'on retrouve à peu près partout. En Chine, il y a près de 500 000 écoles primaires et secondaires, chacune gérant sa propre infrastructure.

Un système d'éducation plus intelligent commence par réduire le gaspillage et par mettre l'infrastructure vieillissante à niveau — ce qui est d'une importance cruciale pendant une crise économique, lorsqu'il faut du financement pour améliorer l'instruction. Encore plus important, en adoptant un concept d'éducation plus intelligente, le nouveau modèle d'apprentissage ne passe pas par la refonte des processus administratifs, mais par deux composants clés de tout système d'éducation : l'élève et l'enseignant.

Des exemples? Dans une ville de l'Illinois, des éducateurs forent électroniquement les données sur les élèves — des informations contenues dans les dossiers scolaires jusqu'à celles sur la mobilité et le présentéisme. Dans un comté de la Floride, où on trouve un des plus grands systèmes scolaires des États-Unis, un ensemble d'utilitaires fournit aux enseignants des ressources pédagogiques reliées à des données utiles sur les élèves. Ces informations aident les enseignants à déceler les besoins des élèves et, par le fait même, à individualiser l'instruction pour qu'ils réussissent mieux, et cela en protégeant les renseignements personnels. De plus, grâce aux systèmes plus intelligents, les écoles n'assument plus toutes seules le fardeau de l'éducation. En effet, les organismes de soutien et les communautés — des collèges aux agences de santé et de services sociaux, en passant par les familles — peuvent participer et transformer les écoles en écosystèmes éducatifs centrés sur les élèves.

En Chine, le ministère de l'Éducation élargit l'accès et améliore le partage des connaissances par le biais de la plateforme d'apprentissage électronique à code source ouvert «Blue Sky» qui a été utilisée par plus de 780 200 élèves et enseignants chinois depuis juillet 2006. En Allemagne, l'État de Brandebourg exploite des outils web qui aident les enseignements et d'autres experts du milieu de l'éducation dispersés dans une vaste région à communiquer de façon méthodique pour la première fois. Dans le comté de Broward, en Floride, les parents ont accès à un «conseiller virtuel» pour suivre leurs enfants sur divers plans — assiduité, devoirs et progression. En Ohio, les données des élèves alimentent des tableaux de bord conçus pour les enseignants et les aident à mettre en commun didacticiels et plans de leçons. À l'horizon, on voit venir l'occasion de créer des «nuages» d'éducation — comme celui que la Carolina State University utilise pour fournir de la puissance de calcul et des outils TI aux étudiants et aux corps professoraux pour la recherche, l'enseignement et l'administration.

Malgré les fortes pressions financières, les programmes de stimulation économique sont autant d'occasions d'encourager l'innovation en matière de moyens d'enseignement. Beaucoup de régions, d'États et de provinces explorent de nouveaux modèles, y compris des prestations de services partagées pour les fonctions courantes. Et les économies qui en découlent peuvent être investies afin d'améliorer les ressources des enseignants et d'en créer de nouvelles dans des matières clés comme les mathématiques et les sciences. Parce que, en fin de compte, les principaux bénéficiaires d'une éducation plus intelligente doivent être ceux qui enseignent et ceux qui apprennent.

Bâtissons une planète plus intelligente.