Selon les prévisions de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’économie océanique mondiale continuera son expansion pour atteindre 3 000 milliards de dollars en 2030.

Doté du littoral le plus long de tous les pays sur la planète, le Canada est dans une position enviable pour profiter de cette croissance.

Mais sans les connaissances extraites des masses de données permettant d’intégrer et de tirer parti des nouvelles technologies, les entreprises canadiennes ne pourront pleinement profiter des opportunités venant du grand large. La solution au problème est au-delà des capacités d’une seule organisation ou d’une seule entreprise.

Chez IBM, nous croyons que les partenariats public-privé représentent un des vecteurs de changement les plus puissants qui existent. De meilleurs résultats sont possibles lorsque les gouvernements, les organismes publics ou à but non lucratif et le secteur privé mettent ensemble leur savoir-faire pour s’attaquer aux défis les plus ardus.

C’est ainsi qu’IBM, l’Université Dalhousie, l’Ocean Frontier Institute, le Centre for Ocean Ventures and Entrepreneurship (COVE), le gouvernement canadien et les entreprises privées et le gouvernement de la Nouvelle-Écosse ont fait le choix de collaborer au déploiement de DeepSense – espace d’innovation centré sur les mégadonnées sur l’océan où des projets conjoints université-secteur privé sont menés pour accélérer la croissance de l’économie océanique.

Soutenus par DeepSense, les entreprises et les scientifiques travailleront main dans la main en vue de créer des technologies et services en lien avec la mer, et tireront profit de l’infrastructure d’analytique et d’informatique haute performance d’IBM. Pour IBM, il s’agit d’un domaine d’un grand intérêt puisque l’entreprise est en train de réaliser des superordinateurs avec la technologie d’accélération GPU grâce à laquelle il est possible de venir à bout de certains des défis les plus difficiles au monde.

DeepSense est bâti sur des Systèmes Power IBM, renommés pour leur traitement de gros volumes de données et recommandés pour la prise en charge des opérations les plus exigeantes telle l’intelligence artificielle. Doté de 3 pétaoctets de capacité de stockage défini par le logiciel IBM Spectrum Scale, DeepSense procure la performance, la flexibilité et la capacité de traiter des charges de travail multiples.

Par ailleurs, des chercheurs IBM de par le monde apporteront leur grande expertise en sciences de l’environnement, en gestion de l’eau et en études océaniques pour aider les entreprises locales dans leur démarche.

Aujourd’hui, nous avons lancé la plateforme et passé en revue les projets avec nos partenaires.

Un des projets, avec RealTime Aquaculture, vise à fournir la surveillance de l’environnement grâce à des capteurs sous-marins sans fil livrant des données à la minute près aux aquaculteurs pour les aider à prendre les décisions immédiates touchant leur stock – qui vit dans l’eau. Ces capteurs assurent jusqu’à 100 000 prélèvements chaque jour, analysant 11 millions de points de données tels la température et l’inclinaison, la salinité, l’oxygène dissous, les algues bleu-vert, la chlorophylle et la turbidité de l’eau.

D’autres projets se focaliseront sur la pêche et l’aquaculture, les ports de mer et la logistique, la sécurité et la défense, les risques marins, la finance et l’assurance, l’énergie en mer, les chantiers navals, les politiques gouvernementales, les centres de données océaniques, les produits de données océaniques, les modèles de calcul et les applications d’analytique.

Combiner technologies émergentes, infrastructures et services pour extraire les connaissances exploitables des masses de données sur l’océan représente certes un gros défi, mais que l’équipe DeepSense est pleinement en mesure de surmonter. Des progrès ont été accomplis en faveur de l’économie «bleue» régionale, qui rapporte des revenus de 5 milliards de dollars et emploie 60 000 personnes dans la seule province de la Nouvelle-Écosse.

Ayman Antoun

Président, IBM Canada Ltée