UN LOGICIEL DE MÉGADONNÉES ET D’ANALYTIQUE D’IBM PROCURE AUX CHERCHEURS DE L’UNIVERSITÉ DE L’ALBERTA UNE VUE EN TEMPS RÉEL DE L’EFFET DU CARBONE SUR L’ENVIRONNEMENT

Grâce à la collaboration entre IBM et les chercheurs, l’analyse et les prévisions sur les changements climatiques prennent quelques minutes plutôt que plusieurs mois

Montréal, le 20 novembre 2014. – IBM (NYSE : IBM) et l’Université de l’Alberta ont annoncé aujourd’hui qu’elles ont recours à un logiciel évolué d’analytique en continu pour fournir aux chercheurs des informations leur permettant de détecter, de visualiser et de prévoir en temps réel les changements subtils de l’état de l’environnement.

Le groupe de chercheurs et d’étudiants diplômés canadiens et internationaux participant au projet Enviro-Net de l’université, qui surveille les changements climatiques, utilise maintenant le logiciel InfoSphere Streams d’IBM pour verser, mettre en corrélation et analyser rapidement des données transmises par plus de 500 capteurs installés dans certains des écosystèmes les plus éloignés – et les plus vulnérables – au monde.

L’Université de l’Alberta a collaboré avec des chercheurs du laboratoire T.J. Watson d’IBM pour intégrer le logiciel à ses recherches afin que le temps nécessaire à l’analyse des données se mesure en minutes plutôt qu’en mois. La technologie offre aux chercheurs – et offrira un jour aux décideurs – la capacité sans précédent de prévoir les événements environnementaux, comme les feux de forêt et les périodes de sécheresse, et de se servir de ces informations pour en déduire avec plus d’exactitude comment les forêts boréales et tropicales se régénéreront après la déforestation et les perturbations.

Le logiciel effectue l’analyse en temps réel pour plus de 10 000 points de données à la seconde, à partir des capteurs qui mesurent les niveaux de gaz carbonique et d’autres indicateurs environnementaux comme l’humidité relative, la température, l’eau dans le sol, la pression atmosphérique et le bruit ambiant dans des forêts du Canada, de l’Australie, du Brésil, du Costa Rica et du Mexique.

Le directeur du projet est Arturo Sanchez-Azofeifa, du département des sciences terrestres et atmosphériques de l’université. Il démontrera la rapidité de la plateforme analytique lors la Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, qui aura lieu à Lima (Pérou) à la fin de novembre 2014.

M. Sanchez-Azofeifa indique qu’on ne pouvait pas auparavant obtenir en temps réel le niveau de détail des informations maintenant produites. «Quand j’ai commencé le projet il y a quatre ans, précise-t-il, je n’avais aucune idée de la quantité de données que je générerais et nous ne pouvions pas examiner nos données dans un délai raisonnable. Cela nous prenait de six mois à deux ans avant de disposer d’informations utilisables. Maintenant, nous pouvons, à toutes fins pratiques, "voir" les forêts respirer en temps réel.»

M. Sanchez-Azofeifa et les étudiants de l’Université de l’Alberta travailleront avec IBM pour créer une vue simplifiée des données de type «tableau de bord», afin d’en faciliter le partage ainsi que la transmission des connaissances acquises aux décideurs.

«Actuellement, il y a une énorme quantité de données critiques produites par les systèmes de surveillance de l’environnement, explique Bernie Kollman, vice-présidente d’IBM, Secteur public, Alberta. La possibilité d’analyser rapidement ces données et de prendre des décisions éclairées aura des conséquences pour nous ici en Alberta dans le cadre de l'étude de l'Université d'Alberta sur l’extraction des sables bitumineux. Elle permettra aussi aux décideurs du monde entier de soutenir la gérance de l’environnement.»

IBM a permis à M. Sanchez-Azofeifa d’utiliser le logiciel par l’entremise du centre albertain d’études avancées (CAS) d’IBM. Ce centre a été créé avec le gouvernement de l’Alberta et les universités albertaines pour favoriser les collaborations stratégiques multidisciplinaires d’intérêt mutuel pour les chercheurs de la province et le personnel mondial d’IBM en recherche et développement. On y met particulièrement l’accent sur les projets qui visent à analyser les mégadonnées, c’est-à-dire le milliard de milliards d’octets de données produites tous les jours par diverses sources.

IBM s’est donné pour mandat de travailler avec les universités et les gouvernements pour faire progresser la capacité d’innover au Canada, combler des lacunes importantes en matière de compétences en mégadonnées et encourager la recherche analytique.

Blogue sur la planète plus intelligente du doyen de la faculté des sciences de l’Université de l’Alberta.

À propos d’IBM
Pour en savoir plus sur les mégadonnées et l’analytique IBM, allez à http://ibm.com/bigdataanalytics et à http://www.ibmbigdatahub.com/.

 

Suivez le sujet des mégadonnées et de l’analytique IBM sur Twitter : @IBMbigdata et @IBMAnalytics.

 

À propos de l’Université de l’Alberta
Pour en savoir plus sur l’Université de l’Alberta, allez à www.uofa.ualberta.ca/science

Renseignements :

Joanne Fortin
IBM Canada Ltée
Tél. : 514 964-8558