La collaboration avec IBM permet d’exploiter la puissance des mégadonnées, afin d’aider à gérer des bassins hydrographiques complexes

Une gestion responsable des inondations et de l’eau douce le long de la rivière Grand, en Ontario, qui doit faire l’objet d’études

MARKHAM, ONTARIO, le 16 juin 2014 ― Une nouvelle plateforme d’intégration des données créée en collaboration avec IBM à des fins de gestion des bassins hydrographiques par le Consortium pour l’eau du sud de l’Ontario (CESO), un centre de recherche, de développement, de tests et de démonstration des services et des technologies de l’eau, aide maintenant les chercheurs, les planificateurs urbains et les autres intervenants à développer des outils plus sophistiqués devant permettre de prévoir les inondations, de protéger l’approvisionnement en eau potable et de déterminer l’impact de la croissance et de l’urbanisation sur les écosystèmes vitaux.

Cette plateforme, la première de ce type au Canada, assimile chaque heure 600 points de données provenant de plus de 120 capteurs installés dans une surface de 80 kilomètres carrés d’un bassin hydrographique alimentant les terrains urbains et les terres agricoles et forestières en bordure de la rivière Grand, le plus grand réseau fluvial intérieur du sud de l’Ontario.

Mélange de zones vierges, de zones urbaines et de zones en voie d’urbanisation, ce cours d’eau, qui se jette dans le lac Érié, constitue un environnement idéal pour la recherche et le développement avec sa superficie égale à 25 % du territoire canadien et son bassin qui abrite plus de 750 000 personnes. La rivière Grand alimente en eau les régions de Waterloo et de Brantford ainsi que la réserve indienne des Six Nations.

La nouvelle plateforme analyse toutes les 15 minutes les données transmises par les capteurs installés afin de surveiller les conditions météorologiques et les eaux de surface et souterraines, et qui surveillent absolument tous les éléments comme les précipitations, les chutes de neige, l’humidité du sol, la turbidité de l’eau, les débits, la température et la qualité des eaux souterraines et des puits.

La portée des études des bassins hydrographiques était habituellement limitée en raison de l’incapacité à recueillir, à transmettre et à stocker les grandes quantités de données obtenues grâce à l’observation des sites, à regrouper les renseignements dans le but d’évaluer les tendances et à saisir des événements sporadiques pouvant être d’une importance capitale lorsqu’on veut connaître un bassin. Mais avec les percées réalisées, tant sur le plan du matériel que des logiciels, les utilisateurs de la plateforme d’intégration des données peuvent maintenant colliger les données nécessaires pour analyser et interpréter un bassin comme jamais auparavant.

«Les possibilités offertes par les bassins hydrographiques intelligents, hautement instrumentés et axés sur les données ne feront pas que parfaire la compréhension des défis que constitue leur gestion», déclare Brenda Lucas, directrice en chef du CESO. «Elles permettront également de développer de nouveaux outils de surveillance et d’intégration en temps réel des données dans le processus décisionnel.»

Dan Fortin, président d’IBM Canada, commente : «Il s’agit là d’une utilisation des technologies intelligentes visant à apporter un niveau de connaissance rarement atteint, peut-être sans précédent, de l’impact de l’urbanisation et de la gestion associée de l’exploitation du territoire à l’intérieur des bassins hydrographiques à différents stades de développement.»

«e-RIS, notre système Web d’information et de production de rapports pour les entreprises, aide nos clients à gérer et à interpréter les données multisources dont ils disposent», explique de son côté Tim Sutherns, président d’Eramosa Engineering, Inc., une société de services-conseils en ingénierie qui se spécialise dans les systèmes d’acquisition et de contrôle des données, l’électricité, la technologie de l’information, les solutions de gestion des données et l’administration des biens. «Pendant un projet de démonstration, la nouvelle plateforme d’intégration communique des données environnementales en temps réel provenant du CESO qui nous permettent de tester et de montrer les nouvelles utilisations de cette technologie et, au bout du compte, de transmettre à nos clients des renseignements supplémentaires qui les aideront à prendre des décisions plus éclairées.»

La structure technologique derrière la plateforme inclut les logiciels Intelligent Water d’IBM et l’expertise en consultation apportée par cette dernière, ainsi qu’une infrastructure infonuagique spécifiquement conçue pour des applications informatiques hautes performances comme les applications de modélisation des conditions météorologiques et du climat.

Une des caractéristiques de la plateforme est la possibilité d’interpréter en temps réel les données communiquées par les capteurs. On peut ainsi réagir rapidement lorsque surviennent des événements environnementaux ou qu’apparaissent des éléments déclencheurs, ce qui constitue une amélioration par rapport à la traditionnelle surveillance passive qui peut ne pas permettre de détecter un comportement lourd de conséquences d’un bassin provoqué par de brefs et intenses événements environnementaux. Le système informe automatiquement les utilisateurs de l’imminence d’un événement comme des pluies diluviennes dans une partie précise du bassin en question, et les capteurs situés dans le reste du réseau peuvent alors être déclenchés afin d’accélérer leur vitesse de collecte des données. Cela facilite l’introduction d’un nouveau paradigme dans la surveillance intelligente des bassins hydrograhiques.

La plateforme est maintenant à la disposition d’un grand nombre d’intervenants comme des chercheurs, des administrateurs provinciaux et municipaux, ou des personnes ou des entreprises souhaitant développer, tester ou présenter de nouveaux systèmes ou technologies. Elle offre un accès à des flux de données en temps réel et autorise à la fois la création d’applications personnalisées et l’enrichissement des outils existants grâce à des fonctionnalités supplémentaires. Cette plateforme offre également un accès à l’espace Web public à quiconque souhaite simplement voir les données saisies.

À propos d’IBM

Si vous voulez en savoir plus au sujet de la gestion plus intelligente de l’eau d’IBM, nous nous invitons à aller à l’adresse http://www.ibm.com/smarterplanet/ca/fr/water_management/ideas/.

Joignez-vous également à une discussion(en anglais), le jeudi 19 juin, à 12 h, heure de l’Est, afin de mieux comprendre comment IBM utilise la puissance des mégadonnées, l’analytique et l’optimisation en Colombie-Britannique et en Ontario pour améliorer la gestion des réservoirs d’eau douce et d’eau salée du Canada et la gestion responsable de l’environnement, et stimuler l’innovation et l’acquisition des compétences nécessaires pour préparer l’économie de demain. Vous pouvez publier vos questions sur Twitter via #Convo4Change (en anglais) ou @smarterplanetca (en anglais).

 

Relations avec les médias