La technologie d’IBM soutient un projet visant à faire de la Colombie-Britannique la «côte la plus intelligente de la planète»

Montréal, le 14 avril 2014. – IBM (NYSE : IBM [ÉU]) a annoncé aujourd’hui qu’elle collabore sur une période de trois ans au projet Ocean Networks Canada (ONC), de plusieurs millions de dollars, qui vise à équiper la Colombie-Britannique d’un système de surveillance et de prévision pour répondre aux accidents qui se produisent au large des côtes, ainsi qu’aux tsunamis et aux autres catastrophes naturelles.

Le nouveau programme Smart Oceans BC fera appel à des capteurs marins et à l’analyse de données pour améliorer la surveillance environnementale et la sécurité publique et maritime le long de la c Côte Ouest du Canada. Il permettra de surveiller la circulation des bateaux, les vagues, les courants et la qualité de l’eau dans les principales voies maritimes, et comprendra un système qui pourra prévoir l’impact des tremblements de terre au large des côtes, des marées de tempête et des glissements de terrain sous-marins.

ONC, qui est le projet de recherche le plus important de l’université de Victoria, utilise déjà les observatoires océaniques câblés les plus évolués du monde au large des côtes de la Colombie-Britannique. IBM investit 12 millions de dollars dans une infrastructure informatique en nuage, des logiciels d’analytique, des services et de la formation qui permettront de soutenir cette prochaine phase du système, grâce à laquelle le Canada pourra se positionner comme leader mondial en technologies océaniques.

Le ministère canadien Diversification de l’économie de l’Ouest contribue aussi au financement pour mettre en ligne un certain nombre d’observatoires sous-marins et de radars côtiers à haute fréquence.

«ONC possède un réseau de capteurs marins de première classe ainsi que l’expertise associée», a indiqué le président d’IBM, Dan Fortin. «IBM fait des investissements importants dans les technologies et la transmission de compétences pour s’assurer qu’ONC aura la capacité d’analyser les données provenant des nouveaux capteurs en ligne, ce qui permettra aux systèmes de modélisation d’être plus efficaces pour la planification en cas de catastrophe, et ce qui stimulera l’avenir économique du Canada grâce au développement de compétences liées aux mégadonnées et à l’expertise numérique connexe.»

ONC utilisera un nuage IBM sur place pour effectuer des simulations de séismes et de tsunamis afin de prévoir leur comportement et leur impact potentiel sur les régions côtières. Ces informations seront utiles dans des domaines très divers : organismes de sécurité publique, transport en commun, tourisme et autres secteurs d’activité de la région.

Les chercheurs se serviront aussi d’un ensemble de logiciels d’analytique visuelle, de traitement des flux de données, d’apprentissage machine et d’exploration de données d’IBM dans le but de développer, de tester et d’utiliser des systèmes d’aide à la décision commercialement viables, qui pourraient aider les entreprises et les organismes publics relativement à l’état de la mer, aux réactions face aux déversements et à d’autres aspects de la gestion des océans.

ONC estime que le marché mondial des technologies de systèmes océaniques intelligents passera de 4 milliards de dollars à au moins 6 milliards de dollars d’ici 2020. Une partie de la contribution d’IBM sera consacrée aux stages de formation d’une douzaine d’étudiants, qui pourront ainsi accroître leur expertise et acquérir de l’expérience pratique dans ce domaine émergent. Les étudiants proviendront de diverses disciplines, y compris le MBA, et pourront être des chercheurs, des programmeurs ou des biologistes.

IBM et ONC établiront aussi un laboratoire de traitement virtuel pour les communautés des Premières nations qui sont éloignées. Au moyen de ce système, elles pourront utiliser tout appareil connecté pour accéder, par l’entremise d’Internet, à divers programmes d’études d’ONC et des universités dans leur propre communauté, ce qui leur permettra de suivre des cours à l’université sans avoir à déménager sur un campus.

«Grâce à la contribution d’IBM», a expliqué Kate Moran, présidente d’ONC, «nous pourrons obtenir des connaissances et mener des analyses à partir de volumes massifs de nouvelles données qui seront essentielles à la mise en œuvre d’un système de sécurité maritime de classe mondiale. L’expertise que nous acquerrons nous permettra de créer de nouvelles possibilités commerciales et de soutenir les priorités provinciales, fédérales et celles des Premières nations.»

Les mégadonnées sont en voie de devenir rapidement la prochaine «ressource naturelle» importante, mais il y a actuellement un manque d’analystes scientifiques des données. Selon certaines estimations mondiales, le nombre de spécialistes nécessaires serait de 4,4 millions d’ici la fin de cette année, mais seulement un tiers des emplois disponibles seront comblés.

Par l’entremise d’une série d’investissements dont le total dépasse les 200 millions de dollars pour les deux dernières années seulement, IBM s’est donné comme mission au Canada de collaborer avec les universités et le gouvernement pour contribuer à faire progresser la capacité du pays à innover, à répondre à un problème majeur de manque de compétences spécialisées et à encourager la recherche analytique. IBM travaille actuellement en collaboration avec plus de 16 établissements d’enseignement postsecondaire dans tout le Canada pour aider à faire évoluer la recherche, les programmes d’études et le perfectionnement des compétences.

Pour en savoir plus sur IBM et les mégadonnées, cliquez ici.

Renseignements :

Joanne Fortin
IBM Canada Ltée
Tél. : 514 964-8558(514 964-8558
fortin@ca.ibm.com