Étude IBM : Nouveaux changements apportés à l'investissement des marchés en expansion dans les emplois américains et européens

ARMONK (New York), le 12 octobre 2010 – À la suite d'un changement radical des investissements en main-d'œuvre, les entreprises des marchés en expansion – menées par les puissances jumelles que sont la Chine et l'Inde – embauchent de plus en plus en Amérique du Nord et en Europe, selon les résultats d'une nouvelle étude IBM réalisée auprès de plus de 700 chefs des ressources humaines et cadres supérieurs de 60 pays et 31 secteurs d'activité, à l'échelle internationale.

À la différence du modèle de mouvement traditionnel – dans lequel les entreprises sur les marchés établis cherchent à obtenir une efficacité opérationnelle en faisant appel à la hausse des effectifs dans les économies naissantes – l'étude montre que l'investissement en main-d'œuvre se fait des deux côtés. D'après les résultats, dès que les entreprises prennent de l'expansion à l'échelle mondiale, le besoin d'identifier des effectifs avec la créativité, la flexibilité et la rapidité nécessaires pour tirer profit des perspectives de croissance devient une priorité qui entraîne une augmentation de la présence de leur main-d'œuvre en Amérique du Nord, en Europe occidentale et sur d'autres marchés développés. L'étude IBM indique que :

  • 45 % des entreprises situées en Inde comptent augmenter leurs effectifs en Amérique du Nord, et 44 %, en Europe occidentale;
  • 33 % des entreprises installées en Chine comptent augmenter leurs effectifs en Amérique du Nord, et 14 % en Europe occidentale.

Organisée par l'Institut IBM de recherche en valeur commerciale, l'étude mondiale 2010 IBM auprès des chefs des ressources humaines, intitulée «Working Beyond Borders», indique que pendant que les entreprises continuent de créer et de déployer du talent dans divers domaines tout autour de la planète, à une vitesse accélérée, le bien-fondé de l'investissement en effectifs est en train de changer.

«La lumière au bout du tunnel avec la mondialisation, c'est que le changement en faveur de l'expansion obligera les entreprises à réorienter leurs effectifs vers des lieux offrant les meilleures perspectives, et pas simplement les coûts les plus bas, et en même temps, à ré-imaginer leurs stratégies de gestion pour qu'elles reflètent une main-d'œuvre de plus en plus dynamique», déclare Denis Brousseau, vice-président, Organisation et personnel, Services d'affaires mondiaux IBM. «Plus que jamais, l'avantage sur la concurrence dépendra du talent des leaders à assimiler l'information et à partager des visions avec un groupe d'employés diversifié, partout dans le monde.»

Selon un autre résultat important de l'étude, bien que le réseautage social et la collaboration puissent être considérés par beaucoup comme des compétences «non techniques», les données de l'étude indiquent que celles-ci peuvent avoir des conséquences sur les résultats.

  • Les plus performants dans le domaine financier (selon la mesure EBIDTA) utiliseront plus probablement, pour 57 %, les outils de collaboration et de réseautage social pour permettre aux équipes mondiales de travailler plus efficacement ensemble.
  • Les participants ont précisé qu'ils utilisaient le plus souvent des outils de collaboration pour augmenter l'efficacité des communications internes et des programmes de formation, ainsi que pour cibler et recruter des candidats de l'extérieur.
  • 21 % des entreprises ont récemment accru le montant qu'elles investissent dans les outils de collaboration et l'analytique, malgré la crise économique.
  • 19 % des participants font régulièrement appel aux technologies de collaboration pour trouver des personnes ayant les connaissances et les compétences pertinentes, 23 %, pour préserver des connaissances vitales, et 27 %, pour diffuser l'innovation à plus grande échelle.

Investir dans le leadership
Selon les résultats de l'étude, les entreprises ont de la difficulté à trouver et à soutenir de futurs leaders efficaces. Moins d'un cadre supérieur sur trois estime que sa compagnie se montre en faveur du développement du leadership – un chiffre étonnamment bas, compte tenu de son importance relative.

Cependant, même au point culminant de la récession mondiale, 33 % des participants, sur les marchés établis, et 43 %, sur les marchés en expansion, ont augmenté leur investissement en développement du leadership – des chiffres importants, malgré les initiatives de compression des coûts que beaucoup d'entreprises ont lancées, à l'époque.

L'aptitude à développer un leadership efficace, à créer et à déployer stratégiquement les effectifs, et à stimuler le partage des connaissances et la collaboration dépend souvent de l'information disponible pour prendre des décisions fondées sur des preuves en matière de personnel. Toutefois, pour bon nombre d'entreprises, cette perspective continue d'être insaisissable. Seuls 7 % des participants déclarent qu'ils ont recours à l'analytique, de manière très efficace, pour prendre des décisions au sujet du personnel.

De nombreuses entreprises ont la possibilité de faire appel à l'analytique pour retourner en arrière et identifier les tendances et pratiques passées. Et pourtant peu d'entre elles choisissent d'utiliser l'information pour bâtir des scénarios et prédire de futurs résultats. C'est uniquement dans le but d'engendrer de futurs leaders et de créer une stratégie d'affaires que plus d'un quart des chefs des ressources humaines interrogés a utilisé l'analytique pour effectuer une analyse tournée vers l'avenir.

À propos de l'étude mondiale auprès des chefs des ressources humaines
L'étude mondiale 2010 IBM réalisée auprès des chefs des ressources humaines est la troisième édition de notre série d'études mondiales sur le capital humain organisées conjointement par l'Institut IBM de recherche en valeur commerciale et le groupe-conseil Stratégie et transformation IBM. Entre novembre 2009 et avril 2010, IBM a questionné 707 cadres supérieurs, parmi lesquels presque 600 en entrevue face à face. L'étude menée auprès d'entreprises de toutes tailles, dans 61 pays différents, a presque été divisée de façon égale entre les directeurs exécutifs des marchés établis et ceux des marchés en expansion.
Pour consulter le rapport complet de l'étude, y compris les résultats et les études de cas, allez à ibm.com/chrostudy (ÉU).
Pour vous joindre à la conversation sur un leadership plus intelligent, allez à http://smarterleaders.tumblr.com/ (en anglais).
Pour en savoir plus sur IBM Canada, allez à www.ibm.com/ca/fr.

Renseignements
Joanne Fortin
IBM Canada Ltée
Tél. : 514 964-8558 fortin@ca.ibm.com