L'avantage IBM au service du tennis

Wimbledon 2009

L'AELTC (All England Lawn Tennis and Croquet Club) n'est pas peu fier de sa réputation. Événement unique en soi, le tournoi de tennis de Wimbledon qu'il héberge a su s'adapter aux demandes du sport moderne et des multiples médias de diffusion, tout en conservant le charme du tennis sur gazon joué dans un jardin anglais.

Récemment, les changements se sont multipliés et se sont traduits par des avantages pour les joueurs, les spectateurs, les médias et ceux qui travaillent à l'événement, que nul n'aurait pu imaginer avant. En conséquence, la popularité de Wimbledon continue d'augmenter, et l'on oublie souvent qu'un club privé héberge ce tournoi du grand chelem.

Chaque année, durant deux semaines, l'infrastructure du club s'adapte pour accueillir près de un demi-million de spectateurs et répondre aux demandes des médias sportifs du monde entier et de plus de 750 millions de téléspectateurs de 129 chaînes dans 173 pays. L'an dernier, l'on a recensé plus de 10 millions de visiteurs uniques sur le site officiel de Wimbledon — www.wimbledon.org (lien externe à ibm.com, en anglais).

IBM travaille avec Wimbledon depuis 1990 pour s'assurer que le plus vieux et le plus prestigieux tournoi de tennis soit également le plus intelligent. Ensemble, ils ont pour objectif de trouver des moyens plus intelligents pour faire vivre aux joueurs et aux amateurs une meilleure expérience. Des DVD afin d'analyser les parties et de permettre aux joueurs et aux entraîneurs d'étudier leur jeu et de trouver des moyens pour l'améliorer. Des moyens pour suivre les joueurs et les résultats en temps réel et diffuser ces informations à des millions d'amateurs. Cette année, les téléspectateurs et les visiteurs on pu vivre une meilleure expérience grâce au développement d'applications mobiles qui leur ont permis de participer au tournoi de Wimbledon autrement, qu'ils soient sur place ou dans leur propre jardin à 8 000 km de là!

Premier parmi les grands, Wimbledon est à la fois l'endroit où l'on joue et un défi contemporain à relever sur les plans technique et humain. Wimbledon n'a jamais peur d'innover et, au cours des années, IBM a travaillé de concert avec le tournoi pour lancer de nombreuses innovations que nous tenons aujourd'hui pour acquises — et cette année n'y fait pas exception.

En plus de lancer des applications pour téléphones intelligents, IBM a de surcroît enrichi le site du tournoi qu'elle crée et héberge chaque année. En 2009, les utilisateurs ont eu accès à un site actualisé, plus personnalisé, et les amateurs ont pu utiliser un objet fenêtre IBM pour passer à l'action. Simple mais informatif, cet objet a donné au tournoi une plus grande présence numérique et a offert aux amateurs de nouvelles façons de participer.

Au cœur de la solution qu'IBM a livrée à Wimbledon et à d'autres événements sportifs majeurs, se trouve une infrastructure massivement évolutive, dynamique, stable et virtualisée. Offrir cette infrastructure de telle façon qu'elle soit à la fois abordable et de plus en plus éconergétique, c'est jongler avec des éléments difficilement conciliables, mais IBM a réussi à le faire en utilisant intelligemment des techniques et des logiciels comme IBM Active Energy Manager.

Au cours des trois dernières années, la consommation énergétique de cette infrastructure a diminué de 40 % et la demande de refroidissement, de 48 %, tandis que le nombre de visites a augmenté de 26 %. Globalement, durant la même période, le coût par visite a baissé de 38 %.
Ce ne sont que quelques-uns des moyens qu'IBM a mis de l'avant pour aider Wimbledon à conserver son titre de principal tournoi du grand chelem. Plus d'info à l'adresse http://www.ibm.com/innovation/grandslam/en/wim_index.html (en anglais)

Roland-Garros 2009

Cela fait 24 ans que la Fédération française de tennis (FFT) et IBM travaillent de concert pour faire de Roland-Garros l'un des événements sportifs mondiaux les plus intéressants. À titre de partenaire officiel responsable des technologies de l'information et d'Internet pour les Internationaux de France et pour tous les tournois du grand chelem, IBM s'engage à travailler de façon efficace et novatrice que ce soit pour collecter, traiter ou transmettre des données — statistiques, vitesse des services, graphiques pour la télévision.
Le site officiel, www.rolandgarros.com (lien externe à ibm.com), témoigne de la réussite croissante de ce partenariat. Un des principaux objectifs d'IBM et de la FFT est de rendre le tournoi accessible au plus grand nombre possible d'utilisateurs et d'amener les amateurs au cœur de l'action tout en renforçant leur engagement en faveur de l'environnement.

En 2009, à Roland-Garros, IBM a mis en œuvre une infrastructure dynamique, intelligente et rentable utilisant la technologie de processeur POWER6 IBM. Depuis 2006, IBM se concentre sur la virtualisation de l'infrastructure pour améliorer la gestion des systèmes et optimiser l'utilisation des ressources. Répartis dans trois emplacements différents, les serveurs virtualisés évoluent ou régressent en tenant compte de la demande. En utilisant un mode de gestion de considérables ressources virtuelles appelé informatique dans les nuages, IBM s'assure que le réseau est capable d'affronter les pointes de trafic importantes durant le tournoi.

Ainsi, sur une période de trois ans, le nombre de serveurs est passé de 60 à 6. En 2009, 6 systèmes à processeur POWER6 ont remplacé les 9 serveurs à processeur POWER5 utilisés en 2008. La technologie, qui hausse les performances tout en réduisant la consommation énergétique, ouvre de tout nouveaux horizons.

La technologie POWER6 est particulièrement bien adaptée aux besoins changeants de Roland-Garros. Puissant et évolutif, le microprocesseur permet aux ressources allouées de régler rapidement et automatiquement le trafic qui croît année après année — 35 millions de visites en 2008 par rapport à 27 millions en 2007.

Ces technologies changeantes permettent également à la FFT de se préoccuper de l'environnement et de réduire les coûts. Depuis 2006, des économies très substantielles ont été réalisées grâce à une diminution de 40 % de la consommation d'énergie et de 48 % de la charge de refroidissement. D'un autre côté, durant la même période, les visites en ligne ont augmenté de 26 %, tandis que le coût par visite a chuté de 38 %.
IBM a également mis des services — nouveaux et enrichis — à la disposition des utilisateurs Internet sur www.rolandgarros.com (lien externe à ibm.com). Cela comprend «Visual Match» pour permettre à ces derniers de mieux comprendre les moments clés d'une partie, un forum, un objet fenêtre en français et en anglais, et diverses autres fonctions grâce auxquelles ils peuvent vivre le tournoi comme s'ils y étaient.

Durant la quinzaine des Internationaux de France, le trafic libre a été multiplié par 100, comparé à celui de la même année. Fort d'une infrastructure stable, le site a pu accueillir plus de 6,3 millions d'utilisateurs Internet en 2008 qui ont visualisé plus de 260 millions de pages.
Plus d'info sur le tournoi Roland-Garros 2009 à l'adresse http://www.ibm.com/innovation/grandslam/index.html (en anglais)

Les Internationaux d'Australie

Chaque année, Tennis Australia et IBM s'efforcent d'améliorer les Internationaux d'Australie et l'expérience que vivent tous ceux qui y participent, y compris les amateurs, les joueurs, les officiels et les médias.

En 2008, les Internationaux d'Australie ont enregistré un record mondial de 1,91 milliard de téléspectateurs et accueilli près de 7,5 millions d'utilisateurs uniques sur leur site officiel. Ces chiffres sont invraisemblables lorsque l'on considère que, durant cette période critique d'extrême croissance de 2 semaines, Tennis Australia doit sécuriser la majorité de ses revenus annuels, multiplier sa main-d'œuvre par 37, gérer de très fortes pointes de trafic web, adapter son infrastructure TI pour qu'elle soit en mesure d'absorber cette hausse considérable (avant de revenir à la normale) et gérer son bilan carbone.

Pour toutes ces raisons, Tennis Australia compte sur l'expertise d'IBM, sur ses technologies, ses solutions et son assistance afin de s'assurer que les Internationaux d'Australie tournent le plus rondement possible. Cette année ne fait pas exception à la règle — des records ont été enregistrés, on a joué du tennis de calibre international et tous ont vécu une meilleure expérience.

Pour les Internationaux de tennis d'Australie 2009, IBM a travaillé avec Tennis Australia et divers partenaires pour livrer de nombreux produits et services pour les amateurs, les joueurs et les officiels du tournoi.
Conjointement avec Tennis Australia, IBM a conçu, publié, produit et hébergé AustralianOpen.com (lien externe à ibm.com, en anglais), un site ultramoderne où les amateurs ont pu vivre une expérience média enrichie plus interactive.

Comme tous les sites du grand chelem, celui des Internationaux d'Australie doit répondre aux attentes des millions d'amateurs qui affluent sur le site durant le tournoi — sans toutefois devoir assumer les dépenses d'une grande infrastructure tournant toute l'année. En complément aux systèmes existants, pour la période du tournoi, IBM a conçu et mis en œuvre une infrastructure souple, autogérée et multiplateforme utilisant une architecture orientée services (SOA) et de multiples parcs de serveurs dispersés géographiquement, virtualisés en un seul qui est en mesure d'assumer une hausse massive de trafic (au-delà de 100 fois plus que le volume habituel). L'infrastructure retrouve sa taille normale après le tournoi — sans compliquer la gestion des TI et sans que Tennis Australia doive investir dans une coûteuse infrastructure permanente. La solution de virtualisation d'IBM a permis de réduire la consommation d'énergie de 40 % et le refroidissement de 48 %.

Les amateurs des Internationaux d'Australie 2009 ont également pu utiliser SlamTracker IBM, qui leur a permis d'interagir au moment du tirage au sort en suivant les joueurs qu'ils avaient choisis et l'horaire du tournoi intégré. Ils ont également pu tirer parti d'une carte pour voir les courts sélectionnés.

D'autres produits et solutions ont contribué à enrichir l'expérience des amateurs, notamment des pistolets radars du côté des courts, un système de résultats intégré de bout en bout, des affichages d'informations sur les parties et des statistiques tenues à jour à la minute près.
Les joueurs et les entraîneurs ont pu tirer parti de DVD pour analyser les parties et leur jeu; IBM a également donné aux joueurs un accès au web, au courriel et au site officiel de Tennis Australia créé par IBM, www.australianopen.com (lien externe à ibm.com, en anglais).

Les représentants des plus de 1 400 médias présents ont eu accès à une zone Internet sensible et ont reçu des fils télé en circuit fermé, ce qui a permis aux amateurs, aux médias, aux diffuseurs et aux officiels du tournoi d'avoir accès en temps réel aux résultats, aux statistiques, etc.

Les arbitres de chaise ont également eu droit à la solution CHUMP, système qui enregistre les données durant chaque partie. Les arbitres utilisent un assistant numérique personnel spécial pour enregistrer les informations mouvement par mouvement. De plus, de nombreux produits et services IBM ont joué un rôle important dans ce tournoi du grand chelem.

Pour la dixième année consécutive, en 2009, les Internationaux d'Australie ont attiré plus de un demi-million de visiteurs, soit 603 160, et, 3 fois durant la première semaine, ils ont enregistré le plus haut record d'assistance jour-nuit dans l'histoire du grand chelem.
Plus d'info à l'adresse www.ibm.com/australianopen (en anglais)

Les Internationaux des États-Unis

Depuis plus de 18 ans, IBM travaille avec la United States Tennis Association (USTA) afin que les millions d'amateurs de tennis du monde vivent la meilleure expérience possible durant les Internationaux des États-Unis.

Comme de nombreuses moyennes entreprises, la USTA a exprimé des objectifs clairs; toutefois, elle ne disposait pas des compétences de base nécessaires pour créer et gérer une solution technologique pour les réaliser. Pour la USTA, le défi était d'établir une liaison avec les amateurs de tennis et d'attirer l'attention sur les Internationaux des États-Unis. Et, même si les facteurs technologiques étaient cruciaux dans la décision de la USTA, ses besoins d'affaires uniques l'obligeaient à choisir une structure souple en matière de coûts. IBM avait tout ce qu'il fallait pour fournir à la USTA tout ce dont elle avait besoin, lorsqu'elle en avait besoin. Sans avoir à investir un montant substantiel dans une infrastructure TI, la USTA a pu atteindre ses objectifs technologiques et remplir sa mission.

En tant que fournisseur officiel de technologies de l'information, IBM a mis à la disposition des Internationaux des États-Unis tout ce qu'il fallait, des données en temps réel provenant des courts jusqu'au Slamtracker.

Au National Tennis Center de Flushing Meadows, New York, des tableaux électroniques affichent diverses informations pour les amateurs présents. Grâce à une interface avec le système de pointage, ils voient les résultats et les horaires. Ils ont également droit à des biographies des joueurs, à des statistiques sur les parties, à des données sur les compétitions et à des messages personnalisés — sans oublier des mises à jour des résultats et des statistiques sur les joueurs.
Chaque année, IBM travaille avec la USTA pour créer et héberger le site officiel du tournoi. Celui-ci met l'accent sur les nombreux défis opérationnels qu'IBM et les organisateurs des Internationaux des États-Unis doivent relever et montre comment ils ont innové pour y arriver. Un des meilleurs exemples de ce partenariat est USOpen.org (en anglais). Le site officiel du tournoi affiche les résultats en temps réel provenant directement des courts pour chaque partie. On y trouve également des statistiques à jour, des vidéos soulignant l'action du jour et une couverture de chaque joueur. Durant les Internationaux des États-Unis de 2007, le site a attiré 7,3 millions de visiteurs en seulement deux semaines.
Comme tous les sites du grand chelem, USOpen.org (en anglais) doit répondre aux attentes des millions d'amateurs qui y affluent durant le tournoi — sans toutefois générer les dépenses d'une vaste infrastructure tournant toute l'année. En complément aux systèmes existants, IBM a conçu et mis en œuvre une solution de virtualisation géographiquement dispersée. En virtualisant tous ses composants, l'infrastructure a pu absorber les très grandes pointes de trafic.

De nombreux amateurs considèrent myUSOpen comme une attraction importante. Ce composant leur permet de personnaliser leur expérience du tournoi pour tirer le maximum de chaque partie. Après avoir choisi 5 joueurs, ils peuvent suivre leur progression à l'aide de statistiques, de résultats, d'entrevues et de reportages. De plus, ils peuvent personnaliser la section de contenu pour ne voir que les informations qui les intéressent. C'est un moyen efficace pour les Internationaux des États-Unis d'attirer l'attention des amateurs et de leur donner l'impression de participer.

IBM a apporté un certain nombre d'autres améliorations au site. À titre d'exemple, PointTracker est un outil qui utilise des graphiques animés pour recréer la trajectoire de chaque balle frappée par un joueur. Des caméras sur les courts captent les données liées à la position de chaque balle — coup droit, as ou volée —, les enregistrent et les transmettent directement au système de pointage d'IBM. Une fois intégrées, les données sont poussées vers le site pour que les visiteurs puissent suivre l'action en 3D sur un court virtuel. Dans le palmarès des solutions, celle-ci se classe bonne deuxième, directement derrière l'accueil des amateurs sur les courts.

IBM a également mis au point des moyens novateurs pour que les médias puissent avoir accès aux informations et les diffuser à l'échelle mondiale, y compris un système intranet où ils peuvent trouver les résultats en temps réel, ainsi que des statistiques et des données historiques. Les statistiques sont associées à des graphiques et livrées aux télédiffuseurs partout dans le monde.

Pour faciliter le travail du personnel de la USTA, IBM leur fournit des services d'assistance de bout en bout, y compris la collecte et la publication de grandes quantités de données provenant de douzaines de parties simultanées, le tout avec rapidité et fiabilité. Grâce à des solutions de virtualisation et d'informatique autonome, le système est entièrement évolutif et permet d'optimiser l'utilisation des TI, des informations et du personnel.

La USTA travaille d'arrache-pied pour que chaque amateur vive la meilleure expérience possible, qu'il soit au Arthur Ashe Stadium ou devant son ordinateur. Les amateurs de tennis ne vivent cette expérience de tennis améliorée par la technologie que durant les 2 semaines des Internationaux des États-Unis. C'est toutefois en collaboration continue que la USTA et IBM planifient, développent, conçoivent et mettent en œuvre toute la technologie nécessaire au tournoi. En définitive, l'on peut certainement qualifier de «partie parfaite» cette étroite collaboration entre deux organisations partenaires de calibre international.
Plus d'info à l'adresse http://www.ibm.com/innovation/grandslam/en/us_index_low.html (en anglais)