Défi métier

Avec l'expansion de ses services de vidéoconférence et de conférence Web, Ricoh devait garantir une qualité de service fiable et une faible latence, tout en évitant les pannes système causées par des défaillances matérielles.

Transformation

Ricoh a choisi de migrer vers des serveurs bare metal IBM Cloud répartis dans cinq data centers IBM Cloud internationaux afin d'assurer un service fiable, et a créé un mécanisme pour tirer parti de ses capacités redondantes en vue d'éliminer les indisponibilités.

Résultats

A migré

ses opérations de diffusion vidéo vers le Cloud sans changements de configuration

A garanti

une faible latence et un service de haute qualité avec les serveurs bare metal IBM Cloud

A réduit de moitié

ses coûts opérationnels dans les trois ans suivant sa transition vers IBM Cloud

Les étapes du défi métier

Maintenir un service de qualité

Ricoh a lancé sa suite professionnelle de vidéoconférence et de conférence Web, Unified Communication System (UCS), en août 2011. Elle permettait aux utilisateurs de démarrer une conférence en appuyant simplement sur un bouton. À la grande satisfaction de Ricoh, les années suivantes ont vu une augmentation rapide du nombre d'utilisateurs professionnels, et la charge de travail a grimpé en flèche.

« UCS est un service très sensible aux retards » explique Naoki Umehara du service Plateforme Cloud de Ricoh. « Plus nos data centers sont proches de nos utilisateurs, plus la qualité vidéo et audio que nous pouvons offrir est élevée. Nous ne disposions que de deux data centers, l'un aux États-Unis et l'autre au Japon, et il était devenu difficile de fournir des services stables car le nombre d'utilisateurs d'UCS augmentait dans le monde entier. »

L'infrastructure de Ricoh était composée de machines virtuelles sur VMware vSphere dans un Cloud privé hébergé dans les deux data centers et géré à l'aide de VMware vCenter Server. Avec l'augmentation de la demande en services, l'entreprise a commencé à rencontrer des problèmes de pannes causées par des défaillances matérielles.

« Notre priorité absolue est de fournir un service de haute qualité et ultra stable, disponible 24h/24 et 7j/7. UCS est utilisé pour organiser des vidéoconférences et des conférences Web commerciales à l'échelle internationale, et il est essentiel de garantir une prestation de services continue », explique Naoki Umehara.

Pour renforcer sa résilience et maintenir sa qualité de service, Ricoh prévoyait d'ajouter un autre data center en Australie. Mais l'entreprise avait des inquiétudes concernant la latence – étant donné la distance avec les États-Unis et le Japon – et le coût relatif à l'exploitation de plusieurs data centers implantés dans différents pays.

« Notre priorité absolue est de fournir un service de haute qualité et ultra stable, disponible 24h/24 et 7j/7. UCS est utilisé pour organiser des vidéoconférences et des conférences Web commerciales à l'échelle internationale, et il est essentiel de garantir une prestation de services continue. »

Naoki Umehara, Service Plateforme Cloud, Ricoh

Récit de la transformation

Une solution globale

Ricoh a revu sa stratégie et a choisi de tester le remplacement de ses propres data centers par des fournisseurs de Cloud commerciaux. La société a décidé que sa nouvelle activité en Australie serait une première étape idéale, et a cherché des moyens d'activer ses nouveaux services UCS avec le moins de changements possible. Ricoh a étudié l'offre des serveurs bare metal IBM Cloud , puis a sélectionné le data center IBM Cloud de Melbourne pour étendre sa solution UCS, en répliquant la même pile de VMware vSphere et vCenter afin que ses applications continuent de fonctionner comme avant.

Hiroyuki Kanda, du service Plateforme Cloud de Ricoh, raconte : « Nous avons pu voir qu'il n'y avait aucun problème de perte de paquets ou de latence, ce qui était l'une de nos principales préoccupations. Après avoir testé la connexion entre le data center de Melbourne et les data centers locaux de Ricoh, et comparé la charge de travail sous-jacente et les serveurs de diffusion vidéo, nous avons constaté que les serveurs bare metal IBM Cloud supportaient des charges plus élevées et étaient plus flexibles à gérer. »

Suite à ce déploiement réussi à Melbourne, Ricoh a continué sur sa lancée en déployant des serveurs supplémentaires à Amsterdam, Washington DC et Séoul (voir le diagramme). Pour gérer la charge de travail au Japon, où une grande partie des utilisateurs de Ricoh sont basés, le Cloud privé existant et IBM Cloud ont fonctionné en parallèle jusqu'à la fin de la migration vers le data center IBM Cloud de Tokyo, assurant un service continu tandis que Ricoh effectuait la transition.

« Nous avons pu passer sans accrocs de machines virtuelles sur site à des serveurs bare metal IBM Cloud », explique Hiroyuki Kanda. « Puisqu'aucun changement de configuration d'application n'était nécessaire, il s'agissait simplement de capturer les images, de transférer les machines virtuelles vers IBM Cloud et de modifier les adresses IP. »

Résultats

Des opérations stables

Avec UCS fonctionnant désormais sous IBM Cloud, Ricoh a vu ses coûts opérationnels divisés par deux au cours des trois dernières années. Là où la société devait auparavant gérer de longs cycles de planification et d'évaluation de ses capacités, Ricoh est aujourd'hui en mesure de déployer des ressources de serveur physique supplémentaires à la demande chaque fois que cela est nécessaire.

« Depuis l'adoption d'IBM Cloud, nous suivons une approche dite d'infrastructure non modifiable selon laquelle l'infrastructure est automatiquement régénérée à chaque fois que le système change, pour garantir une stabilité, une efficacité et une fiabilité accrues », explique Hiroyuki Kanda. « Nous avons également introduit l'automatisation grâce à la multiplicité des API proposées par IBM Cloud. Par exemple, nous avons créé un mécanisme pour déployer automatiquement des environnements de développement supplémentaires entre 8h et 20h en semaine. Cela nous permet de disposer de plus de capacité lorsque nous en avons besoin, d'éviter de surinvestir, et de réduire les coûts. »

De plus, en passant à IBM Cloud, Ricoh a amélioré la stabilité du système et sa disponibilité. Au fur et à mesure que la demande augmente, Ricoh peut ajouter d'autres serveurs et déployer des machines virtuelles afin de veiller à toujours avoir une capacité suffisante. Plutôt que d'engager des capitaux d'investissement dans quelques data centers géographiquement éloignés, IBM Cloud permet à Ricoh d'augmenter sa capacité à la demande, en fonction de ses besoins, et de sélectionner les emplacements de distribution qui maximiseront sa qualité de service.

business logo

À propos de Ricoh

Basée à Tokyo, la société Ricoh opère dans près de 200 pays, avec pour objectif d'autonomiser les espaces de travail numériques à l'aide de technologies et de services innovants afin de permettre aux individus de travailler plus intelligemment. Ricoh, moteur d'innovation depuis plus de 80 ans, est aujourd'hui l'un des principaux fournisseurs de produits de vidéoconférence et de conférence Web, de solutions de gestion de documents, de services informatiques et de systèmes industriels.

Passez à l'étape suivante

Pour en savoir plus sur IBM Cloud, veuillez contacter votre représentant IBM ou votre partenaire commercial IBM, ou visitez le site Web suivant : ibm.com/fr-fr/cloud

Voir plus de références client ou en savoir plus sur IBM Cloud