CIO

Les 4 clés pour maîtriser sa transformation vers le cloud

Share this post:

Mettre en place sa transformation digitale ne s’improvise pas. C’est un projet majeur, qu’il faudra savoir mener avec rigueur et pragmatisme, tout en prenant soin de protéger et valoriser son patrimoine IT.

Pour la plupart des entreprises, l’enjeu n’est plus de savoir si elles doivent aller vers le cloud, mais comment. Les technologies sont matures et les bénéfices potentiels importants. Dans la pratique, l’entreprise va toutefois devoir se poser des questions sur le futur des applications existantes et sur la transformation que le cloud va engendrer au sein de ses activités et de son organisation.

Internet et le cloud ont favorisé l’apparition d’une foule de nouveaux compétiteurs qui viennent challenger les entreprises historiques sur leur marché. Et personne n’y échappe, le phénomène touchant tous les secteurs, y compris la banque et l’industrie. Les nouveaux arrivants partant d’une feuille blanche, ils ne se fixent que peu de barrières.

Les sociétés plus anciennes ne peuvent proposer des ruptures aussi radicales. Elles se transforment plus lentementet plus progressivement. Mais elles peuvent toutefois compter sur les forces de leur patrimoine IT existant. Un atout essentiel pour faire face à ces nouveaux entrants très disruptifs.

Clé numéro 1 : le passage au cloud est un projet de transformation

Les entreprises ne vont pas sur le cloud pour le plaisir de déléguer leurs infrastructures à de grands hyperscalers comme Amazon, Google, Microsoft ou encore IBM. Elles y vont surtout pour pouvoir se réinventer et proposer de nouveaux services à leurs clients.

Un projet cloud est avant tout un projet de transformation de l’entreprise, qui nécessite une implication forte de la part de toutes les directions métiers, et pas seulement de la DSI. Adopter le cloud nécessite de se mettre en ordre de marche pour opérer les transformations nécessaires, d’un point de vue stratégique, organisationnel… mais aussi technique, car, oui, il y a également des décisions importantes à prendre sur le terrain des technologies à adopter.

Il faut rester prudent vis-à-vis de solutions très intégrées et très spécifiques. Beaucoup d’entreprises pensent qui si elles peuvent les adopter rapidement, elles pourront en sortir tout aussi facilement, ce qui n’est pas vrai. Les solutions spécialisées peuvent avoir leur intérêt (le mainframe en est la preuve), mais il demeure toujours plus prudent d’opter en première intention pour des technologies ouvertes. Par exemple, une plate-forme cloud permettant le déploiement d’applicatifs et services sous la forme de conteneurs.

Clé numéro 2 : savoir protéger et valoriser son patrimoine IT

Il est peu réaliste d’aborder un projet de transformation vers le cloud au travers d’un move to cloud massif et intégral. Tout n’a pas vocation à basculer dans le cloud. Une grande partie du SI existant doit même être conservée. Si un mainframe rend les services attendus, il n’y a aucune raison de vouloir le débrancher. L’entreprise doit préserver son patrimoine IT, en trouvant des moyens de le valoriser dans un contexte cloud hybride.

Protéger son patrimoine IT nécessite toutefois de le connaître. Il faut pour cela cartographier l’existant, puis déterminer ce qui est exploité, ce qui ne l’est pas, ce qui pourrait l’être. Cette cartographie permettra de définir la cible de transformation des applications : portage, réarchitecture, réécriture, voire suppression. L’adoption du cloud est l’occasion d’éliminer les branches mortes et de réduire la dette technique de l’entreprise.

Les API sont la voie privilégiée pour faire communiquer des services qui créent et stockent de la donnée et ceux qui la consomment. Et elles ne sont pas limitées aux applications cloud. En parallèle au développement de services cloud, il faudra donc aussi mener un travail de modernisation du legacy, en y intégrant le support des API. Les microservices cloud pourront alors se connecter à votre patrimoine IT existant, où qu’il soit.

Clé numéro 3 : ne pas négliger les équipes et méthodes

Les choix stratégiques ont été faits et la feuille de route tracée. Que manque-t-il ? Des équipes :

  • Une équipe dédiée à la construction et au maintien en conditions opérationnelles de la plate-forme cloud.
  • Une équipe de développement chargée de créer ou transformer les applications, en mode agile et industriel.
  • Un centre d’excellence qui va capitaliser l’expérience, gérer les best practices et les roadmaps.
  • Une gouvernance en charge de la plate-forme cloud, des arbitrages et du suivi des déploiements, ainsi que des transformations qui les accompagnent.

L’une des difficultés d’une transformation vers le cloud hybride est l’acculturation des équipes aux nouveaux modes de développement, de déploiement et d’utilisation des services.

Il est recommandé de se concentrer en premier lieu sur une application représentative du métier de l’entreprise, dont la transformation permettra de tirer un maximum d’enseignements. En parallèle l’équipe en charge de « l’usine logicielle » convertira plusieurs applications non critiques pour les métiers, afin de roder la plate-forme, les processus et les organisations.

Clé numéro 4 : toujours avoir un plan B

Les choses peuvent mal se passer lors du déploiement d’un service sur le cloud : défauts fonctionnels, chute des performances… Il est donc essentiel d’assurer un suivi de la transformation vers le cloud en déployant des systèmes d’observabilité qui permettront de mesurer tous les KPI nécessaires et prendre les actions correctrices.

Téléchargez l’ouvrage   » DÉFIS : Pour une performance réinventée  » dans lequel 70 décideurs transmettent les clés d’une transformation digitale et durable

IBM Distinguished Engineer

More CIO stories
2 mai 2024

IBM et AWS offrent aux clients français de nombreuses technologies IBM sur la marketplace d’AWS pour répondre aux enjeux d’hybride Cloud et d’IA

Dans un monde de plus en plus complexe, qui ne souhaite pas un peu de simplicité ? IBM et AWS permettent aux clients français d’acheter, de déployer et d’utiliser plus facilement les logiciels IBM achetés sur la marketplace d’AWS. Avec un portefeuille de 44 solutions IBM (dont 29 en mode SaaS) désormais disponibles et en […]

Continue reading

28 février 2024

L’intelligence artificielle et l’analytique avancée dans le système de santé français (Partie 2)

Face aux défis auxquels sont confrontés les systèmes de soins de santé, l’analytique avancée (AA) et l’intelligence artificielle (IA) sont des technologies à haut potentiel d’impact. Ces technologies peuvent équiper les systèmes de santé d’outils avancés pour renforcer les soins des patients et améliorer l’efficacité opérationnelle. La deuxième partie de cet article reprend le fil […]

Continue reading

15 février 2024

L’Intelligence Artificielle et l’Analytique avancée dans les systèmes de santé français (Partie 1)

Dans le paysage complexe de la Santé, les systèmes médicaux du monde entier sont confrontés à une multitude de défis. Ceux-ci vont de la gestion délicate des maladies chroniques jusqu’à la quête d’accès égaux aux services de santé. Dans ce contexte spécifique, l’émergence de l’Analytique avancée et de l’Intelligence Artificielle (IA) joue un rôle de […]

Continue reading