Intelligence Artificielle

Supply Chain : Intelligence Artificielle et signaux faibles

Share this post:

Dans un monde de plus en plus complexe et imprévisible, l’intelligence artificielle permet, à toutes les étapes de la supply chain, d’aider et d’accompagner les équipes opérationnelles dans leurs prises de décision.

Pendant la crise sanitaire, la supply chain a été présente sur toutes les lèvres. Les directions générales ont fini par prendre conscience du rôle central de la supply chain et que des ruptures qui surviennent à l’autre bout de la planète peuvent avoir des impacts importants sur les affaires et mettre en péril la survie de l’entreprise.

Le revers de la médaille de cette surexposition soudaine a été le suivant : le niveau d’exigence – déjà très élevé – a augmenté de façon vertigineuse. De très nombreux Supply Chain Managers se sont alors demandé comment les technologies, et l’intelligence artificielle en particulier, pouvaient les aider à atténuer cette pression et atteindre les résultats qu’on attendait d’eux.

 

Des exigences en décalage avec la réalité du terrain

Mais face au supplément d’exigence dont elle a fait l’objet, la supply chain s’est heurtée à la réalité : les processus opérationnels et les technologies en place ne sont pas encore à la hauteur du niveau de complexité attendu. En effet, dans beaucoup d’entreprises, les projets informatiques ou de transformation digitale en sont encore à se demander comment rénover un système d’information conçu en silos.

Bien entendu, il est difficile de généraliser ce constat à toutes les organisations. Les très grands groupes français, véritables multinationales, possèdent une supply chain ultra-performante. Mais ces réussites exemplaires sont l’arbre qui cache la forêt. Les PME et ETI, qui représentent l’essentiel du tissu économique français, accusent encore aujourd’hui un très grand retard dans la transformation de leur supply chain et, plus globalement, de leur système d’information.

 

Une aide précieuse face à une demande de plus en plus imprévisible

Pourtant, les bénéfices apportés par l’IA sont innombrables. L’intelligence artificielle permet tout d’abord de répondre aux attentes des consommateurs en quête de toujours plus d’informations sur le caractère durable des biens qu’ils consomment.

Les consommateurs sont par ailleurs de plus en plus volatils. L’explosion du e-commerce pendant la crise sanitaire les a rendus intransigeants quant à la largeur de la gamme des produits vendus mais aussi aux délais de livraison proposés. Ils n’hésitent plus à changer de fournisseur en un clic.

Pour toutes ces raisons, le « signal » de la demande s’en trouve fortement perturbé. L’IA apporte une capacité de mise en corrélation d’une multitude de signaux faibles débouchant sur une analyse beaucoup plus fine de la demande. C’est grâce au « demand sensing » que les entreprises peuvent agir et produire de manière adaptée.

 

Un assistant au quotidien

L’IA apporte également une précieuse assistance aux opérationnels de la supply chain. Capable d’extraire l’information utile d’un bout à l’autre de la chaîne, elle offre une visibilité à la fois sur les stocks, la demande et les fournisseurs. Cela permet aux opérationnels d’accéder à la « vraie version de la vérité ». Ces derniers peuvent alors lui poser des questions de type : « Quel est le niveau de stock sur tel produit ? », « Comment se porte la demande sur telle gamme ? », « Tous les composants nécessaires à la fabrication de ce produit sont-ils disponibles ? ». Ces questions paraissent simples, mais elles nécessitent souvent une compilation de plusieurs sources d’information.

De même, sur les lignes de production, les solutions de maintenance prédictive sont en mesure de collecter tous les signaux vitaux et non-vitaux afin de les analyser grâce à une IA entrainée pour prédire les futures pannes. L’enjeu est de taille : déclencher une maintenance au bon moment, quand le besoin s’en fait sentir, et non selon des intervalles planifiés de manière théorique, sans lien avec la réalité terrain.

 

Surveiller l’activité et la bonne santé des fournisseurs

Si l’on remonte encore plus en amont dans la chaine de valeur, vers les approvisionnements, l’IA permet d’anticiper très tôt les dysfonctionnements potentiels. Les ruptures de composants électroniques qui ont touché les secteurs automobile et électronique sont une bonne illustration. Bien sûr il ne sera pas toujours possible d’éviter des ruptures, mais les détecter plus tôt permet de se préparer et avoir le temps de travailler des alternatives.

L’IA intervient aussi au niveau de la planification des approvisionnements, en lien avec le plan de production, lui-même directement corrélé à la demande, de plus en plus instable. L’objectif poursuivi est de s’adapter aux fluctuations. L’IA apporte flexibilité et souplesse avec des simulations de scénarios possibles et facilite ainsi la réaction en temps réel, quand une contrainte survient.

L’IA permet également une « surveillance » très poussée des fournisseurs, toujours plus imbriqués, en « cascade ». L’objectif est ici de pouvoir détecter les potentielles défaillances de l’un d’entre eux avant qu’elles ne se répercutent sur l’ensemble de la chaîne. En scannant les informations liées à leur santé financière, aux contrats qu’ils signent ou aux éventuels événements climatiques, politiques ou sociaux impactant leur activité à travers le monde, l’IA identifie les signaux faibles indiquant un potentiel risque d’incapacité à délivrer tout ou partie de leurs prestations.

Cette surveillance, très chronophage, ne peut être assurée dans sa globalité, et sur le long terme, par un seul cerveau humain (ou même plusieurs). L’IA vient alors en renfort de l’activité de supply chain risk management.

Les signaux faibles à analyser sont très nombreux et touchent de multiples domaines de la supply chain, que ce soit au niveau de la demande, de la distribution, de la production ou des approvisionnements. Grâce à sa capacité à procéder à des analyses englobant de multiples facteurs et sources de données, l’IA constitue une aide précieuse pour optimiser les processus et gagner en réactivité et en capacité d’anticipation.

Découvrez le livre blanc « La blockchain, l’atout confiance de la supply chain »

 

 

 

IBM Sterling Supply Chain, CSCO Ambassador

More Intelligence Artificielle stories
1 octobre 2021

La (r)évolution des actifs numériques : des « chemins de fer » aux « voitures volantes »

Marchés financiers et transport ferroviaire : comprendre l’analogie Les marchés financiers facilitent l’échange de valeurs entre différentes contreparties, c’est-à-dire des acheteurs et des vendeurs. La valeur peut être transmise par de nombreux instruments et peut prendre différentes formes, comme des espèces ou des titres financiers. En regardant de plus près, toutes les opérations reposent sur […]

Continue reading

22 septembre 2021

La « data fabric » : La fin du « data hub » centralisé ?

Les données distribuées, en silos, continuent d’être le point de compression de l’exploitation et la gouvernance des données. L’intégration, la préparation de ces données, leur nettoyage, leur mise en qualité, leur exposition continuent d’être le défi de la création de valeur. Les « data hub » existants sont fortement sollicités pour accélérer, voire automatiser cette phase d’intégration […]

Continue reading

2 septembre 2021

Intelligence artificielle : les quatre piliers stratégiques et l’approche industrielle d’IBM

Plusieurs sujets sont essentiels pour garantir le succès d’une solution d’intelligence artificielle : le langage, l’automatisation, la confiance et un déploiement facilité, sur site comme dans le cloud. L’article qui suit présente le point de vue d’IBM complété par son approche pratique de type « garage », permettant de se plonger directement dans le projet pour faciliter […]

Continue reading