Cloud

Le Mayflower : enrichir notre compréhension de la santé des océans grâce à un navire scientifique autonome et solaire

Share this post:

Le Mayflower, le bateau autonome qui traversera l’atlantique au printemps 2021 grâce à l’IA Watson, vient d’être mis à l’eau ! 15 mètres de technologie, 4.5 tonnes dont plein d’ordinateurs et de logiciel pour naviguer à 10 noeuds. Durant cette traversée il recueillera aussi beaucoup de données pour des équipes de recherche sur les mammifères marins, la présence des microplastiques et autres polluants, la mer et les patterns de vagues.

 

Comment se fait l’exploration des océans ?

 

Aujourd’hui, l’activité humaine a un impact sur la santé des océans, et perturbe les régimes climatiques, détruisant les écosystèmes. Le besoin de données océanographiques et des navires qui les collectent n’a jamais été aussi grand, mais l’exploration océanique est exigeante en main-d’œuvre, est coûteuse et parfois dangereuse. Et avec le COVID-19 qui ajoute un défi supplémentaire, en perturbant les missions de recherche marine habitées, il est clair que nous avons besoin de nouvelles approches pour comprendre et conserver l’une des ressources les plus importantes du monde.

Heureusement, la maturité croissante des technologies autonomes offre une voie à suivre. IBM soutient l’organisation de recherche marine Promare en fournissant les technologies de pointe pour le Mayflower Autonomous Ship.

Nommé d’après le nom d’un autre navire célèbre de l’histoire, mais très axé sur l’avenir, le Mayflower autonome utilise plusieurs technologies d’intelligence artificielle et l’énergie du soleil pour traverser l’océan de manière indépendante, collectant et transmettant des données vitales pour élargir notre compréhension des facteurs influençant sa santé.

 

Ce nouveau navire, qui a été lancé en septembre, représente non seulement l’avenir de l’exploration marine, mais aussi un changement fondamental dans notre approche globale de la recherche océanographique.

Alimenté par l’énergie solaire et doté de technologie d’IA, le Mayflower effectuera des recherches approfondies sur la santé de l’océan.

 

https://www.youtube.com/watch?v=n8wPUCPX6ss&feature=youtu.be

 

Les vrais poumons de la planète ?

Selon un rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental des Nations Unies sur l’évolution du climat, nos océans sont plus chauds, plus pollués, plus épuisés et plus imprévisibles que jamais. Chaque année, environ huit millions de tonnes de plastique se retrouvent dans l’océan, infiltrant les chaînes alimentaires et menaçant la vie marine. Et en absorbant l’excès de dioxyde de carbone (CO2) créé par l’activité humaine, l’océan devient de plus en plus acide, affectant le développement biologique de certaines espèces et détruisant des habitats importants comme les récifs coralliens.

Il y a aussi de graves conséquences pour la vie sur terre. Alors que l’importance de la forêt amazonienne dans le monde est incontestable, l’océan et le phytoplancton émetteur d’oxygène qui y vit peuvent justifier l’appellation de «poumons de la planète», produisant environ la moitié de l’air que nous respirons. Ensuite, il y a la valeur économique des industries marines et côtières qui vaut environ 3 milliards de dollars par an.

 

Une décennie de sciences de l’océan

Reconnaissant l’importance de l’océan et les menaces auxquelles il est confronté, les Nations Unies ont proclamé les années 2020 la Décennie des sciences de l’océan au service du développement durable. Rassemblant un éventail de disciplines scientifiques, de décideurs et de partenaires industriels, l’initiative fournira un cadre pour une meilleure compréhension et une meilleure gestion des environnements marins.

Appelant à de nouveaux partenariats de collaboration, l’ONU estime que le secteur privé a un grand rôle à jouer, en particulier lorsqu’il s’agit de développer des technologies autonomes qui peuvent continuer à collecter et partager des données et rendre les sciences océaniques moins dépendantes d’expéditions.

 

Le rôle du navire autonome Mayflower

L’équipe du projet Mayflower comprend, de gauche à droite, le professeur Kevin Jones de l’Université de Plymouth; Rosie Lickorish d’IBM; et Eric Aquaronne, de l’equipe de stratégie systèmes chez IBM.

 

C’est pourquoi, répondant à l’appel de l’ONU, IBM soutient Promare en fournissant les technologies pour le Mayflower Autonomous Ship (MAS).

En utilisant un nouveau «AI Captain» innovant, construit par les ingénieurs de Promare en combinant l’intelligence artificielle d’IBM, les technologies de pointe et les données d’IBM the Weather Company, MAS peut identifier et éviter les dangers lors de sa navigation autonome en mer, et planifier sa route seul.

Les chercheurs d’IBM et de Promare sont également pionniers de nouvelles approches basées sur l’IA pour la collecte et l’analyse in situ d’échantillons et de données océaniques afin de mieux comprendre tous les éléments, de la qualité de l’eau à ce que les chants de baleines peuvent nous dire sur les populations de mammifères marins. L’une des expériences est une version spécialement adaptée d’une «langue» électronique assistée par IA, qui permet une caractérisation chimique rapide de liquides, tels que l’eau de mer, en utilisant des combinaisons de nombreux capteurs dans un réseau.

À l’avenir, les réseaux de bateaux de recherche autonomes, de drones et de submersibles pourraient passer jusqu’à six mois en mer, générant des données chaque jour, en regardant au-delà de la variabilité saisonnière pour mieux identifier et répondre aux tendances à long terme. Ils travailleront en tandem avec des océanographes humains mais permettront ainsi aux experts de consacrer plus de temps à l’interprétation des données plutôt qu’à la collecte de données.

Au-delà de la recherche elle-même, MAS contribuera à atteindre un autre objectif important: l’engagement du public. En fin de compte, il faudra un effort collectif pour changer les tendances environnementales actuelles. L’histoire du navire, la fusion du passé, du présent et du futur, et les informations partagées à l’échelle mondiale sur sa mission, signifie que MAS contribuera à sensibiliser le public aux problèmes liés à la santé des océans.

Worldwide Systems Strategy : Systems Cloud, AI, Security. IBM Q Ambassador

More Cloud stories
24 novembre 2020

Succès des projets d’IA : quand le Cloud et le Edge montrent leur complémentarité

Suite au webinar co-organisé par IBM et IDC sur le sujet du cloud et de l’edge computing au service de l’industrialisation des projets Data & IA dont vous pouvez trouver le replay ici : https://weevents.idc.com/d/27qc9p?RefID=IBM-track  IDC nous présente une synthèse de l’intérêt de l’usage de ces technologies combinées comme accélérateurs des projets d’Intelligence Artificielle. Le […]

Continue reading

15 octobre 2020

Digitalisation – Les Ressources Humaines à l’heure du bilan Post COVID-19

Depuis le mois de mars et le début de la crise COVID-19, les services de Ressources Humaines ont été mis à contribution de manière intensive afin d’organiser le travail à distance, de mettre en œuvre les dispositifs de chômage partiel pour la sauvegarde de l’emploi et enfin de planifier un retour au travail progressif et […]

Continue reading

30 septembre 2020

Call For Code 2020 : une équipe française parmi les finalistes !

Une équipe française 100% féminine est en finale de Call For Code 2020 grâce au coaching d’IBM Cloud et IBM Est Centre Méditerranée !! C’est en mars que tout démarre au KMØ KMØ accompagne la transformation digitale des industriels et soutient le développement des entreprises numériques : tout l’écosystème KMØ a été pensé autour de ce […]

Continue reading