Blockchain

Interconnexion de blockchains : de la transparence à la création de valeur

Share this post:

La mondialisation des échanges a rendu opaque la chaine de fabrication d’un produit. En favorisant la collaboration entre les différentes industries, la blockchain offre traçabilité, confiance et transparence, au bénéfice des participants comme des consommateurs.

Dans un contexte de multiplication des échanges, les chaînes d’approvisionnement s’opacifient et les informations de traçabilité sont difficiles à rassembler, en particulier sur la partie amont. La transparence de bout en bout devient alors un véritable avantage concurrentiel pour les marques. Un enjeu auquel la blockchain répond en leur permettant d’établir une traçabilité complète, immuable, sécurisée et partagée de l’ensemble de la chaîne de fabrication et de distribution d’un produit. Une vision complète de la traçabilité améliore la visibilité sur les ressources et leurs utilisations au sein d’un écosystème.

 

Partir d’un constat simple : les industries sont interconnectées

La blockchain étant une technologie de réseau dont la valeur croit proportionnellement au nombre de participants, une logique se dessine : l’interconnexion des réseaux. En prenant l’exemple de l’agroalimentaire, il est possible d’observer les différents points de connexion avec d’autres industries, notamment autour des coproduits. C’est-à-dire la création d’un second produit à partir de la fabrication d’un produit initial. Dans l’agroalimentaire, certains résidus de fabrication sont utilisés par d’autres industries comme le luxe, la mode, la beauté, l’énergie ou encore l’industrie pharmaceutique.

 

Une réponse aux nouvelles attentes des consommateurs

Sur ce principe de valorisation des résidus ou des éléments non-utilisés, apparaissent les écoproduits, une réponse aux nouvelles exigences des consommateurs demandeurs d’ingrédients naturels, éthiques et écoresponsables, de réduction du gaspillage au profit de la réparation, de la réutilisation des matières et de l’upcycling, etc.

La pulpe du raisin par exemple, est utilisée par les viticulteurs pour leur production de vins et spiritueux. Les pépins de raisin ainsi que la sève et les sarments de vigne sont par exemple valorisés dans des produits de beauté notamment par la marque Caudalie. Les pépins servent également à la fabrication d’huiles alimentaires et la peau comme colorant alimentaire ou textile. De même, Orange Fiber a créé un cuir végétal élaboré à partir des peaux d’orange récupérées d’un fabricant industriel de jus.

 

Vers une collaboration étendue

La blockchain au service de la traçabilité des écoproduits retrace l’histoire d’un produit et par la même occasion, celle de ceux auquel il est lié. Il s’agit d’une opportunité pour la marque de valoriser ses engagements et d’en apporter la preuve. La blockchain IBM grâce à la solution IBM Food Trust permet d’établir le suivi d’un lot de produits, de partager ces informations avec ses partenaires et de les communiquer aux consommateurs. Grâce à cette solution, ces derniers peuvent par exemple suivre le parcours de leur saumon fumé ou de leur pavé de saumon frais Un parcours qui pourrait être multi-industries. En effet, les parties du saumon non utilisées dans l’agroalimentaire comme la peau servent aux industries de la mode à confectionner du cuir de saumon ou encore aux secteur pharmaceutique et cosmétique à élaborer des produits riches en Omega 3. Établir une traçabilité complète en connectant différents écosystèmes entre eux décuple le pouvoir de la traçabilité et offre une transparence intersecteurs et une collaboration étendue.

Au-delà de la traçabilité, il s’agit d’une opportunité d’améliorer son excellence opérationnelle, sa logistique, la gestion de ses achats, stocks et ventes ou encore d’offrir une transparence plus grande aux consommateurs en apportant la preuve de ses engagements.

Au sein des industries agroalimentaire, du luxe, de la mode et de la beauté, la blockchain est une source de création de valeur sur bien d’autres cas d’application notamment autour du soutien des petits producteurs, de la lutte contre la contrefaçon et les marchés gris ou encore de la protection des marques et des créations.

 

Cet article a été publié dans LSA le 09 juillet 2020

Blockchain Consultant for Food, Retail, Beauty and Luxury industries

More Blockchain stories
16 juillet 2020

La vente omnicanale, enjeu majeur de survie pour le retail ?

La crise du Covid-19 s’est traduite par des expériences surprenantes en matière d’approvisionnement. Pour le meilleur, avec la mise en place de nouvelles chaines locales de distribution. Mais aussi parfois pour le pire : annulations de commandes, drives indisponibles, livraisons non assurées… Depuis mars, chacun de nous a réalisé, du jour au lendemain, l’importance de […]

Continue reading

7 juillet 2020

Pourquoi doit-on miser sur la Blockchain dans le « Monde d’après » ?

Comment redémarrer différemment après le Coronavirus ? Dans son allocution du dimanche 14 juin, Emmanuel Macron a déclaré : “Il nous faut créer de nouveaux emplois en investissant dans notre indépendance technologique, numérique, industrielle et agricole”. “Cette reconstruction doit aussi être sociale et solidaire”. L’une des réponses à cette ambition selon moi : la blockchain. Issue de la […]

Continue reading

14 avril 2020

Le COVID-19 frappe durement les retailers

Le monde du retail a changé du jour au lendemain. Début mars, notre vie chez IBM était des plus normales. Nous travaillions aux côtés de nos clients pour les aider à répondre à leurs enjeux quotidiens. Nous échangions avec eux sur la transformation de leur supply chain pour la rendre agile et prédictive grâce à […]

Continue reading