Supply Chain

Supply Chain et IA : IBM doublement récompensé en 2018

Share this post:

De l’année 2018, je retiendrai en particulier la reconnaissance par le marché des premiers résultats de l’Intelligence Artificielle Watson appliquée à la Supply Chain IBM. J’ai particulièrement en tête le Prix Supply Chain qui nous a été remis à l’occasion des Trophées de la Transformation Numérique par Solutions Numériques ainsi que le prix 2018 Manufacturer of the Year de Frost and Sullivan’s.

La maîtrise de la Supply Chain est un élément central de l’expérience client et de la compétitivité de l’entreprise. Pourtant, ce n’est pas là que se sont déployés les premiers projets de transformation digitale, la Supply Chain étant considérée jusqu’à encore récemment comme une fonction support. Or, je constate que la tendance s’inverse.

Dans ce monde qui va plus vite, les consommateurs choisissent où, quand et comment ils veulent acheter et être livrés. Parties intégrantes de l’expérience client, les sujets de disponibilité des stocks, de fulfillment agile des commandes et de livraison dans les temps ne peuvent être traités que grâce à une Supply Chain fiable, évolutive et désormais construite autour des données internes et externes (évènements, écosystèmes, etc… ).

Dans le BtoB aussi, l’écosystème des partenaires-fournisseurs n’a plus d’autre choix que de se mettre au diapason. Les entreprises sont à la recherche de rapidité, fiabilité, traçabilité tout en tenant compte de leurs impératifs de coût, délais, optimisation des stocks.

 

Un cockpit de pilotage développé pour et par IBM

Revenons à l’origine de la démarche d’IBM autour de Watson et de la Supply Chain. Nous sommes en 2011, après le drame de Fukushima. Un de nos fournisseurs de composants critiques subit une paralysie de son activité, ce qui engendre un blocage de notre production de grands systèmes, des délais de livraison sérieusement allongés et un problème commercial significatif.

Face à cette situation de pénurie, nous avions monté une cellule de crise pour évaluer dans le détail les impacts de production et de livraison et rechercher des solutions de sourcing alternatives.

Or, à cette époque, nous nous sommes aperçus que nous avions plusieurs visions de la réalité. L’idée a alors été de développer un cockpit de pilotage qui permette une vision exhaustive, dynamique et partagée de la chaîne logistique.

A peu près au même moment, Watson devenait champion du jeu télévisé américain Jeopardy démontrant la maturité du système d’intelligence artificielle d’IBM. Et en 2014, la décision a alors été prise d’injecter Watson dans notre cockpit Supply Chain.

 

Watson injecté dans le cockpit pour l’enrichir

Concrètement la solution ainsi développée s’appuie sur les 4 axes qui caractérisent l’IA Watson.

La capacité à collecter et exploiter les données structurées et non structurées pertinentes pour la Supply Chain ; que ces données soient à l’intérieur de l’entreprise (ERPs, outils de planning, WMS TMS …) ou à l’extérieur au sein de l’écosystème, dont il est critique d’ailleurs de recueillir l’adhésion. D’autres données utiles à la Supply Chain sont aussi dans le domaine public (réseaux sociaux, trafic routier, prévisions météo ou réglementation…).

Outre la capacité d’interagir en langage naturel avec le système, le moteur de raisonnement probabiliste s’appuie sur le corpus « Supply Chain » construit par nos équipes métier dans la phase de formation de Watson. Depuis d’ailleurs, Watson est pré-éduqué sur le domaine Supply Chain ; ce qui raccourcit le délai d’apprentissage dans l’écosystème de données de l’entreprise et permet d’obtenir plus rapidement un ROI.

 

La pertinence dans le traitement des Aléas

A l’arrivée, cette solution nous permet de traiter les aléas que subissent immanquablement toutes les Supply Chain. Concrètement, lorsqu’un aléa est constaté ou prédit, la solution génère un environnement de travail virtuel qui réunit les experts de l’entreprise étendue. Ces experts définissent ensemble les solutions (sourcing alternatif, réorganisation de la ligne de production, changement de transporteur…), puis toutes ces résolutions sont documentées, ce qui constitue un véritable « playbook » digital et participe à l’apprentissage et connaissance de Watson. Ainsi, progressivement, Watson est capable de reconnaître les différents aléas, de réunir les experts pertinents, et même de proposer directement des suggestions de résolution en les étayant.

 

Un retour sur investissement rapide

Le résultat a été plus que probant, puisque IBM a pu faire une économie de 40 millions USD en 3 ans tout en délivrant le même niveau de service.

En 2018, ce succès nous a incité à lancer sur le marché cette solution créée par IBM pour ses propres besoins. La solution a été packagée sous le nom de Watson Supply Chain Insights, et nous sommes déjà en cours de déploiement chez un client en France ce qui est très stimulant pour l’ensemble de l’équipe.

Pour en savoir plus sur IBM Watson Supply Chain

 

Patrice Dau – Directeur Watson Customer Engagement

Patrice Dau

More Supply Chain stories
11 février 2019

L’IA induit des gains significatifs de productivité, de qualité et de sécurité dans la conformité

Les métiers de la gestion des risques et de la conformité sont confrontés à une transformation accélérée. Face à l’explosion des volumes de données à traiter et au poids des obligations qui pèsent sur les banques en matière de conformité, le recours aux nouvelles technologies permet de conjuguer le besoin de contrôler plus et mieux. […]

Continue reading

5 février 2019

D’ici 3 à 5 ans, on pourra déjà montrer un avantage quantique sur certaines questions complexes

Le calcul quantique permettra prochainement de résoudre certaines questions de manière bien plus performante qu’avec les ordinateurs traditionnels. Il pourra même être à la portée de tout entrepreneur au travers d’un service dans le Cloud. Explications sur les enjeux d’une révolution en devenir avec Olivier Hess, IBMQ Ambassador et Technical Leader chez IBM France, en […]

Continue reading

29 janvier 2019

Régulations : les acteurs privés ont aussi une responsabilité

Au moment où la France ouvre une nouvelle phase des États généraux des nouvelles régulations numériques, Diane Dufoix-Garnier, directrice des Affaires publiques d’IBM France, détaille la vision et le rôle des acteurs privés et des entreprises dans l’évolution de la réglementation et de la régulation du secteur, mais aussi dans le développement de pratiques et […]

Continue reading