Contenu principal

Navigation par onglet

Il y a peu de jours où l'on n'utilise pas un moyen de transport ou un autre.


Un autobus, un train ou une voiture pour se rendre au travail. Un vélo pour aller à l'école. Un avion pour partir en voyage d'affaires. Et, même si nous ne quittons pas la maison, notre mode de vie est influencé par l'industrie des transports : presque tous les biens de consommation — aliments, vêtements, médicaments, véhicules, ordinateurs — nous arrivent par un moyen de transport.

Le transport — le déplacement de personnes et de biens du point A au point B — est la force vitale de notre économie. Les villes ne pourraient exister si nous n'avions pas de systèmes de transport pour déplacer les personnes et les marchandises à l'intérieur, à l'extérieur et autour d'elles. Le transport a été un des principaux éléments derrière la mondialisation : il a contribué à raccourcir les distances, à faire émerger de toutes nouvelles économies et à améliorer la qualité de vie de millions de personnes.

Néanmoins, un bon nombre de nos systèmes de transport n'arrivent pas à répondre aux besoins du XXIe siècle. En intégrant la technologie et l'intelligence dans l'infrastructure physique, nous pouvons améliorer la capacité, faire vivre aux voyageurs une meilleure expérience et rendre nos systèmes de transport plus efficaces et plus sûrs.

Vidéo sur le transport plus intelligent  L'introduction (2 min 26 s, en anglais)

 

Améliorer la mobilité au XXIe siècle

Le président d'IBM, Samuel J. Palmisano, explique aux membres de l'Intelligent Transportation Society of America les opportunités que présente un système de transport plus intelligent.

 


 

Il faut progresser. C'est clair. Il faut saisir l'opportunité.

 


 

Voyez ce qui se produit lorsque quelque chose tourne mal

Une tempête, une coupure de courant ou une grève dans une ville peuvent avoir des répercussions dans tout le pays étant donné que le transport est un écosystème interconnecté complexe comprenant de nombreux intervenants.

Lorsque notre système de transport arrête, cela coûte de l'argent — entre 1 et 3 % du produit intérieur brut. Aux États-Unis seulement, les personnes assises dans leur auto durant des embouteillages perdent 4,2 milliards d'heures par année.

Nous ne pouvons vaincre la congestion en construisant plus de routes, de ponts et de voies ferrées. «Le modèle que nous observons est que chaque fois qu'une route est construite, l'utilisation augmente et la congestion reprend de plus belle», affirme Phil Mumford, chef de la direction, Queensland Motorways, Australie. «Nous devons être plus intelligents dans notre façon de gérer le circulation.» Et la capacité de nos aéroports. Et nos chemins de fer. Et nos routes maritimes.