Contenu principal

Navigation par onglet

Miser sur la durabilité pour hausser les performances
L’Institut IBM de recherche en valeur commerciale a rencontré des dirigeants d’entreprise pour savoir quelles étaient leurs stratégies de durabilité et quels avantages ils en tiraient.

La durabilité, c'est l'affaire de toutes les entreprises


L'entreprise de transport chinoise COSCO a analysé son bilan de carbone et, plutôt que de le voir comme un obstacle, elle l'a vu comme une opportunité. Elle a réduit le nombre de points de distribution de 100 à 40, ce qui lui a permis de diminuer ses coûts de 23 % et de réduire ses émissions de dioxyde de carbone de 15 %, ce qui équivaut à 100 000 tonnes par année.

En 2000, IBM a jeté un coup d'œil à sa propre consommation d'eau dans ses usines (ÉU) et ses laboratoires, et a défini des objectifs en vue de la réduire. Huit ans plus tard, les initiatives qui ont été mises en place dans les opérations de fabrication de matériel microélectronique se traduisent par un taux de réduction de 2,4 %, une économie de 1 214 milles mètres cubes d'eau.

Des organismes gouvernementaux aux institutions financières, en passant par les détaillants, partout dans le monde les organisations évaluent l'impact actuel et futur de leurs activités. Et cela comprend l'impact qu'ils ont sur la planète. À titre d'exemple, d'ici 2025, les édifices consommeront plus d'énergie (ÉU) que toute autre catégorie de «consommateur». (Aux États-Unis, ils consomment déjà 72 % de l'énergie utilisée.) Et 40 % des matières premières utilisées actuellement dans le monde sont utilisées dans des édifices. Cela correspond à environ 3 milliards de tonnes… chaque année.

Les ressources étant de plus en plus limitées, les entreprises dépendent d'écosystèmes naturels équilibrés pour les matières premières, l'eau, l'énergie et la santé physique de leurs employés et de leurs clients. Elles dépendent de systèmes communautaires florissants pour la main-d'œuvre, de nouvelles sources d'innovation et des clients. En outre, étant donné les liens entre ses systèmes, une entreprise engagée en matière de durabilité doit considérer tant les conséquences immédiates que celles de plus grande portée dans toutes ses interventions. Il y a toutefois des défis associés au développement d'une approche commerciale durable. En voici trois.

Avantages de l'écoefficacité pour les organisations. Avantages de la durabilité selon les participants au jam de 2010 d'IBM portant sur l'écoefficacité. Source: Poll of Jam participants.

 

Aux fins de la durabilité, les organisations doivent se donner un nouvel objectif: optimiser les opérations afin de minimiser l'impact environnemental, d'améliorer l'impact social et de maximiser le rendement.

 

Collecter des informations opérationnelles en temps utile

Dans le 2009 Corporate Social Responsibility (CSR) Report (ÉU) publié par IBM, 4 chefs d'entreprise sur 10 ayant participé au sondage soulignent que, durant les trois années précédentes, ils ont augmenté le montant d'informations recueillies sur leurs opérations dans chacun des 8 secteurs de durabilité analysés : gestion de l'énergie, gestion du carbone, gestion des déchets, gestion de l'eau, approvisionnement responsable, composition des produits, normes de travail éthiques et cycle de vie des produits.

Changement dans la collecte d'informations au cours des 3 années avant le sondage. Souce: Étude 2009 de l'Institute IBM de recherche en valuer commerciale sur la responsabilité sociale des enterprises.

 

Comprendre la chaîne logistique

Au cours du sondage, 3 organisations sur 10 ont affirmé ne rien demander à leurs fournisseurs en regard de l'une ou l'autre des 8 catégories. Chose étonnante, dans les catégories carbone et eau, où l'«empreinte» interécosystèmes est de plus en plus courante, près de 8 organisations sondées sur 10 ne collectent aucune information de leurs fournisseurs. Et, en dépit de nombreux scandales ayant porté préjudice à la marque, 6 sur 10 ne recueillent rien de leurs fournisseurs sur les normes de travail éthiques.

Comparées à leurs pairs, les organisations les plus performantes recueillent plus d'informations de leurs fournisseurs dans chacune des 8 catégories du sondage.

Faire participer les clients aux efforts de durabilité

La plupart des organisations voient les attentes aux fins de la transparence en considérant les initiatives de responsabilité sociale. Plus de la moitié des dirigeants d'entreprise que nous avons interviewés considèrent que le libre accès aux données est une priorité. Jusqu'à récemment toutefois, les organisations ont plutôt eu tendance à rendre leurs informations accessibles en réponse aux demandes des intervenants. Celles qui comptent tirer un avantage commercial de la responsabilité sociale développent de nouveaux moyens pour informer et sensibiliser leurs intervenants — clients, employés ou partenaires.


 

Émergence d'une économie d'écoefficacité : jam 2010

Au début de 2010, l'Institut IBM de recherche en valeur commerciale a rassemblé des cadres d'entreprise, des administrateurs gouvernementaux, des fonctionnaires, des chefs d'organisations non gouvernementales (ONG), des journalistes, des analystes et des experts environnementaux de plus d'une soixantaine de pays pour le premier jam sur l'écoefficacité d'IBM (ÉU).

Les 1 600 participants en sont arrivés à un consensus : l'écoefficacité est en voie de devenir le plus gros «facteur de changement» économique des 20 prochaines années. Et les entreprises qui comprennent l'écoefficacité et qui adoptent ce concept renforcent leur engagement et leur représentation auprès de leurs intervenants, de leurs employés et de leurs clients.