Accès direct au contenu principal

Une alimentation plus intelligente

Traçabilité, hygiène, saveur... l’informatique est en train de changer la donne.

Navigation par onglet

 

Une série de conversations pour une planète plus intelligente. Un régime optimisé pour une planète plus intelligente.

Comment nous procurons-nous notre nourriture ? Autrefois, on comptait simplement sur les paysans du coin. Aujourd’hui, nous sommes tributaires d’une nébuleuse internationale d’exploitations agricoles, de pêcheries, de grossistes, de transporteurs, d’industriels et de détaillants – sans compter les administrations et les organismes professionnels.

Dans un monde toujours plus petit et plus « plat », des pays qui semblaient lointains sont devenus des sources d’approvisionnement essentielles.

Or, nombre de ces pays ne possèdent pas de normes cohérentes en matière de qualité, de processus et de traçabilité. De plus, ce système complexe interagit avec d’autres systèmes mondiaux : énergie, climat, santé, négoce, etc... Résultat : des montagnes d’inefficiences engendrées par des problèmes de pénurie, de sécurité, de durabilité et de coût. Et l’occasion, pour notre système alimentaire, de gagner en intelligence. Nous devons veiller à la salubrité de notre alimentation. Aux États-Unis, 76 millions de cas d’intoxications alimentaires sont signalés chaque année. Les importations représentent près de 60 % des fruits et des légumes que nous consommons, et 75 % des produits de la mer. Pourtant, à peine 1 % de ces aliments font l’objet d’une inspection à l’arrivée.

Il nous faut un système alimentaire économe. L’industrie des produits de grande consommation et la grande distribution perdent chaque année 40 milliards de dollars, soit 3,5 % de leurs ventes, du fait de l’inefficience des chaînes logistiques. En outre, le véritable coût de la production alimentaire ne se chiffre pas toujours en argent. Il y a 60 ans, on pouvait créer une calorie alimentaire avec moins d’une demi-calorie d’énergie fossile. Aujourd’hui, la production d’une calorie d’un aliment moderne vendu en supermarché coûte 10 calories d’énergie fossile.

Nous voulons aussi un système alimentaire efficace et durable. La hausse des coûts du pétrole rend de plus en plus précaire l’approvisionnement des populations devenues dépendantes de producteurs éloignés. En même temps, 30 % des aliments achetés dans les pays développés finissent à la poubelle.

Nous ne pouvons plus tenter d’appréhender tous ces problèmes un par un. Heureusement, on entrevoit déjà un système alimentaire mondial plus intelligent – plus connecté, plus « équipé ». IBM aide par exemple le plus grand groupe agro-alimentaire norvégien à mettre en œuvre la technologie d’étiquetage radio (RFID) pour assurer la traçabilité des produits carnés d’un bout à l’autre de la chaîne logistique – de la ferme aux rayons du supermarché.

Nous collaborons également avec quelques-uns des plus grands distributeurs et industriels du monde pour développer des solutions logicielles permettant d’intégrer plus efficacement l’offre et la demande et de réduire sensiblement les délais, les coûts, les gaspillages et les ruptures de stock. Et face à la crise alimentaire mondiale, les scientifiques IBM contribuent au développement de variétés de riz plus résistantes dont la valeur nutritive et les rendements seraient beaucoup plus élevés.

Un système alimentaire plus intelligent, c’est une visibilité totale de toute la chaîne logistique mondiale. Pour que des ressources peu abondantes puissent faire l’objet d’une gestion raisonnée. Pour que les populations puissent avoir confiance dans la qualité des aliments. Pour qu’une nourriture saine soit servie sur les tables du monde entier.

Bâtissons une planète plus intelligente.




Think