Accès direct au contenu principal

De l’argent plus intelligent

La planète doit gérer son argent de façon beaucoup plus intelligente – et aujourd’hui, elle en est capable.

Navigation par onglet

 

A series of conversations for a smarter planet. Smarter money for a smarter planet

Nous savons que des sommes d’argent considérables se sont volatilisées avec la crise financière actuelle, mais qu’avons-nous perdu au juste ? Bien sûr, il ne s’agit pas des espèces, qui représentent à peine 11 % de la masse monétaire des États-Unis. Le reste de notre « argent » circule – un salaire versé dans une banque est dépensé dans une boutique puis remonte la chaîne logistique de la boutique jusqu’au compte d’une autre entreprise… et le cycle recommence.

En d’autres termes, l’argent a été ramené à une suite de 0 et de 1. Il est devenu intangible, invisible. C’est de l’information. Et c’est un point essentiel – tant pour le problème que nous connaissons que pour sa solution.

Le remplacement de l’argent physique par de l’argent électronique – avec les multiples innovations financières qui ont accompagné cette évolution – a sans aucun doute contribué à la croissance et à la prospérité de l’économie mondiale. Ce processus a également favorisé le développement de la classe moyenne dans de nombreuses régions du monde. Mais nos systèmes techniques et managériaux n’ont pas suivi. Ils n’ont pas su émettre de signaux d’avertissement face à la concentration des risques, au surendettement ou à la sous-évaluation des risques. Les banques ont pu « reconditionner » le risque et le revendre, mais elles n’ont pas su évaluer les prêts individuellement de manière à passer les créances en perte si nécessaire.

Cependant, cette même numérisation qui a précipité ces difficultés nous offre aujourd’hui le moyen de les résoudre. L’intelligence s’insinue dans la façon dont le monde fonctionne, y compris nos systèmes financiers. Nous sommes déjà familiarisés avec les guichets automatiques, les cartes de paiement et la banque en ligne. Mais le changement qui s’annonce est bien plus profond. Une puissance de calcul sans précédent et des outils d’analyse perfectionnés peuvent transformer ces montagnes de zéros et de uns en connaissances utiles, en temps réel. De quoi favoriser l’avènement d’un système financier plus sûr, plus transparent et plus intelligent – pour une planète plus intelligente.

Cette évolution s’observe déjà au niveau des gouvernements. Le nouveau système informatique intégré du ministère des Finances tchèque, par exemple, fournit des informations qui éclairent la mise en œuvre d’une politique monétaire et permettent de gérer plus efficacement les ressources budgétaires et les finances publiques.

Autre exemple : l’Operational Riskdata eXchange Association. Ce consortium, qui réunit 52 grandes institutions financières, utilise des données anonymes pour améliorer la modélisation statistique, quantifier plus précisément l’exposition aux risques et répondre aux exigences réglementaires.

Cette transformation touche même des pans entiers de l’économie mondiale. C’est ainsi que, sur le marché des changes (le plus grand marché du monde), le risque de règlement intrajournalier a été éliminé pour plus de 2000 milliards de dollars de transactions – soit plus de 50 % des opérations sur devises.

Des populations pauvres reçoivent une aide décisive de la part de la Grameen Foundation, de la société Financial Information Network and Operations Ltd. (FINO) et d’autres organisations. À travers la microfinance, alliée à la technologie, elles bénéficient de prêts et de services financiers sans apport de garanties pour soutenir des activités entrepreneuriales qui prépareront un meilleur avenir pour leurs familles et pour la communauté.

Ces changements sont stimulants, mais il faut aller plus loin. Il existe un consensus croissant sur la nécessité d’un outil de gestion du risque centralisé pour la prévention de futures crises – qui pourra peut-être s’appuyer sur les travaux du Fonds monétaire international et d’autres institutions pour créer un système d’alerte avancé de la finance mondiale.

Naturellement, la restauration de la confiance va bien au-delà de la seule technologie. C’est aussi un grand défi à la fois politique et comportemental. Et aucun système ne pourra jamais être totalement exempt de risque. Mais les avantages d’une finance plus intelligente sont évidents – pour les législateurs, les banquiers, les investisseurs, les entreprises et les communautés, pour les riches et les pauvres, pour tous ceux dont le bien-être et la prospérité dépendent d’un système monétaire stable, sûr et accessible à tous.

Bâtissons une planète plus intelligente.




Think