Étude IBM auprès des chefs de la direction — Quand le commandement et le contrôle rencontrent la collaboration

Armonk (New York), le 22 mai 2012 — Une nouvelle étude d'IBM (NYSE : IBM) réalisée auprès de plus de 1 700 chefs de la direction issus de 64 pays et œuvrant au sein de 18 industries réparties à travers le monde révèle que les chefs de la direction changent la nature du travail en ajoutant une large part d'ouverture, de transparence et de responsabilisation des employés à la culture de commandement et de contrôle qui caractérise l'entreprise depuis plus d'un siècle.

Cette tendance, qui se répand rapidement, présente nettement des avantages. Selon l'étude IBM réalisée auprès des chefs de la direction (ÉU), les entreprises les plus performantes ont 30 % plus de chances que les autres de considérer l'ouverture (souvent caractérisée par une utilisation plus marquée des médias sociaux) comme une influence majeure au sein de leur organisation et comme un moteur clé de la collaboration et de l'innovation. Les entreprises les plus performantes adoptent de nouveaux modèles de travail qui puisent à même l'intelligence collective et les réseaux de l'organisation pour concevoir les idées et les solutions nouvelles qui permettront d'augmenter la rentabilité et la croissance de l'entreprise.
Pour solidifier les relations avec les clients, les partenaires et la nouvelle génération d'employés de l’avenir, les chefs de la direction doivent délaisser la messagerie électronique et le téléphone au profit des réseaux sociaux, comme nouveau moyen de communication directe. Aujourd'hui, seulement 16 % des chefs de la direction utilisent des plateformes de médias sociaux en entreprise pour communiquer avec les personnes, mais l'on s'attend à ce que cette proportion atteigne 57 % au cours des trois à cinq prochaines années. Même si les médias sociaux sont la méthode d'interaction avec les clients la moins utilisée en ce moment, ils promettent de devenir la deuxième méthode d'engagement organisationnel au cours des cinq prochaines années, après les interactions en personne.

Après des décennies d'un contrôle directif toujours plus strict, la nouvelle tendance a des incidences majeures, non seulement pour les chefs de la direction, mais également pour les organisations elles-mêmes, les gestionnaires et les employés, ainsi que pour les universités, les écoles de commerce et les fournisseurs de technologie de l'information. L'étude d'IBM indique que la technologie est perçue comme un outil puissant de restructuration organisationnelle. Plus de la moitié des chefs de la direction (53 %) planifient utiliser la technologie pour faciliter l'augmentation des partenariats et de la collaboration avec des organisations externes, alors que 52 % portent une attention accrue à la promotion de la collaboration interne.

«L’un des résultats les plus frappants est la façon dont les chefs de la direction sont conscients des retombées et de l’impact des médias sociaux», a déclaré Bridget Van Kralinger, vice-présidente principale, Services d’affaires mondiaux IBM. «Plutôt que de se lamenter sur la déshumanisation des relations interpersonnelles, les chefs de la direction, au contraire, sont d’avis que les réseaux sociaux renforcent ces relations et sont une source d’intelligence collective donnant naissance à de nouveaux modèles de collaboration.»

Mais une ouverture accrue comporte également des risques. Elle augmente la vulnérabilité. Internet, en particulier par l'intermédiaire des réseaux sociaux, peut offrir une tribune mondiale pour les interactions avec les employés, qu'elles soient positives ou négatives. Pour qu'une entreprise puisse fonctionner efficacement dans cet environnement, les employés doivent embrasser ses valeurs et sa mission. Les entreprises doivent donc fournir à leurs employés un ensemble de principes directeurs sur lesquels ils pourront fonder leurs décisions quotidiennes. Les chefs de la direction ne délèguent pas à leurs directeurs des ressources humaines la défense de l'innovation en matière de collaboration. Selon l'étude, les directeurs sont prêts à montrer l'exemple.

Par les nombres
Les chefs de la direction considèrent les compétences interpersonnelles de collaboration (75 %), de communication (67 %), de créativité (61 %) et de flexibilité (61 %) comme les principaux moteurs du succès d'un employé dans un environnement à la complexité et à l'interconnexion accrues.

Pour bâtir leur personnel de la prochaine génération, les organisations doivent activement recruter et embaucher des employés qui excellent dans les environnements ouverts fondés sur le travail en équipe. Simultanément, les dirigeants doivent concevoir et soutenir des pratiques visant à aider les employés à se développer, comme l'incitation au développement d'équipes non conventionnelles, la promotion de techniques d'apprentissage expérimentales et la stimulation de l'utilisation des réseaux à valeur élevée des employés.

La tendance vers une collaboration accrue ne se limite pas à l'organisation elle-même, mais elle s'étend à ses relations avec ses partenaires externes. Les partenariats n'ont jamais été si nombreux. En 2008, un peu plus de la moitié des chefs de la direction interrogés par IBM prévoyaient établir de nombreux partenariats. Aujourd'hui, cette proportion s'élève à plus des deux tiers.

«Innover de concert avec des partenaires est une proposition gagnante pour tout le monde», a déclaré Peter Voser, chef de la direction chez Royal Dutch Shell. «Chez Shell, nous ne nous occupons pas uniquement d’énergie, nous regardons aussi les défis posés par l’eau et la nourriture, car tout est interrelié. C’est pourquoi il est impératif d’innover tous ensemble, peu importe le secteur d’activité.»

Autres conclusions
L'étude IBM a révélé que la majorité des chefs de la direction (71 %) considère que la technologie est le facteur qui aura la plus grande incidence sur l’avenir d'une organisation au cours des trois prochaines années, et comme un moteur de changement plus important encore que les variations de la conjoncture économique et des conditions du marché.

Dans tous les aspects de leur organisation (relatifs tant aux concurrents, qu'aux opérations et aux finances) les chefs de la direction accordent une importance accrue à la connaissance de leur clientèle. Sept chefs de la direction sur dix investissent de manière importante dans la capacité de leur organisation à avoir une meilleure compréhension de ses clients grâce aux données disponibles.
Considérant l'explosion des données que connaissent actuellement la plupart des organisations, les chefs de la direction reconnaissent l'importance de se munir d'un meilleur mode d'analytique des affaires (ÉU) pour extraire les données obtenues en ligne, par l'intermédiaire des téléphones mobiles et des sites de médias sociaux. Traditionnellement, pour accroître la connaissance de leurs clients, les entreprises regroupaient et analysaient les données sur les transactions et les activités, qui provenaient de partout dans l'organisation. Cependant, pour être pertinents, les chefs de la direction doivent adopter une vision plus holistique de leurs clients, en observant la relation qu'ont ces derniers avec le reste du monde et non seulement avec leur organisation. Le rendement d'une entreprise est fortement tributaire de sa capacité à tirer profit des données disponibles. Les organisations les plus performantes sont deux fois plus aptes que les autres à extraire les données et à les utiliser pour accroître leur compréhension de leurs clients. Les organisations les plus performantes se montrent également plus aptes que les autres (dans une proportion de 84 %) à intégrer cette compréhension à des actions concrètes.

À propos de l'étude mondiale 2012 d'IBM réalisée auprès des chefs de la direction
Cette étude est le cinquième rapport bisannuel de l'étude mondiale IBM auprès des chefs de la direction. Pour mieux comprendre les défis et les objectifs des chefs de la direction d'aujourd'hui, les consultants d'IBM ont rencontré le plus important échantillon connu de ces cadres. Entre septembre 2011 et janvier 2012, IBM a rencontré en entrevue 1 709 chefs de la direction et cadres supérieurs du secteur public du monde entier afin de mieux comprendre leurs défis et leurs plans pour l’avenir, dans une économie de plus en plus connectée.
Pour connaître toutes les conclusions de l'étude et consulter les études de cas, allez à http://www-03.ibm.com/services/ca/fr/ceo/.
Pour connaître toutes les conclusions de l'étude et accéder à la bibliothèque du leadership éclairé d'IBM sur votre tablette graphique ou votre téléphone intelligent Droid, allez à http://bit.ly/xiTcHV ou à http://bit.ly/zf8x3m.
Pour vous joindre à la conversation sur le leadership éclairé, veuillez aller à http://smarterleaders.tumblr.com/.

Renseignements :
Joanne Fortin
IBM Canada Ltée
Tél. : 514 964-8558 fortin@ca.ibm.com