Accès direct au contenu principal

Actualités

L’édition 2012 du rapport d’IBM sur les Global Location Trends montre un retour des investissements étrangers en Belgique

Bruxelles, le 18 juin 2012 – IBM a publié aujourd’hui les résultats provisoires du rapport « Global Locations Trends » pour la Belgique. D’après celui-ci, le nombre de nouveaux projets d’investissement étrangers en Belgique a de nouveau augmenté en 2011, à l’instar du nombre d’emplois découlant de ces projets.

Chaque année, IBM Global Business Services analyse la tendance des investissements étrangers dans son rapport Global Location Trends. Les résultats provisoires montrent une légère augmentation de ces investissements en Belgique en 2011. En effet, la Belgique a attiré 176 projets d’investissement l’année passée, contre 166 en 2010. Les investissements récemment annoncés devraient créer environ 5.700 nouveaux emplois, soit 13% de plus que les 5.150 de 2010.

Tout comme les années précédentes, il y a des différences significatives entre les différentes régions. La Wallonie se relève bien après l’année 2010, qui fut faible, et double le nombre de nouveaux emplois, passant de 780 en 2010 (via 36 projets) à plus de 1.600 en 2011 (51 projets). La Flandre, à l’inverse, enregistre une diminution de 16% du nombre de nouveaux jobs : de 3.900 en 2010 à 3.300 en 2011. Le nombre de projets est passé de 108 à 87. Bruxelles a excellé avec 38 nouveaux projets (22 en 2010) et plus de 800 nouveaux emplois (contre plus de 400 en 2010).

« Les données de 2011 confirment certaines tendances apparues ces dernières années en Belgique : une forte attractivité pour les centres de distribution et peu d’investissements dans des usines par de nouvelles entreprises. Mais nous voyons à chaque fois divers (grands) investissements d’extension de sites de production déjà présents en Belgique, principalement dans la chimie, la pharmacie et l’industrie automobile », explique Roel Spee, global leader d’IBM-Plant Location International (PLI), qui conseille – depuis son siège mondial installé à Bruxelles – les entreprises à la recherche de sites d’implantation.

Malgré cette évolution positive, le volume d’investissements étrangers en Belgique reste inférieur à celui d’avant la crise en 2008 et 2009, lorsque le nombre de nouveaux jobs découlant de plus de 200 projets oscillait entre 8.000 à 9.000 par an.

« Cette évolution est donc moins positive qu’elle ne le paraît », ajoute Roel Spee. « La plupart des pays et régions d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord se sont bien remis au cours des deux dernières années et attirent des volumes d’investissement comparables aux années précédentes. Le fait que ce rétablissement n’ait pas la même ampleur en Belgique indique que le pays est moins compétitif que les autres. »

Au niveau régional, on constate une plus forte concentration des nouveaux emplois autour de Bruxelles. Un tiers des jobs créés l’a été dans la région bruxelloise et dans les provinces du Brabant wallon et flamand. Cette part s’est élevée à 20% au cours de la dernière décennie. L’agglomération de la capitale attire à nouveau la majorité des projets : 56 contre 32 l’année précédente. En 2010, Anvers avait compté plus de projets que Bruxelles, mais ce nombre a lourdement chuté, passant de 46 projets en 2010 à 19 en 2011. Bruxelles attire principalement des sièges (sociaux) de plus petite taille, mais a su convaincre en 2011 une chaîne de sport de créer 450 nouveaux emplois.

Les États-Unis demeurent le principal investisseur en Belgique, avec 39 projets et 1.100 jobs, mais leur part diminue (19% du nombre total d’emplois contre plus de 30% les années précédentes). Cette évolution s’explique par les investissements croissants des entreprises asiatiques en Belgique : la Chine (9%), la Corée (6%), le Japon (5%) et l’Inde (4%) représentent ensemble près d’un quart des nouveaux jobs. « C’est la preuve que l’Asie devient de plus en plus importante dans l’économie mondialisée, non seulement comme région d’investissement, mais également comme moteur économique qui investit à l’étranger », confirme Patsy Van Hove, coordinatrice chez IBM-PLI pour la région asiatique.

Les principaux secteurs d’investissement sont, comme à l’accoutumée, la pharmacie (16% des nouveaux emplois), l’industrie des moyens de transport (13%) et la logistique (12%). La chimie – qui représentait auparavant plus de 10% des nouveaux emplois – a créé moins de jobs (6%).

La place de la Belgique dans le classement mondial de cette année n’est pas encore connue, étant donné que les données ne sont pas encore complètes pour tous les pays. L’année passée, la Belgique figurait à la 36ème place du classement mondial en termes d’emplois créés.

Le rapport Global Location Trends qu’IBM compile chaque année sera publié après l’été.

Pour avoir plus d’informations sur IBM : www.ibm.com (US)
Pour avoir plus d’informations sur PLI : www.ibm.com/gbs/pli (US)


Contact
IBM Belgique & Luxembourg
Yves VAN SETERS
Media Relations
E-mail : yvanseters@be.ibm.com
Tel : +32 2 225 21 11
Twitter : @YvesVS

Navigation dans le contenu